BONI 70, un printemps de rugby

  • Catégorie : Livres - Publications
Ce livre célèbre l’âge d’or du rugby, c’est une histoire de renaissance, de transmission.
Ce livre célèbre l’âge d’or du rugby, c’est une histoire de renaissance, de transmission.

ANDRÉ BONIFACE, centre mythique du rugby des années 1960 formait, avec son frère Guy une paire sans égale qui prit fin avec la mort accidentelle de Guy en 1968. André resta marqué à jamais par la perte de son frère, au point qu’il cessa toute activité dans le rugby.

Regarder un match à la télévision lui était insupportable ; une page semblait s’être tournée. Mais au printemps 1969, son club du Stade Montois lui demande d’entraîner l’équipe première, en déroute dans le championnat. Il accepte et entame une nouvelle carrière, « sur le banc ». Trois mois plus tard, l’ouvreur titulaire se blesse gravement. Et voici qu’André est obligé de rejouer à l’âge de 35 ans !

L’équipe est composée d’une poignée de vieux briscards, dont l’immense Benoît Dauga, et de gamins de 20 ans dans les lignes arrière. L’aîné des Boniface peut profiter de ces circonstances exceptionnelles pour ouvrir un véritable laboratoire du rubgy et développer un jeu fidèle à sa philosophie : tout pour l’attaque, les cadrages-débordements, la fameuse passe croisée, un style qui repose sur le don, le mouvement et l’évitement, plutôt que sur l’affrontement… un jeu qui emporte l’adhésion des joueurs, du public, et qui va s’avérer souvent victorieux.

C’est bien ce que célèbre ce livre : un âge d’or du rugby, une histoire de renaissance, de transmission. Nourri des souvenirs personnels de l’auteur et des confessions des principaux acteurs, Boni’70 restitue une époque, une ville, un club, un jeu.

BONI 70, un printemps de rugby

OLIVIER DE BAILLENX décrit tout le contexte local, l’époque du "rugby des copains », l’amitié, le recrutement des joueurs. Il décrit le passage au rugby d’attaque. Nourri des souvenirs personnels de l’auteur et des confessions des principaux acteurs, Boni’70 restitue une époque, une ville, un club, un jeu.

Il aime passionnément le rugby landais, assez en tout cas pour lui avoir déjà consacré un livre, Finale 63 (Atlantica, 2013), qui retrace la grande finale qui opposa le Stade Montois (avec déjà André Boniface) à l’US Dax de Pierre Albaladejo.

PROLOGUE

Encore 5 minutes à jouer. Un point d’avance. La pluie ne s’arrête pas et ça fait déjà un moment que le terrain du stade Antoine Béguerre tient plus de la cour de ferme que du green de golf. La cuvette de Lourdes concentre les intempéries, les joueurs ressemblent à des mineurs après une journée sous terre, la boue en plus.
André Boniface octobre 2014 Noirs et trempés. Fourbus. Chaque foulée pèse une tonne. Les Montois ont plutôt dominé le match et la balle a couru plus vite que les hommes. Mais au bout un seul petit point d’avance face à des Castrais qui n’ont pas abdiqué. Gérard Cholley et ses équipiers sont encore prêts à mordre dedans, pour faire basculer ce match. À huit minutes de la fin, le pilier, futur membre du XV chelemard de 1977, a marqué l’essai de l’espoir. Les siens investissent le camp des Jaune et Noir. Plus qu’une poignée de secondes, la pluie s’intensi- fie, la bourre trempée devient incontrôlable.
André Boni- face la récupère. Dans les tribunes, les supporters landais s’époumonent.
« Tape en touche! Touche, Touche! ». Et là, le vieux Boni, bientôt 37 ans, décide que non, pas de touche, on joue! Et il charge, sabre au clair, cuir en bandoulière avec à ses côtés les cadets, Patrick Nadal et Jean Jouglen, à peine plus âgés à eux deux que l’alerte ancêtre. Les supporters s’étranglent, d’autres ferment les yeux, tournent la tête: « on va le prendre, ce contre! ». Mais les jeunes et le moins jeune ne se posent pas de question, ils courent, autant que faire se peut dans ce cloaque. Et ils ne se débarrassent pas de la balle mal- gré les vociférations du bord de touche. Et finalement, le coup de sifflet du merle emmailloté de noir vient saluer la victoire de la brigade légère. Sueur, pluie et quelques larmes rafraîchissent les visages de ceux qui ont eu très chaud. Le succès est là, le Stade est en quart de finale du championnat de France de rugby.

Articles similaires

Phases finales du Top 14 : Bordeaux derrière l’UBB A l’issue d’une saison remarquable, l’Union Bordeaux-Bègles affrontera Toulouse en demi-finale du Top 14 de rugby samedi 19 juin à 20h45 à Lille. Partenaire historique de l’équipe, la Ville de Bo...
Télévision : "Le rugby est une fête" documentaire inédit Retour sur l'un des épisodes les plus flamboyants du rugby français : Dax contre Mont-de-Marsan en 1963. Une rencontre qui reste comme l'une des plus belles fêtes dans toutes les têtes : quand le rugb...
Rugby : la fièvre du pari dans le Sud-Ouest Le rugby est-il un jeu ? Une forme de guerre où chaque équipe défend ses couleurs, son territoire ? C’est un sport, que certains qualifieraient de sport de combat, et qui vire même à la reli...
La France vise le titre au tournoi des VI Nations Qui succédera à l’Angleterre pour remporter le tournoi des Six Nations 2021 ? Alors que le tournoi a commencé à huis clos, de nombreux amoureux du ballon ovale peuvent nourrir leur manque de stade par...
Coupe du Monde de Rugby 2023 : Saint-Médard-en-Jalles camp d... Le 15 novembre 2017, la France et la Fédération Française de Rugby ont gagné le droit d'organiser la prochaine Coupe du Monde de rugby en 2023. Ce tournoi est disputé tous les 4 ans et regroupe les 20...