3 jeunes Néo-Aquitains partagent leur vision sur le futur de l’Europe

Parce que les jeunes ont été particulièrement touchés par la Covid-19, l’Union européenne a désigné l’année 2022 comme l’Année européenne de la jeunesse. Les objectifs de cette initiative sont multiples

Aider les jeunes à surmonter les difficultés liées à la crise, valoriser leur importance dans la construction d'un avenir plus écologique, plus inclusif et plus numérique et les aider à acquérir une meilleure compréhension du rôle de l’Europe.

Dans le cadre du Joli Mois de l’Europe, la Région Nouvelle-Aquitaine a questionné Nathan, Jade et Jonas, élèves au Lycée Val de Garonne à Marmande (Lot-et-Garonne) et au Lycée Agricole De La Brie à Monbazillac (Dordogne) sur leurs attentes pour l’Europe de demain.

Jeunes Europe NA 22b

3 priorités, selon les jeunes, pour le futur de l’Europe

La Commission européenne a défini les principales priorités en France pour les sept prochaines années : une Europe plus intelligente, une Europe plus verte, une Europe plus connectée, une Europe plus sociale, une Europe plus proche des citoyens. Mais ces priorités sont-elles les mêmes que celles des trois jeunes néo-aquitains ?

Zoom.

Le premier enjeu pour Nathan est de prioriser et d’accélérer les actions pour le climat et l’environnement. Élève en bac sciences et technologies de l’agronomie et du vivant, Nathan est particulièrement sensible à ce sujet :

Je me sens très concerné par l’écologie et l’agroécologie, car ce sont nous, les jeunes, qui subiront les conséquences du changement climatique dans quelques années. J’attends de l’Europe une politique de développement durable cohérente, dans le milieu agricole mais aussi dans tous les autres secteurs.

Jade voit en l’Europe un espoir pour accélérer la justice sociale en faveur de plus d’égalité, plus d’inclusion et moins de discrimination (raciale, religieuse, de genre, d’appartenance sexuelle). Un sujet qui est une vraie préoccupation pour cette future bachelière, qui l’exprime avec ses mots :

A l’avenir, j’ai peur de connaître une Europe plus divisée, plus raciste, moins ouverte et moins tolérante. Sur cet enjeu, l’Europe a un réel rôle à jouer et doit apporter des moyens et des solutions pour unir et rassembler.

Peu informés sur le rôle de l’Europe dans leur quotidien, tous les deux s’accordent à dire qu’il est urgent que l’Union européenne implique davantage les jeunes dans les réflexions d’avenir. Pour cela, ils proposent que l’Europe développe l’utilisation du numérique pour toucher les jeunes, les sonder, connaître leurs idées et en faire des citoyens actifs inspirés par un sentiment d’appartenance à l’Europe. C’est notamment le cas de Jonas, ambassadeur junior européen de son lycée, qui participe à la mise en place d’actions de sensibilisation à l’Europe auprès de ses camarades.

Selon lui, l’Europe joue un rôle important dans mon quotidien mais tout le monde n’est pas aussi bien informé. Je pense qu’il faut davantage faire connaître les projets européens et écouter les idées des jeunes pour les associer aux prises de décision.

Et en Nouvelle-Aquitaine, comment l’Europe accompagne les jeunes ?

Des trois lycéens, seul Jonas connait et a bénéficié des aides européennes destinées aux jeunes en partant à Ejea de los Caballeros en Espagne, ville jumelée à Marmande, dans le cadre du Programme ERASMUS+. Le Joli Mois de l’Europe est donc l’occasion de rappeler que l’Europe agit quotidiennement auprès des jeunes. Zoom sur deux exemples.

Parce que la Région souhaite donner aux jeunes néo-aquitains les meilleures chances de réussite dans leurs études et dans leur insertion professionnelle, elle les accompagne dans leur projet de mobilité européenne : dispositifs ERASMUS+, DestiNAction, Bagages…
La Région et l’Europe souhaitent également valoriser l’activité rurale et agricole, très présente en Nouvelle-Aquitaine. C’est pour cela que, depuis 2015, 3 500 jeunes agriculteurs néo-aquitains ont été soutenus pour leur installation grâce à la Dotation Jeunes Agriculteurs.

 

+ d'infos du Sud Ouest