Résistance des vignes à la sécheresse : identification des cépages et régions viticoles les plus à risque

Les régions viticoles du monde entier ont récemment été confrontées à des sécheresses et à des vagues de chaleur intenses et fréquentes. Dans ce contexte de changement climatique, des scientifiques de l’université de Bordeaux et d’INRAE ont étudié la résistance à la sécheresse de l’appareil vasculaire de la vigne.

Ils ont mis en évidence une grande variabilité de vulnérabilité entre cépages, et identifié les régions viticoles les plus à risque. Les résultats sont publiés dans la revue Scientific Reports.

Gamme de variabilité de la résistance à la sécheresse de l'appareil vasculaire (P50) de la vigne. Les mesures ont été effectuées sur 30 variétés, incluant des variétés de Vitis vinifera L. (en rouge), des porte-greffes (en vert), et des hybrides (en jaune)Pour la première fois, une équipe de recherche a pu mesurer la résistance à la sécheresse des 30 cépages les plus cultivés dans le monde. Une mesure rendue possible par le développement du Mégacavitron, un appareil prototype disponible au sein de la plateforme scientifique Phénobois du campus bordelais (INRAE, université de Bordeaux).

Cette étude a permis de caractériser la résistance à la sécheresse de l'appareil vasculaire de la vigne, et ainsi d’identifier les vignobles les plus à risque dans la perspective d’une hausse globale des températures dans les prochaines années.

Les auteurs montrent qu’il existe des régions viticoles à risque dans chaque région du monde, et ce, indépendamment du climat dans lequel ils évoluent.

Parmi les cépages mesurés, les variétés de vignes hybrides, comme Floréal, Vidoc et Voltis, apparaissent comme particulièrement vulnérables à la sécheresse. Le déploiement de ces variétés doit donc être réfléchi en fonction des conditions climatiques des régions viticoles visées.

Si ces variétés ont été génétiquement améliorées pour réduire considérablement leur vulnérabilité aux maladies, cette étude démontre le besoin d’utiliser une approche intégrée et multi factorielle de la recherche dans le domaine, en étudiant la résistance phytopathologique conjointement à la résistance à la sécheresse ou au gel tardif.

Image haut de page "Suivi en continu de l'état hydrique de la vigne (psychrometres, flux de sève et dendromètres)" © Laurent Lamarque

Source  INRAE - Université de Bordeaux)

+ d'infos du Sud Ouest

Nouvelle-Aquitaine : les journées du patrimoine 2023
Nouvelle-Aquitaine : les journées du patrimoine 2023
  • Philippe Jouhanet
  • 13 Sep
Les vendanges de Malagar 2023 - Centre François Mauriac
Les vendanges de Malagar 2023 - Centre François Mauriac
  • Valérie Durbec
  • 12 Sep