Couthures-sur-Garonne : Festival international de journalisme

Comme tous les ans, au mois de juillet, le village de Couthures-sur-Garonne va se transformer en un véritable forum à ciel ouvert où journalistes et acteurs de l’actualité vous attendront pour débattre et échanger, dans une ambiance unique, à la fois sérieuse et conviviale.

Pour la sixième fois, le village lot-et-garonnais de Couthures-sur-Garonne s’apprête à accueillir le Festival international de journalisme.  Du 15 au 17 juillet, les sujets d’actualité et de discussions ne manqueront pas en bord de Garonne. Parmi les sept grandes thématiques retenues en cette période d’actualité exceptionnelle : la concentration des médias, les frontières, l’information comme arme de guerre.

post FIJ 2022 1200x630

Cinq ans déjà…

Pourquoi Couthures, incontournable question ? Parce que le journaliste Philippe Chaffanjon, trop tôt disparu, et sa famille y avait acheté une maison et que, de fil en aiguille, la fondatrice du Festival international de journalisme, Laurence Corona, s’y rendit et y rencontra le maire, Jean-Michel Moreau. Le Festival était né et la première édition, en 2016, se fit en partenariat avec les revues XXI et 6 Mois. Le groupe Le Monde prit le relais de celles-ci en 2017 et, afin d’assurer la pérennité de cet événement unique en France, l’association Journalistes en Festival, composée de journalistes du groupe de presse, en est devenue l’organisatrice depuis 2018.

Camille Millerand FIJ2021 1

Depuis cinq ans, le Festival international de journalisme a accueilli comme parrains ou marraine McSolaar, Barbara Hendricks, Benoît Poelvoorde et Pierre Lescure et a reçu des dizaines de journalistes dont Florence Aubenas, Sonia Devillers, Céline Pigalle, Pierre Haski, David Pujadas, Hugo Clément, Jean-Michel Apathie, Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Il a battu son record de fréquentation en 2019, avec près de 6.000 festivaliers présents au long des trois jours.

 

Les sept thématiques qui animeront les débats de cette nouvelle édition

Les frontières, protection ou prison ?

La question hautement inflammable des frontières n’a jamais autant été d’actualité. Si la pandémie les a remises au goût du jour, les crises migratoires et l’édification continuelle de nouveaux murs dans le monde avaient déjà allumé la mèche. Mais, tandis que le réchauffement climatique couve pour tous et que partout les catégorisations identitaires volent en éclats, comment les penser ? Sont-elles indispensables ou périmées ?

Par Nathalie FUNES (L’Obs), Lorraine ROSSIGNOL (Télérama) et Raphaël JACOMINI (étudiant à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

Tous gastronomes ! l’obsession du bon

Vous êtes prêt à faire une heure de queue chez votre fromager ou votre caviste, ne manquez jamais une saison de Top chef et partagez vos recettes sur les réseaux sociaux ? Pas d’inquiétude, vous êtes juste… dans l’air du temps. Si (bien) manger et (bien) boire a évidemment quelque chose de réconfortant, surtout en ces temps de crise sanitaire, la question du bon – pour la santé, pour l’environnement – est plus que jamais au centre de nos préoccupations.

Par Ophélie NEIMAN (Le Monde), Léo PAJON (Le Monde), Yoanna SULTAN (Le Monde) et Louis FAURENT (étudiant à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

Faut-il encore faire des enfants ?

Alors que nous pourrions bientôt être 8 milliards de Terriens, est-il bien raisonnable de continuer à faire des enfants ? La question, qui relève autant de l’intime que de la politique, préoccupe une frange croissante de la société, sur fond notamment de montée en puissance des inquiétudes écologiques. Mais dans une société qui s’enorgueillit de son taux de fécondité, et dans laquelle devenir parent demeure socialement valorisé, le choix de ne pas procréer dérange encore. Faut-il vraiment renoncer à avoir des enfants pour sauver la planète ? Et sommes-nous vraiment libres de ce choix ?

Par Louise AUVITU (L’Obs), Sébastien BILLARD (L’Obs) et Thomas CHOLLET-LUNOT (étudiant à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

Karfa Diallo essayiste, éditorialiste et consultant franco-sénégalais

L’information est-elle une arme de guerre ?

La crise ukrainienne nous a conduit récemment à ajouter une thématique consacrée à l’information comme arme de guerre, où l’on alternera leçons du passé et analyses à chaud d’un présent qui voit le conflit se déplacer sur le terrain de l’information et des « vérités » alternatives. Nous avions prévu avant même le conflit d’aborder à Couthures la question de la liberté d’informer en Russie. L’actualité nous a rattrapés.

Par Olivier TESQUET (Télérama), Assma MAAD (Le Monde) et Paul LONCEINT (étudiant à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

Journalistes : l’objectivité est-elle l’objectif ?

“Chiens de garde”“vendus”, « médiacrates » : la détestation des journalistes est devenue un lieu commun. Mais l’objectivité qu’on leur réclame est-elle de ce monde ? Dans la fabrication de l’information, mieux vaudrait parler d’équité, d’honnêteté ou de choix éditoriaux. Dans le même temps, une génération s’engage dans le journalisme pour défendre ses idées. Mais jusqu’où peut aller le militantisme ? Et comment s’accorder sur des faits sans lesquels il ne saurait y avoir de débat public ?

Par Sylvain COURAGE (L’Obs), Pascale TOURNIER (La Vie) et Bastien MARIE (étudiant à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

La transition écologique au défi des inégalités

La transition écologique va bouleverser nos modes de vie et transforme déjà des pans entiers de l’économie. Avec quelles conséquences sociales ? Sur les portes-monnaies, sur les emplois, sur l’accroissement des inégalités ? Et sur notre capacité à faire et à rester “société” ? L’urgence écologique est d’abord un défi démocratique. Est-il vraiment possible de concilier lutte contre le réchauffement climatique et justice sociale ?

Par Aline LECLERC (Le Monde), Rémi BARROUX (Le Monde) et Aude CAZORLA (étudiante à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

Les médias au défi de l’hyper concentration

La plupart des grands groupes de médias appartiennent désormais à des intérêts économiques puissants. Cette concentration se poursuit avec la montée en puissance du groupe Bolloré et le projet de fusion entre TF1 et M6. Cette concentration serait-elle le seul mode de survie face à une concurrence exacerbée et mondialisée ? Le service public peut-il servir de contre-modèle ? Quel avenir pour les médias indépendants qui parient sur l’engagement de leurs lecteurs ?

Par Sylvia ZAPPI (Le Monde), Geoffroy CLAVEL (Le Monde) et Margaux LONGEROCHE (étudiante à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine).

Camille Millerand FIJ2021 5

pdf eb697Téléchargez le programme 2022 du Festival international de journalisme

Les 9, 10 et 11 juillet 2021 après une année d'absence Le Festival a repris ses marques à Couthures-sur-Garonne. Pendant 3 jours, le village s'est transformé en forum à ciel ouvert où passionnés d'actualité, personnalités politiques, artistes et journalistes sont venus écouter et débattre au Festival International de Journalisme.

+ d'infos du Sud Ouest

Les Nuits des étoiles 2022
Les Nuits des étoiles 2022
  • Clément Jouhanet
  • 01 Aoû
Coextinction : tous concernés et impliqués
Coextinction : tous concernés et impliqués
  • Marc Chaillou
  • 30 Juil
Immobilier : quel est l’intérêt du réméré ?
Immobilier : quel est l’intérêt du réméré ?
  • Philippe Cloutet
  • 26 Juil