Drive-fermier de Gironde

Drive-fermier de GirondeLa Gironde - premier département français en matière de circuits courts, avec 700 agriculteurs et 2000 viticulteurs engagés dans le respect de ces processus – innove en mettant à la disposition des producteurs et des consommateurs le réseau des « drive-fermier » dont les deux premiers points de retrait ouvrent en Gironde en .....

Index de l'article

.... octobre et novembre 2012. La Chambre d’Agriculture de la Gironde crée www.drive-fermier.fr/33 concept national en réponse aux nouveaux enjeux de l’éco alimentation. Le 1er « drive-fermier » français est ouvert en Gironde depuis le 19 octobre 2012.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéoLe premier drive fermier en Gironde - 22/10/12 à 16:36

Un nouvel espace d’expression pour les agriculteurs

Dans le prolongement du réseau « Bienvenue à la ferme », cette Initiative portée par la Chambre d’Agriculture de la Gironde, prend en compte les nouveaux enjeux sociétaux de l’éco alimentation. Répondant à une demande du marché qui n’était couverte ni par les AMAP, ni par les Marchés des Producteurs de Pays, loin d’entrer en concurrence avec ces concepts, le « drive-fermier » ouvre un champ nouveau, associant à la rapidité de l’achat sur internet, la proximité et le contact avec le producteur.

Un lien privilégié producteur/consommateur placé sur l’axe maison/travail

Depuis le site internet créé par le Relais Agriculture & Tourisme, l’internaute aura la possibilité de commander – à des prix producteurs - des produits fermiers 100% girondins, dont certains labélisés Agriculture Biologique. Couvrant largement la gamme des productions agricoles départementales, près de 200 produits seront proposés, selon le mode d’achat et de retrait suivant :

  1. S’inscrire sur le site www.drive-fermier.fr/33
  2. Consulter les produits proposés à la vente mis en ligne à partir du mardi à 12h
  3. Passer sa commande avant mercredi minuit en pré-payant et en précisant les points et l’horaire de retrait choisis
  4. Se présenter au moment et au point de retrait choisis, pour procéder à l’enlèvement de sa commande
  5. Prendre éventuellement le temps de déguster et de rencontrer des producteurs.
  6. Informer ses propres réseaux de l’existence du « drive-fermier »

Gironde-Drive-FermierPlacés en bordure de rocade, les points de retrait des « drive-fermier » seront situés sur les axes majeurs empruntés par les trajets maison/travail. A la suite des deux premiers points ouverts (S.I.C.A. Maraichère Bordelaise à Eysines / ouverture le 19 octobre - Château des Iris à Lormont / ouverture le 16 novembre) de nouvelles unités verront le jour, encerclant la rocade bordelaise au rythme d’une ouverture par mois.

100% agriculteurs girondins : 20 producteurs déjà en réseau

Particulièrement attachés à développer la chaîne des circuits de proximité, Bernard Artigue, Président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde, Président National du Comité d'Orientation Agriculture et Tourisme de l’APCA, et Bernard Lafon - Président du Relais Agriculture & Tourisme de la Gironde et Responsable National des Actions Internet à Bienvenue à la Ferme - se sont appuyés sur leurs propres marques pour constituer le réseau de départ du « drive-fermier ». 20 producteurs les ont déjà rejoints, proposant vins, fruits et légumes, fromages, viandes de boeuf, agneau, veau, volailles, canard, miel, conserves, yaourts, lait, confitures, safran, oeufs, etc...

A travers l’utilisation du web, de l’Internet et des réseaux sociaux, c’est aussi une façon d’inscrire l’agriculture de notre département dans le XXIème siècle. Pour la première fois depuis très longtemps, les NTIC et le Développement Durable permettront aux agriculteurs de disposer de nouveaux débouchés, d’accéder à de nouveaux marchés, de trouver de nouvelles chances de développement, dans l’intérêt de tous. C’est enfin l’occasion de créer de nouvelles chances de développement local et de générer de la sécurité alimentaire, tout en respectant les directives des Agendas 21 et du Grenelle de l’Environnement. Que demander de plus !

Si ce nouveau concept fonctionne et plaît à la clientèle, il s’ouvrira à des professionnels de la distribution et sera dupliqué dans d’autres villes de Gironde, d’Aquitaine ou de France.

Drive-fermier de Gironde

Un enjeu sociétal et environnemental

Témoignage de Bernard Artigue
Président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde
Président National du Comité d'Orientation Agriculture et Tourisme de l’APCA

La création du concept de drive-fermier répond à un enjeu sociétal et économique. Comment la Chambre d’Agriculture de la Gironde, pionnière en matière d’agriculture de proximité, prouve-t-elle ainsi son implication accrue dans les problématiques d’éco alimentation ?

Les attentes des consommateurs évoluent et aujourd’hui, bon nombre d’entre eux réclament davantage de proximité et souhaitent privilégier les produits locaux. Le concept du « drive-fermier » s’inscrit dans cette tendance. Il s’appuie sur les nouvelles technologies de d’information et de la communication telles qu’internet et sur les habitudes les plus récentes de consommation telles que le e-commerce ou le drive. Nous nous inscrivons totalement dans cette dynamique, en associant à la fois modernité et volonté de consommer local.
Le « drive-fermier » est une toute nouvelle forme de commercialisation pour le monde agricole. Il représente pour nous, comme pour les producteurs, de nouveaux enjeux économiques. La Gironde est le premier département français à lancer une telle initiative, à expérimenter ce nouveau concept, et nous espérons que celui-ci offrira aux agriculteurs des débouchées supplémentaires et complémentaires.

Le drive-fermier est né de l’identification d’un manque dans la chaine producteurs-consommateurs. En quoi ce réseau est-il différent et complémentaire de Bienvenue à la ferme, des AMAP et des Marchés des Producteurs de Pays ?

Il s’agit d’une offre complémentaire, et surtout d’une nouvelle proposition : pouvoir faire son marché en consommant local tout en bénéficiant des avantages du drive.
Dans le cas de Bienvenue à la ferme par exemple, le consommateur doit se rendre chez le producteur. Bien qu’elle soit très intéressante, cette démarche a des limites, le consommateur ne pouvant la reproduire au quotidien. C’est donc à nous, institutions et producteurs, d’être en capacité à notre tour de nous rapprocher des consommateurs par tous les moyens qui nous sont offerts aujourd’hui. Le principe du drive constitue pour nous une approche inédite, une nouvelle corde à notre arc, au niveau de la commercialisation et de la vente directe.

Témoignage de Bernard Lafon
Président du Relais Agriculture & Tourisme de la Gironde et Responsable National des Actions Internet à Bienvenue à la Ferme

Favoriser les circuits courts est l’une de vos priorités et le concept de base du « drive-fermier ». Selon quels critères constituez-vous le pool de producteurs qui mettront leurs produits en vente sur www.drive-fermier.fr/33, et dans quelles proportions, le marché des producteurs girondins peut-il assurer l’autonomie alimentaire de la communauté urbaine, et au-delà celle des girondins ?

Nous avons constitué le panel de producteurs adhérents en privilégiant la diversité de l’offre. Nous souhaitons proposer la plus grande variété de produits issus du terroir girondin, en mettant à la vente aussi bien des huîtres, du poulet, des oeufs, de la farine, du vin, des légumes, que des conserves, des confitures, du miel ou même de la laine angora. Nous voulons proposer aux clients du « drive-fermier » 100% de la diversité agricole girondine.
Est-ce que cela sera suffisant ? Probablement pas. Nous pensons que derrière cette initiative, il sera indispensable d’installer de nouveaux agriculteurs, de développer des expériences inédites, de favoriser l’implantation de nouvelles exploitations, cela afin de dynamiser l’agriculture girondine. C’est l’un des objectifs prioritaires du concept.

D’autres propositions s’auto-intitulant « Drive » ont également vu le jour en Gironde. En quoi le « drive-fermier » est-il singulier et quel est l’avantage que lui seul propose aux consommateurs ?

Le « drive-fermier » se démarque des autres démarches car il s’agit d’une initiative de la Chambre d’Agriculture de la Gironde. À travers l’implication de celle-ci, nous avons la possibilité de garantir l’origine des produits proposés et de certifier l’expérience des agriculteurs engagés dans le processus. Outre la Chambre d’Agriculture, le projet est également soutenu par de nombreux partenaires institutionnels. Initié en Gironde, ses ambitions sont pourtant nationales. De manière plus globale, il vise à offrir de nouveaux débouchés au monde agricole et à influer durablement sur les pratiques des producteurs

Ce concept ne se monte pas en réaction aux pratiques de la grande distribution, mais les produits locaux seront en priorités affectés aux clients du « drive-fermier ». Comment les deux circuits vont-ils cohabiter ?

La demande des consommateurs en termes de produits fermiers s’oriente aujourd’hui vers le local. Il faut donc créer de nouvelles méthodes de production et de distribution qui s’articulent autour de nos territoires. Nous sommes donc en train de mettre en place toute une série d’actions qui va dans le sens de la relocalisation des produits agricoles, dans le prolongement de démarches telles que Bienvenue à la ferme ou des Marchés des Producteurs de Pays. Le « drive-fermier » en est une. Demain, d’autres outils seront mis en place afin de répondre aux attentes de la grande distribution comme à celles des consommateurs et des territoires.
Le « drive-fermier » proposera obligatoirement des prix producteurs ! C’est une des conditions sine qua non. À qualité égale, nous ferons tout notre possible pour être les mieux placés sur le marché.

Témoignage de producteurs*

Quels sont vos circuits habituels de commercialisation de vos produits, et pourquoi avoir rejoint le « drive-fermier » ?

Hubert Daron / Château Courtade-Dubuc - Camblanes et Meynac
Vins rouge et rosé, confit de vin, confiture raisin, jus de raisin et chocolat au vin
Le principe du drive-fermier, tout comme « Bienvenue à la ferme » correspondent parfaitement à notre physionomie du marché commercial. L’accès direct à la clientèle grâce aux moyens médiatiques dont nous disposons désormais constitue une opportunité qui nous convient.
Bertrand Hazera / Élevage des Barthes – Camarsac - Volailles
Nous sommes installés depuis 1984 et depuis l’origine nous avons toujours eu une clientèle de particuliers. Nous limitons les intermédiaires même si nous travaillons depuis 2003 avec une boucherie de grande qualité qui commercialise nos volailles et avec de grands restaurateurs étoilés. Nous faisons partie du réseau « Bienvenue à la ferme » et, en complément de la vente directe chez nous, nous vendons sur les marchés. Si le principe du drive-fermier nous permet de « sauver » quelques samedis dans l’année, ce sera un grand bonheur de ne pas se lever à 4h30 ces matins-là … tout en restant au contact d’une clientèle particulière. Il s’agit plus pour nous de modifier notre manière de travailler, que de vendre des volumes supérieurs.
Thierry Burnereau / Château Bel-Air - Saint-Jean-de-Blaignac - Fruits et Jus de fruits
Depuis plusieurs années j’ai rejoint les Marchés des producteurs de pays. Aussi, voyant comment la Grande Distribution développe ses propres drives, et combien la GD a du nez pour anticiper les nouvelles évolutions des modes de consommation, rejoindre le drive-fermier était pour moi une évidence. La personnalité du drive-fermier, c’est de proposer des produits locaux dont nous connaissons bien les producteurs. Pour ma part j’y vendrai en ligne des pommes, poires et cerises, mais aussi des jus de fruits issus de nos vergers dont la culture est conduite en lutte raisonnée.

Vous allez toucher une clientèle qui sera également motivée par la rapidité du processus d’enlèvement des achats, avec quelques minutes pour faire passer vos messages. Prêt pour relever ce challenge ?

Hubert Daron : Cela nous convient parfaitement car nous sommes déjà habitués à faire passer rapidement nos messages. Cela correspond à notre manière d’aborder les marchés. Les circuits courts ont le vent en poupe et il faut évoluer avec son temps !
Bertrand Hazera : Etre en contact direct avec la clientèle, c’est le sel de notre métier !... expliquer dans quelles conditions nos volailles sont élevées crée un rapport de confiance auquel nous sommes très attachés.
Thierry Burnereau : Je pratique cet « exercice » régulièrement et le principe de l’enlèvement rapide des achats laissera je l’espère plus de temps pour le contact avec la clientèle du drive-fermier

+ d'infos en Gironde