Festival TRADETHIK Saint Quentin de Baron

Festival TRADETHIK Saint Quentin de BaronLe festival TRADETHIK encourage la création de "nouvelles musiques traditionnelles" en programmant de jeunes artistes. C’est surtout un festival avec deux ambitions supplémentaires : ne pas ranger dans un musée les cultures rurales, et être porteur d’une démarche éthique tant dans la vision néo-rurale du festival, que dans ...

.... le mode de fonctionnement même du festival. Une fois n’est pas coutume, considérons qu’à partir de deux, les racines prennent ! La commune de Saint Quentin de Baron en Gironde accueille les 5,6 et 7 juillet 2013 la 2ème édition de son festival des cultures néo-rurales et trad’ : le festival TRADETHIK.

Tradethik est devenu un festival incontournable de la région bordelaise, aussi bien par sa programmation, son audace, que la fraîcheur de son équipe, jeune, surdynamique et surmotivée ! Cette année, la programmation, variée, fait la part belle aussi bien aux groupes locaux qu’à des groupes plus connus de la scène trad/folk, tels que Shillelagh, Mister Klof, La Base duo, Dbdb, La Forcelle, Faburden II, Cardamome, Satys, Les Poufs à Corde, Clica Drona…

Cette fois encore il sera possible de suivre des stages, (Danse, violon, accordéon, vielle, Cornemuse des Landes de Gascogne…) de s’initier aux danses de bal gratuitement, de participer ou suivre des discussions-débats autour de la thématique large des musiques et danses traditionnelles. (Leurs places dans la société actuelle, leurs évolutions, les acteurs, les partenaires…)

Festival Tradethik

Qu’ès aquo ?

C’est tout d’abord le 2ème festival de musique trad’ girondin après Musicabourdons à Canejan. Le projet de festival TRADETHIK est issu du regroupement de plusieurs acteurs du monde des musiques et danses traditionnelles gasconnes. Le festival TRADETHIK encourage la création de « nouvelles musiques traditionnelles » et ainsi doit pouvoir programmer et promouvoir de jeunes artistes. C’est surtout un festival avec deux ambitions supplémentaires : ne pas ranger dans un musée les cultures rurales, et être porteur d’une démarche éthique tant dans la vision néo-rurale du festival, que dans le mode de fonctionnement même du festival. L’organisateur du festival n’est autre que Mélodinote, association loi 1901, titulaire de licences de spectacles, dont l'action se situe autour de la gestion, la production et la diffusion de spectacles professionnels de musiques et danses traditionnelles, mais aussi de jazz, jazz manouche et chanson... Celle-ci a pour vocation, en outre, l’accompagnement de projets artistiques et culturels.

Histoire de trad’

Le milieu des musiques et danses traditionnelles a subi de profondes mutations depuis les années 1970 (revival folk, régionalisme virulent, etc). L’intérêt pour le « patrimoine traditionnel » n’a cessé d’évoluer. En effet, on observe aujourd’hui une tendance intéressante : la réappropriation des musiques et danses traditionnelles par les jeunes, et cela d’une manière vivace. Les festivals se multiplient, il est des régions où les centres de musiques et danses traditionnelles se sont vraiment développés ces dernières années (créations de classes de « musiques trad’ » dans des Conservatoires, d’écoles de musiques dédiées aux musiques traditionnelles ; CMTA, en Auvergne ; CMTRA en Rhône Alpes, Conservatoire Occitan à Toulouse…).Affiche Festival Tradethik

Le niveau musical ne cesse de monter, la création est florissante, des groupes se créent, se professionnalisent, mélangeant volontiers les musiques traditionnelles avec le rock, l’électro, le jazz, la musique classique, ou avec d’autres musiques traditionnelles… Cette tendance est réelle et visible partout en France et plus globalement dans le monde, au-delà même du trad’ pur et dur, du folk. A citer des jeunes tels que Jake Bugg qui redonne vie à Bob Dylan ou Joan Baez ; plus près de nous, Nolwenn Leroy à Tri Yann…

Le trad’ n’est donc pas ringard du tout, loin est le temps du collectage des années 60-70. Son ambition ne se limite pas à l’interprétation des standards du passé et des musiques paysannes, mais s’ouvre aussi à la création via de nouvelles compositions. Il existe une mouvance de néo-trad’, mais elle n’est pas absolument indispensable pour rendre le trad’ vivace. Il n’y a plus besoin de moderniser le trad’ pour affirmer que cette musique est plus que jamais actuelle ! Elle est pure, en lien avec le territoire. Ses passionnés sont engagés mais pas en mission de conversion musicale, et c’est ce qui fait sa force en 2013 ! Passé les discours identitaires ancien, le trad’ est avant tout une musique socialisante.

Pourquoi ce retour au trad’ ?

Dans un système aujourd’hui disparu, les musiques et danses traditionnelles avaient une fonction : créer du lien, communiquer, partager, mieux connaître l’Autre : jeune, vieux, riche, pauvre… C’est précisément ce contact humain, que l’Homme d’aujourd’hui cherche à nouveau, dans une société mondialisée (culturelle ou commerciale) où se posent clairement les questions des racines et de l’appropriation culturelle : d’où venons-nous ? Qui sommes-nous, ou plutôt, qui voulons nous être ? Les musiques et danses trad’ peuvent répondre à ces questions. Dans les bals, le public est acteur, il vit, se rencontre, tout le monde peut être amené à danser ensemble de manière très simple, ludique et agréable.

La néo-ruralité

Un tel festival a aussi comme objectif de faire entrer chez les néo-ruraux une conscience collective, de leur faire s’approprier une culture « trad’ » en pleine mutation. Connaître et respecter l’endroit où l’on vit ne veut pas forcément dire habiter dans un musée. Il en est de même avec les musiques traditionnelles. C’est en partie l’enjeu de la commune Saint Quentin de Baron, peuplée de néo-ruraux fraîchement arrivés et d’une population implantée depuis parfois plusieurs générations. Il devient indispensable d’impliquer les uns et les autres dans la vie de la commune pour cohabiter ensemble dans de bonnes conditions, et plus largement (re)devenir l’acteur de l’endroit où l’on vit.

Par exemple pour la 2ème édition du festival, les artistes seront hébergés dans des gîtes dans et autour de Saint Quentin de Baron, cela dans le but d’impliquer leurs propriétaires, d’assurer une retombée économique locale et de mettre en valeur le patrimoine (immobilier et gastronomique) du secteur. Tous les publics seront visés : jeunes, vieux, riches, pauvres, résidents de Saint Quentin de Baron, extérieurs… Il s’agit de réunir aussi bien le public régulier des bals trad’ de la région, que les locaux qui n’en ont jamais entendu parler. Mixité et ouverture d’esprit seront les mots d’ordre.

Festival Tradethik 2013-04

Le festival et l’éthique, pas que du bla bla

Dans ce cadre-là, les musiques trad’ sont porteuse d’une éthique : chacun est amené à rencontrer l’Autre, à faire attention à lui : les pratiques mises en valeur sont mixtes et intergénérationnelles. Aussi, un grand effort est fait pour l’impact du festival TRADETHIK sur l’environnement :

  • Mise en place un système de covoiturage via le site internet (www.tradethik.fr)
  • Promotion du trajet des CITRAM Bordeaux - Saint Quentin de Baron (ligne 402, passée à 2,50 € depuis septembre 2012)
  • Mise à disposition des poubelles de tri sur l’ensemble du site
  • Utilisation de projecteurs à LED (faible consommation d’énergie)
  • Utilisation des affiches et des tracts recyclables
  • Signalisation à base de produits recyclables
  • Utilisation de gobelets consignés à la buvette
  • Utilisation de couverts en métal et d’assiettes en céramique pour tous les bénévoles et artistes
  • Utilisation de couverts recyclables pour le public

Saint Quentin de Baron est particulièrement adapté à ce genre de festival. Toutes les activités et intérêts pourront avoir lieu dans un espace réduit, ce qui contribue à la convivialité de l’évènement. Cela facilite aussi la circulation pédestre et réduit les risques et la pollution liés à l’utilisation de véhicules. Le Stade reste la meilleure solution d’hébergement, aussi bien pour les festivaliers que les bénévoles. Transformé en camping, avec des conditions très strictes d’utilisation, il permet à chacun de ne pas prendre la voiture pendant les trois jours du festival.

Demandez le programme !

Des conférences gratuites ont lieu pendant la durée du festival, pour présenter les instruments trad’, des musiciens, ou des recherches. Une scène « découverte » est proposée pour promouvoir de jeunes groupes entre 18 et 25 ans de moyenne d’âge. La diversité et la qualité des groupes et compagnies présentes doit permettre de réunir tous les publics, de déconstruire l’image d’Epinal poussiéreuse des musiques et danses traditionnelles.

Des ateliers gratuits de danses, ouverts à tous, permettent à tout un chacun d’apprendre rapidement à passer un bon moment en bal trad’. Un marché de producteurs et d’artisans locaux permet des rencontres et des échanges en toute simplicité, dans l’espace public.

Des interventions dans les écoles sensibilisent les enfants aux musiques et danses trad’, et par ce biais touchent également les parents. La coordination de cette action peut permettre la mise en place d’un grand bal enfantin, constitué de danses communes avec les enfants de la communauté de commune. Pour la 2ème édition du festival est envisagé un partenariat avec les maisons de retraite du secteur pour approfondir le travail sur l’inter-générationnalité.

Les artistes

Vendredi 5 juillet

  • Dès 18h, déambulations musicales dans les rues pour annoncer l’ouverture du festival !
  • 19h : Inauguration
  • 19h30 : Initiation gratuite aux danses trad’
  • 20h : Bal Les Poufs à Cordes (Auvergne)
  • 22h : Bal avec Clica Drona (Toulouse)
  • 00h Bal avec Faburden II (Gironde)

Samedi 6 juillet

  • 10h : Stage de danse
  • 10h : Stage de danses de bal pour débutants (Salle, gratuit)
  • 10h : Stage d’instruments
  • 12h : Repas en plein air au son des boeufs de musiques trad’
  • 16h : Bal avec 18h : Bal avec Clac Clac Clac (Plein air gratuit)
  • 20h : Bal Gascon avec La Base Duo (salle)
  • 21h : Bal Auvergnat avec Duo Esbelin/Simonnin
  • 22h30 : Bal avec Shillelagh (Flandres)
  • 00h30 : Bal avec Dbdb Trio (Gascogne-Périgord)

Dimanche 7 juillet

  • 10h : Stage de danse (école)
  • 10h : Stage de danses de bal pour débutants (Salle, gratuit)
  • 10h : Stage d’instruments
  • 16h : Discussion, débat autour des musiques traditionnelles en Gironde (histoire, acteurs, avenir)
  • 14h : Bal enfantin (gratuit) animé par Les Tortues Véloces
  • 17h : Bal avec T-RAD (Sud Gironde)
  • 19h : Bal avec La Forcelle (Entre deux mers)
  • 22h00 : Bal avec Duo Barbar (Toulouse)
  • 00h : Bal avec Mister Klof (Paris)

Festival Tradethik 2013-03

Le mot de la fin

Le festival TRADETHIK ou festival des cultures néo-rurales est celui du renouveau du trad’, de l’authentique, des valeurs qui ont été celles de nos grands-parents, intégrées dans un nouveau mode
sociétal : la redynamisation rurale, la réappropriation des traditions et l’écologie. Comme le disait si bien, l’initiateur du festival, Camille Raibaud, « nous devons veiller au bilan carbone car la musique « trad’ » est une musique bio ». Il ne reste plus qu’à entrer dans la danse !