L’itinérance de l'Émer-veilleur Ordinaire #1 et #2 en Nouvelle-Aquitaine

Tout commence en 2018 : Le projet L’Émer-Veilleur Ordinaire initié par la plasticienne Valérie Champigny, est alors retenu dans le cadre d'un Appel à projet Culture & Santé Nouvelle-Aquitaine 2018-19.

Cette résidence de création avec un enjeu participatif s’est déroulée auprès des patients et des soignants de trois services en gériatrie du CHU de Bazas en Sud Gironde.

Cette approche artistique novatrice à travers le prisme de l’esthétique relationnelle a donné lieu à une diversité de productions allant de la photographie, à l’écriture, du dessin à quatre-mains à la poétisation de l’environnement hospitalier avec des photographies prises par drone.

La plasticienne utilise divers moyens d’expression et n’hésite pas à changer d’outil pour sensibiliser son public.

« Je crée divers dispositifs qui facilitent l’appropriation de l’espace et du langage. C’est le contexte qui nourrit mon action. Le paysage, les habitants d’un lieu sont déterminants dans ma façon d’intervenir. Les dessins à quatre mains se sont par exemple construit à l’occasion des rencontres avec les personnes qui restaient alitées dans le service de gériatrie. Avec d’autres, nous avons travaillé l’écriture, la voix ou la poétisation en extérieur avec mes grandes lettres » précise Valérie Champigny

Anafi 1.1.0
Anafi 1.1.0

L’exposition "L'Émer-veilleur Ordinaire #1 a donc donné lieu à une première restitution en 2019 au CHU de Bazas. Cette exposition a été retenue pour une seconde visibilité du 17 août au 18 décembre 2020 dans l’espace d’exposition de l’Agence Régionale de la Santé au 103b rue Belleville à Bordeaux.

Cette exposition personnelle est l’occasion du lancement de la résidence de création "L'Émer-veilleur Ordinaire #2" en 2021 soutenue par l’ARS au sein des établissements de santé et Ehpad en Nouvelle Aquitaine.

L’ensemble des récits/portraits sera valorisé au travers d’une publication « Nous l’appellerons Gaston » aux Éditions Mutuum. Ces récits font l’objet de lectures publiques par Valérie Champigny à la demande des médiathèques notamment.

05 CHU jonquilles

 

Articles similaires

Françoise Harf : quand la photographie numérique rime avec g... La Galerie Simone et les Mauhargats ouvre son espace Galerie à Françoise Harf, artiste plasticienne pour une découverte de l'univers du photographisme, une ré-interprétation graphique du monde ré...