Visiter le Phare de Cordouan, dernier phare habité de France

Monument à la gloire de la Monarchie, le phare de Cordouan est le roi des phares. Candélabre architectural au destin hors du commun, le "Versailles de la Mer", est une sentinelle avancée sur l'océan qui guide les marins depuis 1611.

Classé monument historique en 1862, la même année que Notre Dame de Paris, Cordouan qui abrite une chapelle et une chambre royale est protégée des fureurs de l'Océan par un imposant bouclier de mètres de haut encerclant l'édifice à la silhouette néoclassique.

Le phare de Cordouan n'est pas qu'un phare. Même ceux qui ont visité de nombreux phares y trouveront une attraction unique et spéciale tant le Versailles de mer est majestueux au sortir de l’estuaire de la Gironde.

Construit sur un plateau rocheur d'environ 150 hectares le phare de Cordouan est rattaché à la commune girondine du Verdon-sur-Mer. Ses 67,5 métres au-dessus des flots culminent à l'embouchure de la Gironde à 7 kilomètres de la Pointe de Grave et à 12 kilomètres de Royan. Le plateau rocheux de Cordouan s’étend sur une superficie de plus de 100 hectares devant l’embouchure de l’estuaire de la Gironde. Totalement submergé à marée haute et découvert à marée basse, il est entouré de multiples bancs de sables qui se déplacent, se forment et se déforment au gré des marées.

Il y a quelque chose dans les phares qui est émouvant et qui fascine. C'est peut-être parce qu'ils sont un symbole historique des exploits audacieux de l'homme sur la mer et l'océan. Souvent debout sur un rocher solitaire - ressemblant à l'index de la terre - les phares évoquent un sentiment d'intemporalité. En France, comme nulle part ailleurs, les phares font partie du précieux patrimoine maritime du pays, symbole de notre patrimoine. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le phare de Cordouan se démarque du reste des phares qui se dressent comme des sentinelles sur les océans et les mers de notre monde. Pour commencer, c'est l'un des deux seuls phares au monde qui figurent sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Connu sous le nom de Versailles de la mer - ou Patriarche des phares - l'autre caractéristique du phare de Cordouan est qu'il est le plus ancien de France. Et cela, de loin. Il a été construit entre 1584 et 1611. Cela signifie qu'il a plus de 400 ans. 4 siècles qui conduisent au respect. Bien sûr, le phare le plus ancien jamais construit au monde est le phare d'Alexandrie, qui a été construit vers 280 av.

Le phare de Cordouan est également unique car il ne s'agit pas seulement d'un phare, mais plutôt d'un complexe archietctural haut de 67,5 métres. Outre les lanternes et les salles de lanternes dont se vantent la plupart des phares, le phare de Cordouan comprend également un appartement du roi élaboré, comprenant un salon, une antichambre et plusieurs placards. Le sol de l'appartement du roi est fait de marbre brillant digne de la royauté. L'appartement contient également deux cheminées ainsi que de beaux bustes d'Augustin-Jean Fresnel, le célèbre inventeur français de la lampe à gradins. 

La brève et fascinante histoire du phare de Cordouan

Le littoral sur lequel se dresse le Phare de Cordouan a la réputation d'avoir été dangereusement traître. Jules Michelet, le célèbre historien français qui a écrit "l'Histoire de France" - ou l'Histoire de France - l'a décrit comme "un abîme dans lequel les eaux sont englouties".

Deux canaux étroits constituaient une caractéristique de la voie navigable, qui cachait autrefois des récifs dangereux et une corniche rocheuse connue sous le nom d'île de Cordouan. Inutile de dire que c'était un endroit dangereux pour les navires. Des balises auraient été érigées sur place depuis l'époque de Charlemagne au IXe siècle.

Plus tard au 14ème siècle, Edward Prince of Wales, connu sous le nom de Prince Noir - désireux de sécuriser la zone - lancera la construction d'une tour octogonale. Le feu serait allumé au sommet de cette structure de pierre pour aider les capitaines de navires vulnérables. Il y avait aussi une chapelle, où des prières ferventes étaient offertes au nom des voyageurs maritimes.

Avec le temps, cependant, la tour souffrira de négligence, une question qui attira l'attention du roi Henri III en 1581. Le roi engagera immédiatement l'ingénieur-architecte français Louis de Foix, qui construira le phare actuel. A son achèvement, le Phare de Cordouan était un prodigieux chef-d'œuvre architectural. S'élevant à 47 m de hauteur, le phare est à la fois magnifique et élaboré. Des salles voûtées, des portes voûtées et des statues sculptées embellissaient glorieusement son intérieur.

Après la Révolution française, entre 1788 et 1790, le phare de Cordouan a été rehaussé de 20 mètres par l’architecte Joseph Teulère qui a offert un prolongement harmonieux à l’édifice, avec des proportions idéales vues de l’extérieur et des courbes vertigineuses à l’intérieur. Les matériaux, calcaire et pavement de marbre blanc et noir, s’harmonisent avec la construction Renaissance.

C’est sur ce monument emblématique que l’ingénieur Augustin Fresnel a installé en 1823 la première lentille à échelons. Cette invention, plus tard appliquée aux phares du monde entier, a révolutionné l’optique en offrant aux faisceaux lumineux une portée exceptionnelle.

Edifice en tous points remarquable, Cordouan a été inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2021.

Pour pénétrer dans ce « château-phare », il faut arriver en bateau depuis Royan ou Le Verdon et marcher sur les bancs de sable avant arriver devant la porte des marées. Elle est ouverte par les gardiens du phare dès que le niveau de l’eau descend au-dessous de son seuil. Ses volets en bois sont changés en moyenne tous les 10 ans, alors que ses pentures et leurs écrous en bronze résistent à la corrosion depuis le 18e siècle. Elle est refermée dès que la mer remonte au niveau des marches.

Bien qu’elle arrête les vagues, elle n’est pas conçue pour être étanche, ce qui serait impossible. L’eau pénètre donc par les interstices et permet d’équilibrer la poussée entre l’intérieur et l’extérieur. Il faut alors attendre la prochaine marée basse pour sortir. Cédons la parole à l’un des gardiens du phare, Pierre, qui occupe les lieux toute une partie de l’année avec ses collègues. Il va nous expliquer les fonctions des différentes parties du bâtiment, à commencer par la citerne d’eau douce…