Surf : histoire du Lacanau pro

Le Lacanau Pro, également nommé "the French Pro", est non seulement une compétition reconnue dans le monde entier mais encore une pièce maîtresse du développement du surf en France et en Europe.

Véritable institution à travers laquelle le public découvre Kelly Slater, le Lacanau Pro permet également de déceler les futures stars européennes en les confrontant aux meilleurs surfeurs mondiaux. 

1979, les débuts du “Grand Prix Open de Lacanau Océan”

Tout a commencé en 1979 quand une poignée de surfeurs canaulais décide de mettre en œuvre une compétition de surf internationale sur les vagues girondines, à l’image de celles déjà existantes à Hawaii, mike-notary-1979en Australie ou en Afrique du Sud.

Cette première en France et en Europe s’avère être un pari audacieux et risqué d’abord par le manque d’expérience des locaux, mais surtout par les avertissements de l’un des pères fondateurs du french Pro, Jacques Hèle : "Le risque de ce pari c’est la réussite ! En effet, j’ai dit à l’ensemble de ces fous de surfeurs canaulais que cette démarche entraîne deux conséquences : soit c’est un fiasco total et ça s’arrête là, soit c ’est un succès, et là…, là, je les ai avertis qu’ils sont condamnés à faire mieux chaque année !"

Evénement totalement gratuit pour le public, des ressources financières arrivent timidement de quelques partenaires locaux, mais le bouclage du budget de ce "Grand Prix Internationnal de Surf" se fait tout naturellement avec la vente des sandwiches-merguez et une tombola ! Après une année difficile en 1981 où le retrait du sponsor principal dans les dernières semaines oblige à l’annulation de l’événement, le Lacanau Pro poursuit sa route tel que prédit par Jacques Hèle, président du French Pro pendant 18 années.

Ce concept de compétition "on the beach" est repris à la fin des années 80 par les grandes marques de surf anglo-saxonnes qui trouvent là un formidable support de communication : pour preuve du plagia, le principe de la cabine des juges en bungalows de chantier vitrés préparée par les organisateurs du French Pro en 1990 est repris sur pratiquement toutes les compétitions de surf dans le monde, et reste toujours d’actualité.

lacanau-surf-pro-1979

1983, la création de l’ASP (Association des Surfeurs Professionnels)

C’est en 1983 que naît le Lacanau Pro tel que nous le connaissons. L’ASP (au- jourd’hui la World Surf League) intègre la compétition canaulaise dans son calen- drier mondial. Cette évolution propulse le Lacanau Pro et permet d’accueillir 16 des meilleurs surfeurs mondiaux venus dispu- ter la compétition pour une dotation de 10 000$.

lacanau pro 2018 mosaique

Les légendes du surf viennent briller au Lacanau Pro

L’événement prend de plus en plus d’en- vergure, accueillant des grands noms du surf. En 1983, l’Australien : Barton Lynch remporte sa première compétition professionnelle à Lacanau et devient, cinq ans plus tard, champion du monde.Lacanau Pro 1983 L’événement se popularise très vite : en 1984, faute d’hébergements disponibles, les or- ganisateurs doivent accueillir les compé- titeurs chez eux, ce sont 18 surfeurs qui dorment dans une même maison.

Les années suivantes sont marquées par le passage de surfeurs iconiques. Tom Curren, 3 fois champion du monde, rem- porte l’étape canaulaise en 1984 et 1990. En 1990, le californien bat Kelly Slater qui n’a alors que 18 ans et qui reviendra, 4 ans plus tard, gagnant à son tour le Lacanau Pro.

La compétition féminine intègre le Lacanau Pro en 1987

Les meilleures surfeuses internationales font le déplacement et montrent tout le potentiel du surf féminin. Cette première édition est marquée par la victoire de la Sud-Africaine Wendy Botha, qui sera sa- crée championne du monde la même année. La célèbre Lisa Andersen, 4 fois championne du monde consécutives entre 1994 et 1997 brillera elle aussi sur les va- gues du Lacanau pro en 1995 et 1996.

Affiche CARAIBOS LACANAU PRO 2022

La compétition junior

Elle permet de mettre en lumière les figures du surf aujourd’hui mondialement connues en les confrontant à l’élite internationale. En 2011 Gabriel Medina remporte l’étape lors de ses dé- buts sur le circuit Qualifying Series. Les juniores françaises sont également au rendez-vous de l’étape canaulaise, Pauline Ado remporte trois années de suite l’édi- tion entre 2008 et 2010 suivie par Maud Le Car en 2011.

 

Vous aimerez également

+ d'infos en Gironde

La forêt des Landes de Gascogne : rupture d'un équilibre
La forêt des Landes de Gascogne : rupture d'un équilibre
  • Philippe Jouhanet
  • 25 Sep
La BD documentaire « Libourne, de Condate à nos jours ». 
La BD documentaire « Libourne, de Condate à nos jours ». 
  • Philippe Jouhanet
  • 21 Sep
Un joyau libournais sur la couronne de la Reine Elisabeth II
Un joyau libournais sur la couronne de la Reine Elisabeth II
  • Philippe Jouhanet
  • 19 Sep