Gypaète barbu dans les Pyrénées

Depuis plusieurs décénies, l’implication de nombreux acteurs sur l'ensemble du massif a permis d’accroître les effectifs de Gypaète barbu dans les Pyrénées françaises. Gypaetus barbatus barbatus est l’une des quatre espèces de vautours présentes en France.

Le gypaète barbu, le plus menacé des rapaces d'Europe
Le gypaète barbu, le plus menacé des rapaces d'Europe

Vautour magnifique, le Gypaète barbu a une envergure qui peut atteindre les 3 mètres. Son iris bordé d'un cercle rouge ainsi que lacouleur rouge orangé de son poitrail firent de lui, dans l'imagerie populaire, un démon des airs...

Gypaetus barbatus barbatus est l’une des quatre espèces de vautours présentes en France. Deux espèces appartenant à des genres différents ont une taille équivalente : le Vautour fauve Gyps fulvus et le Vautour moine Aegypius monachus. La troisième espèce de vautour, le Vautour percnoptère Neophron percnopterus, est une espèce migratrice de plus petite taille.Gypaete Barbu le casseur d’os des Pyrénées

Le Gypaète barbu est un grand rapace nécrophage qui présente une envergure imposante (2,60 m à 2,90 m). La tête est emplumée et ornée, chez l’adulte, d’un masque facial composé de plumes noires entourant l’œil clair cerclé de rouge et descendant sous le bec pour former une barbe. Le conduit auditif est souligné de noir. Le corps est svelte et arbore parfois un fin collier de plumes noires. Les pattes courtes sont entièrement recouvertes de plumes jusqu’aux serres qui sont peu développées.

Les jeunes de moins de trois ans se caractérisent par la livrée sombre de leur plumage. Ils se distinguent de leurs congénères plus âgés par leur tête de couleur noire et par leur corps et leurs ailes où les tons bruns prédominent.

Les ailes fines et sombres se terminent par cinq grandes rémiges effilées ; la queue longue et mobile lui confère un vol souple adapté à un survol rapproché du relief. Les premières mues des plumes de vol interviennent au cours de la deuxième et de la troisième année. Les oiseaux de quatrième et de cinquième année ont un plumage intermédiaire : les plumes de la tête et du corps s’éclaircissent et la silhouette s’affine ; le plumage définitif – tête et corps de couleur crème ou orangé (parfois blanc en Corse) contrastant avec les ailes et la queue gris ardoisé - est acquis généralement entre la cinquième et la septième année (certaines femelles acquièrent ce plumage dès l’âge de 4 ans alors que les mâles sont généralement plus tardifs) (tableau 1, page 12).

Il est probable que la mue des plumes des adultes intervienne généralement en fin d’été, après l’effort reproducteur. Une plume met trois mois à pousser, le processus de mue étant ralenti durant l’hiver montagnard, de novembre à mai.

Il n’y a pas de dimorphisme sexuel. Le seul cri émis par les gypaètes barbus est un long sifflement puissant rappelant celui des milans (« Tous les oiseaux d’Europe », J-C ROCHE, CD 1 / plage 66). La longueur totale du corps est de 110 à 150 cm, pour un poids oscillant entre 5 et 7 kg.

Le casseur d’os, un phénomène parmi les rapaces

C’est un vieux compagnon des Pyrénées. Sa présence est attestée sur le massif par des restes fossiles vieux de plus de 450000 ans. Autrefois, présent dans les Pyrénées, de l’Atlantique à la Méditerranée, il est tour à tour « Trencalos » (casseur d’os) en pays catalan, « Cap arrouy » (tête rouge) en Bigorre, « Arano Gorri » ou « Ugatz » au Pays basque.

Gypaete Barbu le casseur d’os des Pyrénées

Equarrisseur naturel des montagnes pyrénéennes comme le Vautour fauve ou le Vautour percnoptère, cet oiseau est doté d’une technique particulière pour son alimentation ultra spécialisée : le cassage d’os. Il prélève sur les cadavres d’animaux sauvages ou domestiques morts à l’estive les restes laissés par les autres équarrisseurs naturels : os, tendons et ligaments. Le gypaète laissera alors tomber les os les plus gros sur des zones rocheuses pour les briser, en récupérer les esquilles et s’en nourrir.

Un oiseau qui se maquille ! La couleur orange de sa tête et de son poitrail est obtenue par des bains réguliers dans des sources chargées d’oxyde de fer.
Un oiseau fidèle à son partenaire et son site de reproduction : les adultes en couple élisent un site de montagne (entre 600 et 2500 m) présentant des falaises avec quelques cavités à l’abri des intempéries et des dérangements pour tenter chaque année d’élever un poussin et l’amener jusqu’à l’envol.

Le Gypaète barbu ne vit pas seulement dans des massifs montagneux reculés, bien que ces massifs soient devenus les derniers bastions où il s’est maintenu. Les seules constantes de son habitat sont un relief abrupt présentant des milieux ouverts avec des ongulés sauvages ou domestiques de taille moyenne, des zones rupestres pouvant abriter un vaste nid et des pierriers sur lesquels il pourra casser des os. Le Gypaète barbu affectionne particulièrement les grands massifs calcaires qui offrent de grandes cavités et de nombreuses grottes où il peut construire son nid.

La plupart des aires des Pyrénées françaises sont installées dans des falaises situées au-dessus de 900 m d’altitude et celles des Alpes sont situées entre 1300 et 2600 m environ. Il existe des aires plus basses (Crète à 300 m d’altitude) et plus hautes (Asie centrale). Chaque couple possède plusieurs aires qui sont utilisées de façon plus ou moins régulière et situées dans un rayon généralement inférieur à 2000 m, dans un vallon ou une gorge.

L’altitude de son domaine vital en France ne descend pas en dessous de 400 m dans les Pyrénées. Le Gypaète barbu est un spécialiste des reliefs accidentés et abrupts présentant à la fois des milieux ouverts et sauvages où il peut repérer les carcasses des animaux morts dont il exploitera les restes osseux, et des milieux rocheux composés de falaises où il pourra nicher et de pierriers sur lesquels il pourra casser les os qui composent l’essentiel de son régime alimentaire.

gypaetus barbatus 2022b

Source LPO et dossier du plan national d’actions en faveur du gypaète barbu Gypaetus barbatus 2010-2020, document du Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer

+ d'infos des Pyrénées

Festival de Biarritz Amérique Latine
Festival de Biarritz Amérique Latine
  • Alain Etcheburu
  • 26 Sep
Spacejunk Bayonne : exposition solo de Madame
Spacejunk Bayonne : exposition solo de Madame
  • Christelle de Chastignac
  • 23 Sep