Prix Montaigne : Raphaël Doan, lauréat 2022

Créé en 2003 par la mairie de Bordeaux et l'Académie du Vin de Bordeaux, ce prix littéraire récompense la qualité d’un essai exprimant pour notre temps, des valeurs d'humanisme, ....

.... de tolérance et de liberté, chères au célèbre écrivain, Michel de Montaigne, qui fut maire de Bordeaux de 1581 à 1585.

Le jury du Prix littéraire Montaigne de Bordeaux présidé par Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut, a choisi de décerner le Prix 2022 à Raphaël Doan pour son ouvrage « Le rêve de l’assimilation - De la Grèce antique à nos jours » (Passés Composés 2021)

Le Lauréat 2022

Ancien élève de l'ENS et de l'ENA, agrégé de lettres classiques, Raphaël Doan est magistrat au tribunal administratif de Paris. En octobre 2019 à 26 ans, il publie son premier livre « Quand Rome inventait le populisme », unanimement salué par la critique. En 2021, il remporte le Prix de la Revue des Deux Mondes pour son ouvrage « Le rêve de l’assimilation - De la Grèce antique à nos jours » pour lequel il reçoit aujourd’hui le Prix Montaigne.

A l'heure de la mondialisation et des mouvements migratoires qui questionnent les sociétés occidentales, comment considérer l'étranger ? Dans cet ouvrage solidement documenté, Raphaël Doan dresse un panorama des pratiques de l'assimilation de l'Antiquité à nos jours. Il montre ainsi que l'assimilation qu'il distingue de l'intégration et de l'acculturation et qui peut faire l'objet de controverses aujourd'hui, a toujours été un enjeu dans les sociétés ouvertes. Pour lui, il serait erroné de considérer l'assimilation comme une tentation d'un repli sur soi, ou l'expression d'un nationalisme, mais plutôt comme la manifestation d'un universalisme plus modeste. A travers l'analyse des pratiques historiques, Raphaël Doan nous invite à réfléchir au rapport que nous souhaitons entretenir à nous-mêmes et à l'étranger. Pierre Mazet, Secrétaire perpétuel du Prix Montaigne.

Le Prix Montaigne

Cette distinction salue la qualité littéraire d’un essai exprimant pour notre temps, l’ouverture et la liberté d’esprit, ainsi que l’humanisme sans frontière qui furent ceux de Michel de Montaigne. Le Prix est attribué par un jury désigné conjointement par la Ville de Bordeaux et l’Académie du Vin de Bordeaux : Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut de France (Président), Pierre Mazet, Secrétaire perpétuel, Nicolas de Bailliencourt, Jean-Pierre de Beaumarchais, Marguerite Figeac-Monthus, Patrice Gueniffey, Yves Harte, Robert Kopp, Aurélie Labruyère, Alexandre de Lur Saluces, Jean-Marie Planes, Jean-Pierre Poussou, Mathilde Royer de la Bastie-Chevallier et de Catherine Dupraz, directrice générale des affaires culturelles de la Ville de Bordeaux.

Le Lauréat recevra une dotation très exceptionnelle de 20 caisses de Grands Crus de Bordeaux, offerts par les châteaux membres de l’Académie du Vin de Bordeaux : Château d’Armailhac, Château Calon Ségur, Château de Camensac, Château Clerc Milon, Château Fourcas Dupré, Château Giscours, Château Prieuré-Lichine, Château Talbot, Château Carbonnieux, Château Malartic-Lagravière, Château Pape Clément, Château Rahoul, Château Clos Fourtet, Château de Ferrand, Château Larcis-Ducasse, Château Latour (Pomerol), Château Petit-Village, Château Bastor-Lamontagne, Château Doisy-Védrines et Château Guiraud.

Prix Montaigne Raphael Doan lauréat 2022 02

Le palmarès prestigieux du Prix Montaigne

  • 2021 : François Azouvi pour son livre « Français, on ne vous a rien caché ». Un prix spécial du jury a été attribué à Paul Veyne pour l’ensemble de son œuvre.
  • 2020 : Michel Pastoureau pour son livre « Jaune. Histoire d’une couleur ».
  • 2019 : Jean Birnbaum pour son livre « La Religion des Faibles. Ce que le djihadisme dit de nous ».
  • 2018 : Philippe Sands pour « Retour à Lemberg ».
  • 2017 : Patrice Gueniffey pour son ouvrage « Napoléon et De Gaulle. Deux héros français ».
  • 2016 : Éric Roussel pour « François Mitterrand. De l'intime au politique ».
  • 2015 : Régis Debray de l’Académie Goncourt, pour « Un candide à sa fenêtre. Dégagements II ».
  • 2014 : Philippe Raynaud pour son ouvrage « La politesse des lumières - Les lois, les mœurs, les manières ».
  • 2013 : Jean-Pierre Le Goff pour « La fin du village : Une histoire française ».
  • 2012 : Pierre Nora de l’Académie Française, pour « Historien public ».
  • 2011 : Laurent Fabius pour « Le cabinet des douze ».
  • 2010 : Mona Ozouf pour « Composition française, retour sur une enfance bretonne ». Un prix spécial du jury a été attribué à Jean-Claude Casanova, membre de l'Institut de France, pour la revue Commentaire qu’il dirige.
  • 2009 : Elie Barnavi pour son ouvrage « L'Europe frigide, réflexions sur un projet inachevé ».
  • 2008 : Philippe Beaussant de l’Académie Française pour « Passages de la Renaissance au baroque ». - 2007 : Pascal Bruckner pour « La tyrannie de la pénitence, Essai sur le masochisme en Occident ».
  • 2006 : Thérèse Delpech pour « l’Ensauvagement, Le retour de la barbarie au XXIe siècle ».
  • 2005 : Michel Winock, pour « La France et les juifs, de 1789 à nos jours ». Un prix spécial du jury avait été attribué la même année à François Cheng de l’Académie Française, pour « Le livre du vide médian ».
  • 2004 : Jacques Julliard, pour son ouvrage « Le choix de Pascal ».
  • 2003 : Philippe Sollers, pour « Illuminations ».

+ d'infos de Bordeaux Métropole