Mémoire de la Shoah : nouveaux "pavés de la mémoire" à Bordeaux

Jeudi 29 septembre au 199 rue Achard, Pierre Hurmic maire de Bordeaux a dévoilé un nouveau "pavé de la mémoire", dit Stolpersteine (pierre d’achoppement) à l’endroit du dernier domicile connu du Docteur Sabatino Schinazi (aussi appelé le médecin des pauvres, déporté à Auschwitz puis à Dachau où il décèdera, personnalité évoquée lors du procès Papon). 

Ces pavés de béton recouverts d’une plaque de laiton honorent la mémoire des victimes du nazisme.

A partir d'un projet lancé par l’Université Bordeaux-Montaigne en 2017, huit Stolpersteine** ont déjà été posés à Bordeaux devant les derniers lieux de vie de victimes du nazisme. Sept nouveaux pavés de la mémoire seront posés d’ici la fin de l’année*, lançant une dynamique mémorielle portée par la Ville autour de la Shoah en mémoire des victimes juives et résistantes. A minima, ce sont 295 familles dont 85 enfants qui ont été déportés de Bordeaux vers les camps de concentration et d’extermination.

Bordeaux, avec Bègles, sont les premières grandes villes françaises à s'être engagées dans cette démarche.

Mémoire de la Shoah 2C0A3930

Mémoire de la Shoah 2C0A3945

Profils représentatifs de destins brisés et de familles séparées

Création de l’artiste allemand Gunter Demnig, chaque pierre rappelle la mémoire d’une personne déportée dans un camp de concentration ou d’extermination en raison de son identité ethnique, son appartenance religieuse ou son orientation sexuelle. Les pavés sont incrustés dans le sol devant le dernier domicile connu des victimes identifiées. Les premiers Stolpersteine ont été posés en 1995 en Allemagne. Depuis, ce sont plus de 70 000 pierres qui l’ont été dans toute l’Europe.

Mémoire de la Shoah 2C0A4025

*Les 7 Stolpersteine posés en 2022

  • jeudi 29 septembre : 199 rue Achard, en mémoire du Docteur Sabatino Schinazi
  • jeudi 20 octobre : 5 rue Louis Mie, en mémoire de Berthe et André Murrate et 13 impasse Forestier, en mémoire de Ginette et Marcelle Borruel.
  • mardi 22 novembre : 48 rue Ausone, en mémoire de Martin et Berthe Katz.

**Les 8 Stolpersteine déjà posés depuis 2017

  • parvis des Droits de l'Homme, face au Tribunal de Grande Instance de Bordeaux, à la mémoire de trois résistants autrichiens : Alfred Loner, Alfred G. Ochshorn, et Fritz Weiss, arrêtés et déportés en 1943 depuis Bordeaux.
  • 4 place Saint Pierre, à la mémoire de la famille Baumgart, Abraham, Bernard, Chana, Roland et Léon Henri, déportés et assassinés à Auschwitz en 1942.

Photos libres de droit.
Crédit photo : TS-mairie de bordeaux