Le Château de BOURDEILLES en Périgord

Le Château de BOURDEILLES en PérigordLe Château de BOURDEILLES est avec BIRON, BEYNAC et MAREUIL, l’une des quatre baronnies du PERIGORD. Les premières traces attestant de BOURDEILLES remontent à une place forte, qui en 1183 accueillit des moines venus s’y réfugier avec les reliques de SAINT SICAIRE. C’est à cet endroit que fut érigé, à la fin du XIII ème siècle, ....

... le corps d’un bâtiment féodal qui subsiste encore aujourd’hui. Pendant plusieurs siècles, écartelé entre couronne de France et d’Angleterre, le Château de BOURDEILLES traversera bien des tempêtes politiques et religieuses. La paix revenue, la ravissante Jacquette de MONTBRON fait construire, au XVII ème siècle, le château Renaissance à quelques enjambées de la forteresse médiévale. Devenue veuve, son intelligence et sa beauté ne manquèrent pas de séduire son beau-frère, qui n’était autre que le célèbre BRANTOME.

LOCALISATION

Bâti sur un éperon rocheux qui domine la Dronne, BOURDEILLES se situe au Nord-Ouest de PERIGUEUX, et au Sud-Ouest de NONTRON. Il règne en maître sur le petit village encore serré autour de son château.

BOURDEILLES MERITE QU’ON S’Y ARRETE

BOURDEILLES est bien un produit «deux en un ».Défensif à l’origine, objet de convoitises nombreuses, théâtre d’épopées sanglantes, libéré des Anglais et rendu au Comte du PERIGORD par le célèbre DUGUESCLIN, BOURDEILLES est aussi un château d’agrément témoignant de l’élégance d’un nouvel art de vivre.

Ballotté ensuite de successions en héritages, de mariages en trahisons, il entre en I962, par une ultime donation, dans le patrimoine du département qui en confie la restauration à un couple de mécènes parisiens.Monsieur et Madame SANTIARD BULTEAU, pris d’une véritable passion pour le Château de BOURDEILLES, l’habilleront alors d’un mobilier de collection exceptionnel et unique en France.

Le Château de BOURDEILLES en Périgord

BOURDEILLE OU BOURDEILLES ?

Les deux s’écrivent...Reste que les BOURDEILLES, qui ont souvent été propriétaires de leur château, l’ayant aussi souvent perdu (!), ne portent pas de S à la fin de leur patronyme.Il semblerait que BOURDEILLES avec un S vienne, en fait, des services de la poste, qui au XIXème siècle, ont officialisé cette orthographe malencontreusement enrichie. On peut donc écrire « le château de BOURDEILLES » (voir l’orthographe retenue par l’annuaire téléphonique), mais il faut écrire le château des BOURDEILLE (de la famille de BOURDEILLE).On peut ajouter qu’en occitan BOURDEILLE se dit au singulier (BORDELHA).

COUP DE FOUDRE

 

Le PERIGORD est comme une île : Des hommes, peut-être plus aventuriers que d’autres, en sont partis. Tenaces, conquérants, et malins, ils sont allés à PARIS, ou ailleurs, chercher fortune. Fidèles à leurs origines, ils ont servi le PERIGORD. Qu’ils soient capitaines d’industrie, ministres , diplomates ou élus, hommes de lettres, et philosophes, ils ont toujours fait retomber en pluie sur leur pays les bénéfices de leur travail et de leur exil.En sens inverse, il y a ceux qui un jour ont accosté en DORDOGNE et qui n’en sont jamais repartis y trouvant le havre qu’ils avaient toujours recherché. Robert SANTIARD appartient à ceux-là.

Il a trouvé en BOURDEILLES l’abri idéal pour déposer la fabuleuse collection de meubles qu’il avait, tout au long de sa vie, lentement amassée. Ce collectionneur, d’origine bourguignonne, autrefois installé à La Tresne en amont de Souillac, mit alors toute sa fortune et toute son énergie à redonner à BOURDEILLES le lustre de ses années passées. La restauration du Château Renaissance terminée en I968, il y installa ses fastueuses collections.

A sa mort, Madame SANTIARD BULTEAU continua le travail entrepris par son mari, et s’attacha à sauver le château féodal, complétant les collections de nouvelles donations. Elle mourut en I972.Château et collection appartiennent aujourd’hui au département de la DORDOGNE et constituent un ensemble d’une valeur inestimable dont la SEMITOUR PERIGORD assure la gestion.

Le Château de BOURDEILLES en Périgord

 

BOURDEILLES... INVIOLABLE

La place est connue depuis longtemps pour sa situation naturelle stratégique et défensive.

Avant même que les premières pierres du château féodal ne soient posées, au XIIIème siècle, il existait un castrum particulièrement sûr, assis sur un éperon rocheux en fer de lance dominant la Dronne. C’est l’assiette idéale pour une forteresse qui tout au long de son histoire aura à résister aux déchirements familiaux, religieux et politiques qui ont agité le PERIGORD entre le XIIIème et le XVIème siècle. L’à pic rocheux, dégagé et abrupt, qui protège la forteresse, est léché par la rivière qui coule au nord-est et qui double ainsi la protection de l’édifice.

Au sud, le roc qui domine le bourg aurait pu permettre l'accès d’assaillants, mais protégé par un rempart continu, et muni d’un chemin de ronde sur mâchicoulis, il ne laisse aucune chance à l’ennemi. Enfin, vers l’ouest, le château lui-même forme un mur infranchissable, et au nord une simple muraille poursuit un à pic vertigineux.Le seul accès possible était lui-même protégé d’une porte fortifiée, munie d’une herse terrible, d’un assommoir redoutable, et suivi d’une rampe d’accès dissimulant archères, canonnières, et échauguette avancée. Avis aux visiteurs indélicats qui souhaiteraient entrer sans payer... A bon entendeur, salut !

Jacquette de MONTBRON : BESOIN DE PERSONNE

Au XVIème siècle, Jacquette de MONTBRON, épouse André de BOURDEILLE, alors Gouverneur Sénéchal du PERIGORD. Des ruisseaux de sang se répandent en PERIGORD. Les guerres de religions opposent catholiques et protestants. Le Sénéchal parvient à grand peine à conserver l’ensemble de la noblesse périgourdine sous l’obédience royale et dans le giron de l’Eglise. Le Château de BOURDEILLES en PérigordL’heure est à la diplomatie en politique ... et au château la mode est aux travaux ! Jacquette de MONTBRON entreprend la construction d’un château Renaissance, dessinant elle-même la future résidence des BOURDEILLE « sans le secours d’aucun architecte ».

Elle crée un palais très pur, réservant à Catherine de MEDICIS un salon, dit salon doré, dont la décoration est confiée au peintre italien Ambroise LENOBLE. La pièce est immense, mesurant 15 mètres sur 10.

A ses extrémités, Jacquette fait édifier deux cheminées monumentales, décorées de lambris peints, de monogrammes, de lacs, et de rinceaux. De larges baies à meneaux éclairent l’endroit, et font éclater toute la richesse d’un plafond à la française, dont les quatre poutres maîtresses, les 15O solives et les caissons sont entièrement décorés et peints de bouquets, de feuillages, de vases de fleurs, et d’animaux fabuleux.

Rien n’est trop beau. Tout est pensé en l’honneur de la Reine... qui ne viendra jamais ! La pièce est aujourd’hui meublée de cinq tapisseries françaises, de tapis, de coffres, fauteuils, cabinets espagnols et florentins, céramiques mauresques et italiennes, et objets de curiosité.

Lorsqu’André de BOURDEILLE meurt, Jacquette devient la première baronne du PERIGORD. Elle est riche, elle est belle, elle est talentueuse... et elle est veuve.

Pierre de BOURDEILLE, son beau-frère, qui n’est autre que BRANTOME, sort de sa réserve et guigne la Dame et son trésor... il chante les charmes de celle-ci, fait sa cour, se presse et s’empresse.

De sa belle sœur, il écrit : « Elle a fait et composé de très belles poésies. Elle aima fort la géométrie, et l’architecture... Elle fut très belle en son printemps, très belle en son été, très belle en son automne ».

Mais aucune de ces saisons ne permit à BRANTOME de toucher le cœur de la belle... et la Sénéchale le renvoya prestement à son abbaye et aux « Dames Galantes ».

Elle laisse à son fils unique, Henry, une demeure majestueuse et riche de tous les arts de la Renaissance.

Le Château de BOURDEILLES en Périgord

A NOTER
Le Château de BOURDEILLES est ouvert tous les jours en saison. Il est fermé le mardi, hors saison.
Visite guidée d’une heure
Renseignements : SEMITOUR PERIGORD au O5 53 05.65.65

Articles similaires

Le Périgord célèbre le 400ème anniversaire de la disparition... Le Périgord célèbre le quadri-centenaire de la disparition de Pierre de Bourdeille, dit Brantôme. Ecrivain français surtout connu pour des récits relatant sa vie de courtisan et de soldat au XVIème si...