L’Île Nouvelle et son archipel de l'estuaire de la Gironde

Les îles de l'Estuaire de la GirondeL’Île Nouvelle est la réunion de deux îles : Boucheaud et Nouvelle (appelée aussi « Sans Pain »), apparues au début du 19ème siècle. Elles ont été très vite endiguées et exploitées par l’homme pour leur terre, riche en sédiments, et pour faciliter la navigation vers le port de commerce de Bordeaux.

Jusqu’aux années 50, la viticulture domine sur cette île comme sur les autres, et ses deux villages abritent jusqu’à 150 habitants... les « îlouts ». Ensuite, l’histoire de l’île bascule : vigne arrachée, village abandonné… L’île tombe à l’abandon. En 1991, l’Île Nouvelle est finalement achetée par le Conservatoire du Littoral pour son potentiel écologique exceptionnel. Sa gestion est confiée au Conseil général, au titre de sa politique des Espaces Naturels Sensibles (ENS) et de son programme de développement de l’Estuaire de la Gironde.

Ile-Nouvelle-Michel-Le-Collen

Une Île pour les oiseaux

Ouvrir des digues pour permettre à l’eau de circuler librement et recréer ainsi, progressivement, un milieu propice au développement de certains végétaux et à l’accueil d’oiseaux... Telle est la finalité du programme de gestion écologique mené sur l’île et baptisé « renaturation ». Située sur un axe migratoire majeur, l’Île Nouvelle devient, ainsi, un site ornithologique de premier plan. Depuis 2007, démarrage du processus de renaturation, cet Espace Naturel Sensible offre aux oiseaux d’eau et plus particulièrement aux ardéidés (famille des hérons), des milieux propices à leur reproduction. Un accroissement considérable des espèces et des effectifs de hérons nicheurs a d’ailleurs été constaté.

L’île aujourd’hui 

Le projet mené par le Conseil général et le Conservatoire du Littoral sur l’Île Nouvelle est à la fois écologique et patrimonial. Il vise à :

  • « renaturer » l’île
  • valoriser le site auprès du grand public en capitalisant sur sa dimension environnementale mais également historique, culturelle et touristique.

Depuis 2008, de juin à novembre, des guides naturalistes proposent des visites permettant de découvrir la richesse de la faune et de la flore sur l’île mais aussi son patrimoine, son histoire…

Ile-Nouvelle-09

L’île Nouvelle et son archipel. Comment naît une île ?

Juste après le bec d’Ambès, un archipel de sept îles se déroule au fi l de l’eau : la Grande île, ou île Verte, la petite île de Margaux, l’îlot du Fort Paté, l’île Nouvelle, le vasard* de Beychevelle, l’île de Patiras et, tel un point fi nal, l’îlot de Trompeloup. Mais d’où viennent-elles ?

Les îles, des espaces en mouvement

Nées du fleuve il y a quelques centaines d’années, les îles de l’archipel sont en perpétuel mouvement et se transforment au gré des courants : l’amont est rogné par l’érosion pendant que l’aval se sédimente et s’effile. Juste après le bec d’Ambès, un archipel de sept îles se déroule au fil de l’eau :  la Grande île, ou île Verte, la petite île de Margaux, l’îlot du Fort Paté, l’île  Nouvelle, le vasard* de Beychevelle, l’île de Patiras et, tel un point fi nal, l’îlot de Trompeloup. Mais d’où viennent-elles ?

Comment naît une île ?

Les fleuves Garonne et Dordogne apportent des tonnes d’alluvions (2 à 3 millions par an).  Cette masse est la proie des marées qui y mêlent des sables marins (c’est le phénomène du bouchon vaseux). Parfois, sur les hauts-fonds, ces sédiments se déposent et créent un vasard*. Puis, ce banc devient marécage, la végétation se développe, des alluvions et des  branchages s’accrochent. C’est ainsi que naît une île.

Ile-Nouvelle-Michel-Le-Collen-02

Trois siècles d’histoire

En 1707, une carte signale des bancs en face de Blaye. Puis deux îles, bientôt appelées Bouchaud et Nouvelle, fi gurent pour la première fois sur un plan en 1825. C’est en 1830 que l’île Nouvelle prend le nom d’île San-Pain : l’hiver est si rude qu’il empêche tout ravitaillement. Aujourd’hui réunies, ces deux îles sont désignées sous le nom d’île Nouvelle. Histoire-Ile-Nouvelle-02

L’île Nouvelle, une île façonnée par l’homme

Les premières digues furent construites à partir de 1820 pour rendre les terres cultivables. Puis, vers 1850, de grands travaux sont entrepris pour agrandir le chenal de navigation car l’estuaire joue un rôle économique majeur. Une digue est installée entre les îles Sans-Pain et Bouchaud pour chasser le courant dans le chenal qui s’en trouve raviné. Cette digue va accélérer la fusion des îles, et donner naissance à l’île Nouvelle, consolidée par un nouvel endiguement dans les années 1950.

L’âge d’or de l’île Nouvelle

Vers 1850, la vigne s’installe pour un siècle sur les îles Bouchaud et Sans-Pain. L’importance de la main-d’oeuvre nécessite la construction de deux villages. Le climat protège du gel et de la grêle, et les sols sont inondés chaque hiver pour les nourrir des sédiments du fl euve. Cette coutume est à l’origine de l’âge d’or des îles : alors que le phylloxéra* ravage le vignoble français, l’inondation hivernale des vignes permet de les protéger de cette maladie.

Les “ îlouts ”

La culture de la vigne attire la main-d’oeuvre. Dans les années 1920, sur les îles Bouchaud et Sans-Pain, il y a jusqu’à 150 personnes. Histoire-Ile-Nouvelle-03Chaque île a son village organisé autour des maisons, des chais et de l’école. Il y a les ouvriers, le régisseur, le ferronnier, le marin, l’instituteur… Quatre générations d’« îlouts » ont fait vivre cette langue de terre jusqu’à ce que le recul du vignoble au profi t des céréales la dépeuple.

Une île abandonnée

La surproduction de vin, dans les années 1950, bouleverse l’histoire de l’île Nouvelle. Les vignes sont arrachées, et l’île est vendue au début des années 1960. Les villages se vident. C’est la fi n d’un monde à part. Une plantation de peupliers laissera fi nalement la place au maïs à partir de 1972. Les constructions devenues inutiles sont laissées à l’abandon et détruites en partie.

Le début d’une nouvelle aventure

L’île Nouvelle est aujourd’hui dans une période transitoire. Le Conservatoire du Littoral et le Conseil Général de la Gironde se sont associés pour lui redonner vie autour d’un projet à la fois écologique et patrimonial. Après un siècle d’activités agricoles, il s’agit maintenant de la “ renaturer ”, de la redonner à la nature. Mais il s’agit aussi de valoriser l’histoire de l’archipel, et notamment des hommes qui ont vécu sur ces îles.

Ile-Nouvelle

Renseignements et réservation
@ Maison du Tourisme de la Gironde à Bordeaux : 05 56 52 61 40
@ Office de Tourisme du canton de Blaye : 05 57 42 12 09
@ Maison du Tourisme et du Vin de Pauillac : 05 56 59 03 08

Comment y aller ?

{gmapfp map_centre_id="92" id="92" lmap="542" hmap="400" zmap="11" }

A voir

Ile-Nouvelle-Estuaire-de-Blaye


Articles similaires

Assassinats d'Origine Contrôlée Célèbre pour ses vestiges médiévaux et la qualité de ses crus, la paisible petite ville de Saint-Émilion bascule dans l’horreur à l’approche des vendanges vertes. Avec AOC Assassinats d'Origine Contr...
Jean-Jacques Enet : coopérative des Vignerons de l'Ile de Ré C'est à l'abri du gulf-stream, bercées par la douceur atlantique, que les vignes de l'Ile de Ré mûrissent lentement au soleil charentais. Les Vignerons de l’Ile de Ré ne cessent d’évoluer et d’innover...
Biodiversité et santé : du concept à la réalité urbaine Un "Rendez-vous de la Biodiversité" c'est une soirée d'échanges et de débat autour d'un thème liant biodiversité et société. C'est aussi un événement ancré sur un territoire, qui invite les acteurs lo...
Le Josem au Festival MusiK à Pile 2019 Le Festival MusiK à Pile continue de dévoiler sa programmation (voir nos précédents articles) Comme depuis 2 ans, le samedi après-midi sera accessible gratuitement aux petits et grands festivaliers. A...
Réserver un hôtel en Nouvelle-Aquitaine L’Aquitaine est l'une des régions la plus recherchée par les touristes français. Si les plages et le charme de la région y sont pour beaucoup, le professionnalisme des hôteliers et la qualité de leu...