Saint-Sever - Cap de Gascogne

INDEX DE L'ARTICLE

Saint-Sever - Tourisme Landes ChalosseSaint-Sever, importante cité du Moyen âge, est la clef du passage entre la plaine de pins et la Chalosse vallonnée. Son emplacement stratégique surplombant l’Adour explique son occupation dès la protohistoire. Un musée à ciel ouvert dans les Landes. L’abbaye bénédictine de Saint-Sever, est classée Monument historique ....

.... et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des chemins de Compostelle. Le site classé de Morlanne était le siège du camp et du palais gallo-romains, et sans doute de la 1ère église martyriale de Saint-Sever. La ville est dominée par la présence majestueuse de l’abbaye bénédictine (988 – 1932). Fondée et fortifiée en 1100, l’enceinte fut agrandie au XIVesiècle (, échauguette, porte) en intégrant le des Jacobins (1280 – 1686). Des hôtels particuliers (XVIe, XVIIIe, XIXesiècle) ponctuent les rues de la ville. 

Selon la légende, au Vesiècle une église-martyriale fut implantée à l’emplacement de la sépulture de Severus, et des bénédictins s’y installèrent dès le VIIe siècle. Le monastère actuel a été fondé en 988 par le duc de Gascogne Guilhem Sanche. Entre 1028 et 1072, sous l’abbatiat de Grégoire de Montaner, l’abbaye dominait la région. Après un incendie vers 1065, l’abbé Grégoire reconstruisit l’église selon un plan bénédictin à 7 absides échelonnées. Au début du XIIe siècle, l’église fut achevée avec tribunes de transept et d’étage. Le sol du chœur était pavé de mosaïques. 77 chapiteaux romans (fin XIe– début XIIe siècle), ornent l’église.

Saint-Sever - Tourisme Landes Chalosse


Les bas-côtés voûtés d’ogives et éclairés de fenêtres à remplage rayonnant sont des restaurations du IVe– XVesiècle après la guerre de cent ans. Au XVIIe– XVIIIe siècle, les Mauristes rétablirent le monastère détruit par les protestants en 1569 : abside principale, façade, cloître et bâtiments conventuels.

Saint-Sever - Tourisme Landes ChalossePendant la Révolution, les religieux ont été chassés, l’église fut rendue au culte paroissial en 1795. Au XIXesiècle, la façade et la nef néo-romanes furent rétablies et le clocher remonté en 1932.

L’orgue, au buffet de bois sculpté en 1711 de F. Lépine, fut restauré en 1737 par Dom Bedos puis en 1897 par Aristide Cavaillé-Coll. C’est un des rares orgues romantiques encore intact.

Salle du Trésor

Exposition d’objets et d’habits de cérémonie religieux des XVIIe XVIIIesiècle : plat de quête, encensoir, chapelle d’évêque, reliquaires, tabernacle, tableaux, statue de saint Michel terrassant le Dragon, chasubles, chapes, dalmatiques, étoles et manipules.  Fac-similé de l’Apocalypse de Saint-Sever : manuscrit du XIesiècle

Le couvent des Jacobins, M.H. et I.S.M.H.

Le couvent des Jacobins (Dominicains) a été fondé en 1280 par Eléonore de Castille, épouse d’Edouard 1erroi-duc d’Angleterre. L’église, la salle capitulaire et le réfectoire sont gothiques. L’église à nef unique et chevet plat était éclairée de grandes baies et d’une rose occidentale, et couverte d’une charpente en berceau brisé de bois de chêne.

Le réfectoire est décoré d’une fresque de 1335 représentant saint Dominique et le Cardinal Godin. Les vestiges de l’ancienne chaire du lecteur sont de 1305. Les Huguenots en 1569 détruisirent une partie du couvent qui fut rétabli grâce à l’aide du Père Antonin Cloche, Saint-Séverin devenu maître général de l’ordre dominicain en 1686.

Le cloître et les ailes sud et ouest des bâtiments conventuels furent restaurés en briques et pierres. L’aile nord, contre l’église était surmontée d’une galerie ouverte par des arcades en plein cintre. Après la Révolution, le couvent servit d’école centrale du Département jusqu’en 1867, de collège municipal jusqu’en 1896, d’école d’agriculture  jusqu’en 1970. Depuis lors, Saint-Sever le restaure peu à peu.

Saint-Sever - Tourisme Landes Chalosse

Le musée des Jacobins

Vestiges archéologiques provenant de Morlanne (IVe– VIIIe siècle), de la villa gallo-romaine d’Augreilh (IVe siècle), de l’abbatiale et des Jacobins. Présentation de l’architecture civile et militaire, et d’archives de l’abbaye bénédictine. Exposition de cartes postales anciennes de Saint-Sever. Exposition de grandes diapositives de l’Apocalypse de Saint-Sever : Il s’agit d’un manuscrit enluminé sur parchemin, qui a été fabriqué dans le scriptorium de l’abbaye bénédictine dans la seconde moitié du XIesiècle. Il a été copié sur les Béatus mozarabes espagnols dont il existe encore une trentaine d’exemplaires, mais c’est le seul français. Ce manuscrit, conservé à la Bibliothèque Nationale, a 108 enluminures romanes aux couleurs vives.

Saint-Sever - Tourisme Landes Chalosse

Les chemins de Saint-Jacques de Compostelle à Saint-Sever

En 1998, l’abbaye de Saint-Sever a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco, au titre des chemins de Saint-Jacques, sur la voie limousine. Après une escale en bas de la côte, dans l’hôpital Saint-Michel, les Jacquets rejoignaient la ville haute par la côte de Brille. Ils longeaient la citadelle de Morlanne puis franchissaient l’enceinte, pour rejoindre l’abbaye. Ils pénétraient dans l’abbatiale, pour prier dans une Saint-Sever - Tourisme Landes Chalosse« sacristie » située derrière l’autel majeur.

Là se trouvait une armoire reliquaire de pierre blanche avec à ses pieds une source miraculeuse. Ils pouvaient ensuite se reposer à l’infirmerie-hôtellerie dans l’aile sud du monastère. Ils reprenaient la route après une escale dans la chapelle Saint-Jacques de l’abbatiale, et franchissaient le petit portail nord pour rejoindre Audignon, l’étape suivante.

La butte de Morlanne, site classé

Le site de l’oppidum barré du Mont des Lannes fut investi par les Romains en 56 avant J.C. Grâce à sa situation dominant la vallée de l’Adour, cette place forte était un excellent observatoire. On y accédait par la côte de Brille, au bas de laquelle une fontaine invitait le voyageur à se désaltérer, par une inscription lapidaire du IVe siècle A partir du Ve siècle, le camp s’appelait le Castrum Caesaris et le palais du gouverneur le Palestrion. La 1ere église martyriale dédiée à Severus a probablement était implantée en ces lieux. Des colonnes et des chapiteaux de marbre (IVe – VIIIe siècle) sont conservés au musée des Jacobins. Un château fort dont il ne reste que les mottes castrales du Moyen âge, s’élevait aussi à Morlanne.

La villa gallo-romaine du Gleyzia d’Augreilh
Quartier d’Augreilh, propriété privée

Cette villa gallo-romaine du Bas-Empire, est installée dans la plaine de l’Adour. Le site est occupé depuis le néolithique. La villa elle-même a été bâtie ex nihilo entre 350 et 380. A partir du Ve siècle un enclos paroissial paléochrétien avec l’église Saint-Pé de Mazères et la nécropole environnante s’est installé sur le site jusqu’au XIVe siècle. Après la disparition de la paroisse, le territoire est retourné à une vocation agricole, cette caverie de Mazères a persisté jusqu’à la Révolution. La villa a été fouillée au XIXe siècle, certaines mosaïques ont alors été mises à l’abri en les installant dans des maisons privées où elles sont toujours. La grande originalité de cette villa, aux thermes chauffés par hypocauste, est la présence d’un double péristyle.

 Source rédactionnelle Communauté des communes du Cap de Gascogne

En savoir plus le site de cc-capdegascogne - En savoir plus sur Saint-Sever
Vidéos à voir sur la chaîne Youtube de l'Office du Tourisme de Saint-Sever

Se rendre à Saint-Sever