Vendanges premier coup de ciseau

  • Catégorie : In Vino Veritas
Vendanges premier coup de ciseau 2009Vendredi 28 août 2009, le premier coup de ciseau a été donné, par André Chatenoud, viticulteur Bio à Lussac. Le Syndicat des Vignerons Bio d’Aquitaine, était présent à ces vendanges précoces, afin de recueillir les premières impressions.
 
André Chatenoud explique sa méthode de travail : « Mon objectif est d'élaborer le meilleur vin possible pour le plaisir de mes clients et le plus naturel possible pour leur santé. Je travaille de manière artisanale, en respectant le sol, la vigne, l'environnement et le vin. Je pratique une viticulture biologique certifiée depuis 2002. Je andre-chatenoudvinifie de manière traditionnelle, sans artifice, tout en utilisant des progrès techniques comme la thermorégulation des cuves ou les tables de tri pour la vendange. »
 
Cueillette d’une ancienne variété bordelaise
La précocité de ces vendanges étonne ? Il en va du cépage : le Sauvignon Gris est une ancienne variété bordelaise, à petites grappes et petit rendement. Assez résistant au mildiou, son cycle de maturité est court.
 
André Chatenoud pratique une viticulture Bio, certifiée depuis 2002 au Château Bellevue. OEnologue diplômé de la Faculté d'OEnologie de Bordeaux, il nous livre sa conception de la viticulture Bio : « mon objectif est d'élaborer le meilleur vin possible pour le plaisir de mes clients et le plus naturel possible pour leur santé. Je travaille de manière artisanale, en respectant le sol, la vigne, l'environnement et le vin».
 
Histoire
On ne connaît pas l'origine exacte du Château de Bellevue. Il existe des fondations d'une ancienne villa gallo-romaine, Lucciacus, à 200 m des bâtiments actuels. Bellevue appartenait dès le XVIe siècle à la famille Demay de Certan de Bellevue, propriétaire du Château de Certan à Pomerol. Avant la révolution, Jean Demay, ancien lieutenant particulier et conseiller secrétaire du Roy et de la Couronne de France en devient propriétaire.
 
A la révolution, Bellevue est saisi comme Bien National, puis racheté par un gendre de la famille. En 1898, il est acquis par Monsieur Combrouze, propriétaire du Château Grand Pontet, député maire de St Emilion, qui en fait un vignoble moderne après la crise phylloxérique. En Vendanges premier coup de ciseau1942, Georges Périé, négociant à Charenton (Paris) rachète le domaine.
 
En 1971, Charles Chatenoud, savoyard, viticulteur sur le canton de Genève rachète Bellevue. Aujourd'hui André Chatenoud gère le Château de Bellevue. Oenologue diplômé de la Faculté d'Oenologie de Bordeaux, il a complété sa formation par de nombreux stages : à Genève, puis au Château Figeac, à Pétrus, à l'ITV de Colmar, à Yquem, puis en Californie à Dry Creek Vineyard et Stag's Leap Wine Cellars ainsi qu'en Australie chez Brown Brother's Winery et en Corée du Sud chez Jinro Company.
Prochain événement dans la région
Les 21 et 22 novembre 2009, le Syndicat des Vignerons Bio d’Aquitaine organise le marché Gourmand des Vins Bio à Bordeaux, à la salle de la Faïencerie. Cet événement permet au grand public de découvrir, déguster, acheter des vins Bio directement auprès d’un grand nombre de viticulteurs Bio français.
Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le site internet : www.vigneronsbio-aquitaine.org
 
Le vin Bio, une filière très dynamique Le vin Bio est le produit qui a obtenu le plus fort taux de recrutement de consommateurs Bio en 2008. Issu de raisins produits sans engrais chimiques, ni désherbants, ni pesticides chimiques de synthèse, le vin Bio, protecteur de l’environnement, séduit de plus en plus. L’Aquitaine, troisième région productrice, compte 3763 hectares de vignes Bio, réparties sur 311 exploitations soit une augmentation de 15,2 % par rapport à 2007. En 2008, les surfaces de vignes Bio en Aquitaine ont augmenté de 23,8 % par rapport à 2007.
  Vendanges premier coup de ciseau Lussac 2009
Crédit Rédactionnel et Photographique : Charline Turo
Viticulture Biologique en Aquitaine - Article publié le 18-06-2009sur AquitaineOnLine
viticulture-biologiqueFace aux dangers que représentent les produits chimiques, le vin Bio bénéficie de l’élan des consommateurs. Issu de raisins produits sans engrais chimiques, ni désherbants, ni pesticides chimiques de synthèse, le vin Bio, protecteur de l’environnement, séduit de plus en plus.
 

Articles similaires

Bordeaux : Salon des Futurs Mariés Le temps d’un week-end le Hangar 14 sur les quais de Bordeaux se pare des couleurs de l’amour pour offrir aux futurs mariés de Bordeaux et sa région, un rendez-vous mariage à la hauteur de leurs exige...
Palombe : la vague bleue de la Saint-Luc Pourquoi un oiseau venu du Nord et dédaigneusement appelé pigeon, devient-il noble palombe en passant la Loire et déchaîne-t-il autant les passions dans le Sud-Ouest ? Entre acquis culturels et des tr...
Eric Quilleré, Directeur de la danse de l'Opéra de Bordeaux A l’issue de ses études à l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris, Eric Quilleré est engagé en 1984 dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris par Rudolf Noureev. Repéré par Maurice Béjart, ce dernier l...
Bordeaux : le fifib Festival du Film Indépendant Le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux, dit fifib, défend le cinéma indépendant mondial. Il a vocation à rendre compte de toutes les formes d’indépendances: d'esprit, de liberté de ...
Marmande : Festival GAROROCK 2019 Tous les ans à Marmande, le Festival Garorock, plus grand festival de musiques actuelles du Sud-Ouest envoie de grosses vibes rock, electro, hip-hop, reggae, variété, métal. En misant particulièrement...