Agrandissement du logo "femme enceinte" : la viticulture girondine dit stop !

  • Catégorie : In Vino Veritas
Les viticulteurs bordelais en ont ras le bol. C'est la goute d'eau de trop ! Coup de gueule dans le secteur vinicole
Les viticulteurs bordelais en ont ras le bol. C'est la goute d'eau de trop ! Coup de gueule dans le secteur vinicole

Le Gouvernement a décidé d’imposer l’agrandissement du logo d’avertissement des femmes enceintes figurant obligatoirement sur l’étiquetage des conditionnements des boissons alcoolisées depuis 2006. Cette mesure, annoncée lors du Comité interministériel du handicap du 2 décembre 2016, prévoit ....

.... le grossissement du pictogramme représentant une femme enceinte avec un verre à la main, barrée d’un trait rouge. La viticulture Girondine, comme l’ensemble de la viticulture au plan national, est vivement opposée à cette mesure.

Pour Bernard Farges, Président de la Confédération Nationale des AOC (CNAOC) et des AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur

Agrandissement Logo femme Enceinte« Cette mesure prise sans aucune concertation est une insulte à l’intelligence des femmes. Qui peut croire qu’un simple logo aura, quelle que soit sa taille, une action préventive efficace sur la consommation ? D’autant que l’efficacité réelle de ce pictogramme n’a jamais été évaluée depuis sa mise en place il y a plus de dix ans ! ».

Et d’ajouter que la filière viticole, par la voix de Vin et Société, a toujours défendu le principe d’abstention de consommation pour les femmes enceintes.

« Mais, plutôt qu’une politique de prévention ciblée s’appuyant sur les professionnels de santé, la ministre de la santé préfère une mesure cosmétique, sans doute inspirée par un esprit de revanche suite à la clarification de la loi Evin adoptée au printemps dernier par le Parlement, ce qui est déplorable ».

Hervé Grandeau, Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux (FGVB), fait état de l’exaspération des viticulteurs :

« Nous en avons assez de l’inflation des normes, il y a aujourd’hui jusqu’à huit mentions obligatoires sur l’étiquetage (degré d’alcool, dénomination du produit, centilisation, allergènes, ....) »

Nos étiquettes n’ont pas vocation à véhiculer des avertissements médicaux, elles doivent rester des supports d’information. Nous produisons, vendons, exportons et l’inflation normative constitue une charge croissante pour nos exploitations, tout cela finit par peser sur notre compétitivité » ajoute le Président des AOC girondines.

La viticulture girondine considère que le grossissement du logo existant figurant sur l’étiquetage depuis 2006 n’est pas la réponse adéquate à cette problématique de santé, qui mériterait la mise en œuvre d’une politique de prévention ciblée. Elle demande instamment au premier ministre de surseoir à sa mise en œuvre.

Articles similaires

EXAPTA : le numérique au service des grands crus bordelais Dans un marché mondial extrêmement concurrentiel, la filière viticole française doit faire face à de nombreuxdéfis. Elle doit maintenir sa compétitivité, durablement, et&...
L'École de la vigne des Châteaux du Médoc L'École de la vigne des Châteaux du Médoc : la démarche innovante de cinq Châteaux pour répondre aux problématiques de recrutement de la viticulture. Après 3 mois de préqualification, 12 personnes ont...
Viticulture biologique en Aquitaine Qu’est-ce que le vin Bio ? Face aux dangers que représentent les produits chimiques, le vin Bio bénéficie de l’élan des consommateurs. Issu de raisins produits sans engrais chimiques, ni désherbants, ...
Prix Raisin coup de pouce aux jeunes viticulteurs Bordeaux est sans conteste la capitale mondiale du vin. Le prix Raisin constitue un réel coup de pouce aux jeunes viticulteurs. Ce prix, initiative originale à vocation sociale, culturelle, inscr...
Ecole de Viticulture et d’Œnologie La Tour Blanche L’Ecole de Viticulture et d’Œnologie de La Tour Blanche fête son centenaire, à Bommes en Gironde le samedi 3 septembre. 100 ans de passion du vin qui ont commencé d’une façon originale car l’établisse...