Chasse Tradionnelle du Sud-Ouest

  • Catégorie : Histoire - Traditions
chasse-landes-tradition-01.jpgAvec ses boquetaux, ses sous sous bois et sa forêt ensoleillée, la chasse est une tradition fortement ancrée dans le Sud-Ouest. Alouette, palombes, passereaux, les samedi 6 et dimanche 7 septembre 2008, l'Ecomusée de Marquèze présente les chasses traditionnelles. 
 
Depuis l’enfance la chasse c’était une affaire d’homme. Aux enfants l’apprentissage par le piégeage des oiseaux, où la patience le disputait à l’ingéniosité, aux adultes la chasse au fusil pour les canards au bord des lagunes ou à la battue au lièvre et au sanglier sur la lande. Dès le plus jeune âge les enfants s’exerçaient à confectionner les pièges, ou étaient réquisitionnés au champ pour protéger les récoltes des passereaux ; la chasse était intégrée dans le temps économique de cette société.
 
chasse-landes-tradition-03.jpg Qu’on chassât les nuisibles pour protéger les volailles ou les semis et les récoltes, qu’on traquât le gibier pour améliorer un ordinaire austère, la chasse était également inscrite dans les rapports que cette société entretenait avec son environnement. Foin de poésie, dans leur entreprise de classification du vivant, les landais avaient réparti principalement la faune sauvage entre ce qui se mangeait et ce qui gênait.
 
Ce qui se mangeait pouvant d’ailleurs, à l’occasion, se vendre. Il est vrai que dans une société où les ressources étaient comptées, où la viande n’apparaissait pas à tous les repas, tout faisait ventre et à chacun sa proie. Tout ce qui volait était digne d’intérêt, de la grue dans les marais au pipit des champs, ou au traquet motteux sur les taupinières. Il y a peu encore les passereaux payaient un lourd tribu : pinsons, culs blancs, gros becs, bruants ortolans, attirés sous les matoles, ou piégés dans les filets finissaient en brochettes, salmis ou cassolettes. Le piégeage était affaire d’observation, d’ingéniosité, de patience et d’opportunité. Il fallait pouvoir fabriquer sur place le cinglant pour la bécasse dont on avait repéré les fientes auprès de la bergerie, installer pour les petits oiseaux une serade dans la haie (arc de bois appâté au tinte hiou et piégé d’une série de lacets), ou fixer un casse-pattes au bord du champ.
 
Parfois un simple bout de bois enduit de glue de houx faisait l’affaire pour empêcher l’oiseau de s’envoler. Le soir, « plutôt que de ne rien faire », on préparait les « crins » que l’on poserait le lendemain dans le champ moissonné. Il y fallait du crin de queue de mulet et pas de mule, pour « pas qu’elle y pisse dessus », ça aurait rendu le crin trop rêche et peu glissant, compromettant toute l’affaire. La chasse dans la Grande Lande Habitués à craindre les caprices du ciel, les hommes le guettaient anxieusement, l’automne venant, pour faire moisson de palombes ou d’alouettes. C’était alors dans ces modestes redoutes, une chasse de patience et de chuchotements.
 
chasse-landes-tradition-02.jpg Ces chasses à n’en point douter amélioraient l’ordinaire, mais elles étaient également lucratives tant la nature était généreuse et les hommes ingénieux. Face à ce qui apparaissait comme un prélèvement excessif, les efforts de réglementation ne manquèrent pas. Dès 1844 seul le fusil, les bourses à lapin et le furet étaient autorisés par la loi sur l’ensemble du territoire national comme engins de chasse, les filets, les lacets, et autres pièges étant dès lors prohibés. La signature d’une convention internationale en 1902 confirma ces dispositions, et protégea certaines espèces.
On pétitionna, les Conseil Généraux protestèrent et on n’en reparla pas avant quatre-vingts ans !
 
Les samedi 6 et dimanche 7 septembre 2008, l'Ecomusée de Marquèze présente les chasses traditionnelles.
Au programme durant ces deux jours: rencontre avec des passionnés, visite d'une palombière, présentation des outils de chasses traditionnelles, des piégeages, démonstration des techniques de chasse (alouette, palombes, passereaux, etc. ).  L'année dernière cette animation a remporté un vif succès..
Cette année, pour compléter ce thème, qui constitue une tradition fortement ancrée dans notre territoire, nous proposons à nos visiteurs : une exposition photos des chasses anciennes, une démonstration de fabrication de cartouches et le dimanche toute la journée, l'observation à la jumelle des passereaux dans la prairie de l'airial avec un guide ornithologue du Parc naturel régional des Landes de Gascogne.
Crédit Rédactionnel  : Coralie Mut - Parc naturel régional des Landes de Gascogne
PNR DES LANDES DE GASCOGNE, MAISON DU PARC, 33 RTE DE BAYONNE, 3830 BELIN BELIET.
TÉL 05 57 71 99 99


 
 

Articles similaires

Mont-de-Marsan : Fêtes et Féria de la Madeleine Les fêtes de Mont de Marsan, plus célèbres par leur appellation originale et historique, "Les Fêtes de la Madeleine", ébranlent en juillet durant cinq jours le Marsan et les Landes. Comme chaque année...
La Nouvelle-Aquitaine, 1ère région française en matière de t... L’économie touristique en Nouvelle-Aquitaine représente 27 millions de visiteurs et 12 milliards d’euros ded épenses annuelles. Autant dire que l’enjeu économique et social est bien identifié ! Mais l...
Fête de la Musique en Nouvelle-Aquitaine Synonyme de partage et de découverte, la Fête de la Musique fédère le 21 juin, jour du solstice d’été, mélomanes et musiciens, qu’ils soient amateurs ou professionnels, en les invitant à descendre dan...
Journées Portes Ouvertes en Cadillac Côtes de Bordeaux Opération séduction pour les Cadillac Côtes de Bordeaux. "Cadillac" résonne avec : une célèbre voiture américaine ? Un magnifique terroir longeant la rive droite de la Garonne ? Un vin blanc liquoreux...
Œnotourisme : en route vers les Côtes de Bordeaux Les vignerons des Côtes de Bordeaux parient sur l’oenotourisme et proposent aux amateurs de vin de découvrir leur vignoble en totale immersion. Les Maisons des Vins des Côtes de Bordeaux sont le point...