Bassin de Lacq, de l'art sur les terres industrielles

  • Catégorie : Histoire - Traditions

Exposition photos à l'Hôtel de Région : Bassin de Lacq, de l'art sur les terres industriellesExposition photos à l'Hôtel de Région : Bassin de Lacq, de l'art sur les terres industrielles Du 8 juillet au 30 août 2013, la Région Aquitaine, à travers l'exposition « Au cœur de Lacq. Fabrique d'un paysage industriel », vous invite à découvrir comment l'industrie et ses innovations ont façonné le territoire et dessiné le paysage ....

... de cette partie du Béarn depuis les années 1950. Cette exposition est proposée dans le cadre d'un projet de recherche baptisé PiAq (Patrimoine industriel en Aquitaine), porté par la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine.

Soutenu par la Région Aquitaine, il vise à apporter, grâce à un travail interdisciplinaire, une connaissance historique sur la dynamique industrielle qui anime depuis le XIXe siècle les milieux de l'industrie en Aquitaine et notamment ses secteurs de pointe : énergie, aéronautique, spatial.

Exposition photos à l'Hôtel de Région : Bassin de Lacq, de l'art sur les terres industrielles

Par le biais de circuits touristiques, de publications, de produits numériques, ou encore d'expositions comme celle qui se tiendra dans le hall de l'Hôtel de Région, le projet PiAq cherche à valoriser l'histoire de l'innovation et à apporter un éclairage nouveau sur l'influence que l'industrie a pu avoir sur le territoire.

La découverte du gaz à Lacq a permis la construction d'une très vaste usine d'extraction du gaz naturel, la plus importante d'Europe. Cette installation d'un très important complexe industriel bouleverse la destinée de la région rurale d'Aquitaine.
En 1949, les géologues avaient détecté une zone pétrolifère dans un petit village des Pyrénées-Atlantique, Lacq. Mais en décembre 1951, sous une couche de pétrole assez superficielle, jaillit du gaz naturel à très haute pression. L'éruption de gaz a été si forte qu'elle a détruit les équipements de sécurité et s'est répandue sur la campagne environnante. Une fois le sinistre maîtrisé, la Société nationale des pétroles d'Aquitaine (SNPA) décida de reprendre les forages et de construire une importante usine.
L'exploitation du gisement commença véritablement en 1955, la SNPA ayant réussi à adapter son équipement aux caractéristiques du gaz de Lacq (forte proportion d'hydrogène sulfuré provoquant la corrosion de l'acier). Avec ses 200 milliards de m3 de réserve, ses trente deux puits et des installations gigantesques, le gisement de Lacq permet de produire de l'essence, du butane, du propane et du soufre. Ce complexe industriel est alors présenté comme un nouveau "Texas" devant fournir à la France ses propres ressources énergétiques et lui éviter une trop grande dépendance en la matière. Mais l'exploitation du gaz de Lacq se révélera assez rapidement décevante et coûteuse, ne constituant donc qu'un "demi-succès" par rapport aux promesses de ses débuts.
Fabrice Grenard

Articles similaires

Production de CO2 Lacq Messer France roducteur et distributeur de gaz  industriels, notamment  dans le domaine de l’agroalimentaire, construit sa nouvelle unité de captage de CO2 en investissement d...