Nouvelles révélations sur l'affaire Adrien Marquet

  • Catégorie : Histoire - Traditions

Nouvelles révélations sur l'affaire Adrien MarquetNouvelles révélations sur l'affaire Adrien Marquet, ancien maire de Bordeaux et ministre d'état du maréchal Pétain. Découverte d'une valise en pécari renfermant photos, secret et souvenirs. Les éditions des Dossiers d’Aquitaine présentent une nouvelle biographie de ce personnage politique, adulé par certains, ....

.... fortement contesté par d’autres. Marquet, le maire bâtisseur de Bordeaux (stade, maison communale de La Bastide, immeuble de la Régie du gaz, piscine, abattoirs, Bourse du travail, etc.) mais aussi le ministre de l’Intérieur, le ministre d’État du maréchal Pétain a-t-il vraiment servi son pays ou collaboré avec l’ennemi ?

Nouvelles révélations sur l'affaire Adrien Marquet

Qu’elle était la vraie nature de ce personnage?

Nouvelles révélations sur l'affaire Adrien MarquetEncore aujourd'hui, que de questions, que d’interrogations subsistent sur cet homme qui fut maire de Bordeaux pendant presque 20 ans et ministre d’État durant les périodes les plus troubles du milieu du XXe siècle.

La découverte au fond d’un grenier d’une valise en pécari renfermant la maquette d’un livre à paraître, des documents officiels, des brouillons de lettres, des discours, des notes confidentielles, des photos d’Adrien Marquet, a permis à l’auteur Franck Lafossas de donner un nouvel éclairage sur celui qui fut maire de Bordeaux, député, ministre d’État, avant et durant la Seconde Guerre mondiale.

Nouveaux documents, nouvelles révélations. Que de questions, que d’interrogations restent en suspens sur cet homme à double visage, maire de Bordeaux de 1925 à 1944, ministre du Travail puis ministre de l’Intérieur du maréchal Pétain en 1940 !

Les éditions des Dossiers d’Aquitaine, grâce au travail minutieux et sans parti-pris de Franck Lafossas, présentent une nouvelle biographie de ce personnage politique, adulé par certains, fortement contesté par d’autres.

Ce livre, véritable document d’archives, replace Adrien Marquet au centre des événements politiques de l’époque et permet, grâce à un examen approfondi des articles de presse et des révélations de la valise aux souvenirs, au lecteur de faire son propre jugement sur l’affaire Marquet.

La préface de Benoît Ducos-Ader, reconstitue la trajectoire de cette valise renfermant les secrets et souvenirs d’un énigmatique Adrien Marquet. Un ouvrage indispensable pour une bonne connaissance de notre histoire locale et nationale.

À vous de faire votre propre opinion à travers cet important ouvrage comportant près de 400 pages comprenant des centaines de documents inédits. En plus d'un minutieux travail de recherche, l'auteur Franck Lafossas, à partir de ces nouvelles révélations, met en évidence les points forts et les défaillances du personnage.

Nouvelles révélations sur l'affaire Adrien Marquet

Le livre
Format 16x24 cm, 384 pages, avec plus de 1.000 illustrations pour la plupart inédites - ISBN : 978-2-84622-223-5.
Prix de vente : 25 euros - Dans toutes les bonnes librairies depuis le 13 septembre 2012

Adrien Marquet maire dandy de Bordeaux et collaborateur nationaliste

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (J.Joly)

Né le 6 octobre 1884 à Bordeaux (Gironde). Député de la Gironde de 1924 à 1942. Ministre du Travail du 9 février au 8 novembre 1934. Ministre d'Etat du 23 au 27 juin 1940. Ministre de l'Intérieur du 27 juin au 10 juillet 1940. Il fit ses études à Bordeaux et devint chirurgien dentiste. Attiré très jeune par la politique il avait, dès l'âge de 20 ans, adhéré au parti socialiste. En 1908, il était devenu secrétaire général de la fédération S.F.I.O. de la Gironde et conseiller municipal de sa ville natale en 1912. Il fut deux fois candidat aux élections législatives à Blaye avant la guerre qu'il passa tout entière en première ligne.

A compter de 1919, il se consacra entièrement à la politique : ayant repris le secrétariat général de la fédération socialiste, qu'il réorganisa après la scission avec les communiste, il devint conseiller général en 1924 puis maire de Bordeaux l'année suivante. S'étant bientôt affirmé comme un grand administrateur, il devait rester à la tête de cette grande cité jus qu'à la Libération et marquer sa gestion de réalisations importantes : construction de grands abattoirs, de piscines, de la bourse du travail, du stade municipal, etc.. Simultanément, il avait été élu député de la Gironde (3e circonscription de Bordeaux) en tête de la liste du bloc des gauches, ayant recueilli personnellement 76.650 voix sur 187.689 votants.

Adrien Marquet - 1932Il devait être constamment réélu jusqu'à la seconde guerre, au deuxième tour, en 1928, par 11.419 voix contre 7.874 à Caillier, sur 20.748 votants ; au premier tour en 1932, par 14.659 voix contre 4.864 à de Wissant sur 21.393 votants ; de justesse, au second tour, en 1936 par 10.379 voix contre 10.358 à Vielle, sur 21.593 votants. , Secrétaire de la Chambre, membre de diverses commissions : enseignement et beaux-arts, armée, travaux publics et moyens de communication, finances, enfin administration générale, départementale et communale, il participa activement aux travaux parlementaires.

Auteur de nombreux avis et propositions de loi, il intervint souvent et dans les domaines les plus variés, notamment au cours des débats budgétaires où il fut, en 1933, rapporteur du budget de l'Education nationale. C'est surtout son activité politique qui en faisait un homme de premier plan. Représentant avec Déat, Renaudel, Ramadier et Montagnon la fraction de droite de la S.F.I.O. et partisan, comme eux, de la participation au pouvoir, il prit au congrès de 1933, à Avignon, la direction des « mous » dits aussi « néo-socialistes ». Il fut exclu avec eux et entraîna dans la dissidence la fédération de la Gironde. Il fonda avec Marcel Déat le parti socialiste français dont la devise était : « ordre, autorité, nation ».

Dès lors, Adrien Marquet commence à se laisser progressivement entraîner dans la voie du fascisme « Quelles raisons aurions-nous d'être nous, Parti socialiste de France (...), si nous ne sommes pas anti-marxistes, anti-blumistes, anti-communistes ? », écrit-il. Trois ans plus tard, il parlera de « Léon Blum et la Juiverie » (Adrien Marquet, l'homme d'une ville, Hélène Sarrazin).

Après le 6 février 1934, lorsque le président Doumergue organisa le cabinet de trêve, il fit appel à Adrien Marquet pour prendre le portefeuille du Travail. Dans ce poste, qu'il n'occupa que quelques mois, le maire de la ville la mieux administrée de France opéra un redressement notable, fit montre de qualités d'homme de gouvernement et mit en œuvre un programme de travaux contre le chômage qui porte son nom et qui peut être considéré comme la première œuvre d'une planification en France. A la chute du cabinet Doumergue, il déclina l'offre qui lui était faite par Flandin du portefeuille de la Guerre dans la nouvelle combinaison.

Adrien Marquet sera dès 1937 un familier d'Otto Abetz, ambassadeur d'Allemagne à Paris. Ce diplomate nazi et francophile tisse sa toile parmi les intellectuels et le personnel politique français. Le député bordelais s'y laisse prendre sans résister.

Nouvelles révélations sur l'affaire Adrien MarquetFavorable à un rapprochement franco-allemand, défenseur de la politique de Munich, Marquet soutint en 1939 avec Marcel Déat qu'il ne fallait pas « mourir pour Dantzig » et appuya la proposition faite par Mussolini d'une conférence en vue de régler le problème du « corridor ». A Bordeaux, où le gouvernement s'était replié devant l'avance allemande en juin 1940, il fut l'un des protagonistes de l'armistice. Le maréchal Pétain le nomma ministre d'Etat le 23 juin puis, le 27, ministre de l'Intérieur.

Le 10 juillet, Marquet accordait bien entendu au Maréchal les pouvoirs constituants qu'il demandait.

Son amitié avec Pierre Laval lui vaut, le 23 juin 1940, d'être nommé par le maréchal Pétain dernier ministre de l'intérieur de la Troisième République. Adrien Marquet déclare alors à la radio : « Nous sommes dans les décombres du régime capitaliste, libéral et parlementaire... Il faut concilier les points de vue allemand et français ; de cette collaboration dépend le retour à la vie normale. » Il est ainsi le premier homme politique français à parler de « collaboration »

Peu apprécié du maréchal Pétain, il est remplacé au ministère de l'intérieur par Marcel Peyrouton deux mois plus tard. En 1942, au plus fort de la collaboration, il harcèle encore Pierre Laval qui lui refuse le ministère de la justice puis celui des colonies. Bien qu'il ait fait délivrer des visas français à un certain nombre de Juifs du spectacle ou de la presse, il ne fera rien, en 1944, pour soustraire à la mort et à la déportation Joseph Benzacar, juif d'origine portugaise, son premier adjoint à la mairie de Bordeaux en 1940.

Frappé d'indignité nationale en 1945, Adrien Marquet meurt, le 3 février 1955, d'une crise cardiaque à la sortie d'une réunion politique. Il était âgé de 70 ans.

Articles similaires

Musée des Beaux-Arts : exposition Daniel Dezeuze Albert Marq... Lorsqu'il réalise ses premiers dessins à Avilés, en Espagne, Daniel Dezeuze tente de répondre au défi de l’air et de l’eau avec de simples crayons. Une pensée qui anime également Albert Marquet dans s...