Palombe : la vague bleue de la Saint-Luc

  • Catégorie : Histoire - Traditions
A la Saint-Luc, lou gran truc, avait-on l'habitude de dire autrefois en référence au pic migratoire des palombes à la mi-octobre.
A la Saint-Luc, lou gran truc, avait-on l'habitude de dire autrefois en référence au pic migratoire des palombes à la mi-octobre.

Pourquoi un oiseau venu du Nord et dédaigneusement appelé pigeon, devient-il noble palombe en passant la Loire et déchaîne-t-il autant les passions dans le Sud-Ouest ? Entre acquis culturels et des traditions régionales, c’est le mois bleu de la palombe. Au sommet de pylônes ....

.... bâties sur les chênes, à l'affût dans les cols du Pays Basques, en octobre, les chasseurs guettent les vols bleus, et si les palombes se font plus rares, la passion est toujours là !

Les palombes survolent la France pendant l’automne pour leur descente sur les zones d‘hivernage, et remontent au printemps, toujours sur le sol français, pour regagner leurs zones de reproduction. Certains de ces oiseaux ne font que passer, et d’autres s’installent pour des périodes plus ou moins longues. Il est donc difficile de comprendre les mouvements de ces palombes qui se déplacent à l’intérieur de nos terres.

A partir de fin septembre, les palombes scandinaves et finlandaises commencent à arriver par le nord du pays et suivent un tracé quasi direct tout en évitant le Massif Central par le nord pour rejoindre le Pays Basque, là où les pyrénées sont les plus basses. Vol de PalombesElles sont rejointes début octobre par la Lorraine par les oiseaux du Nord de la Russie qui coupent la France en diagonale, tout en évitant le Massif Central aussi par le nord.

Enfin, arrive un autre contingent de palombes par le Jura provenant des pays médio-européens et du sud-ouest de la Russie. Elles aussi ont tendance à éviter le massif central par le nord, mais uniquement les oiseaux qui ont décidé de passer par les pyrénées occidentales. Celles qui veulent passer par la partie orientale des pyrénées descendent le long du couloir rhodanien. mais le gros des troupes passe par le Sud-Ouest.

Il faut avouer qu'à l'origine la chasse de la palombe était d'abord une source de revenus et de compléments alimentaires. Aujourd'hui, les besoins ne sont plus les mêmes, et la chasse de profit a laissé place à la chasse de loisir. Les méthodes sont les mêmes et sont devenues au fil des ans des acquis culturels et des traditions régionales. L'objectif, on l'a donc vu, n'est plus de capturer massivement des oiseaux. Qu'est-il donc alors ?

Pourquoi ces hommes passent-ils leur temps libre et leurs jours fériés à préparer la palombière tout au long de l'année ? Pourquoi ces hommes prennent-ils leurs vacances au mois d'Octobre pour capturer une cinquantaine d'oiseaux qu'ils trouveraient facilement dans les rayons surgelés des grandes surfaces en directe provenance de Grande Bretagne ? Qu'est-ce qui anime cette petite flamme bleue dans l'œil de chacun de nous lorsqu'on aperçoit LE premier vol de la saison ? Pourquoi cette fièvre, cette maladie bleue, .... cette "palombite" ?

Cyril de POEY-LESCAR (64) nous donne des éléments de réponses dans un témoignage mis en ligne sur Palombe.com

"J'aime la palombe : parce que je suis né dedans ; depuis que je sais marcher je vais à la palombière de mon père (qui se trouve en vallée d'Ossau), qui m'a tout appris. C'est donc la tradition familiale. J'aime la camaraderie entre hommes, se lever tôt le matin, arriver dans la forêt alors que la nuit est encore là, tout préparer dans la nuit et voir l'aube se lever au fur et à mesure que notre travail de mise en place se termine. Palombe : la vague bleue attendue dans le Sud-Ouest

C'est partager la beauté du paysage, le temps des champignons et des châtaignes, les bons repas, les histoires sans cesse ressassées des vols d'antan et des grands coups de naguère, bien évidemment les vols (ou le seul vol !!) du jour, des actions de chasse toujours uniques avec chaque geste disséqué mille fois une fois le vol reparti, les actions de chasse ou simplement l'attente sous un superbe ciel (mais parfois nuageux, venteux ou pluvieux). 

C'est donc se retrouver entre amis, parents autour de ce bel oiseau qui passe du matin au soir. c'est bien évidemment (hélas !) tuer l'oiseau (mais c'est la dernière phase de toute cette beauté, et certainement pas la plus belle, un peu comme la mise à mort du taureau dans l'arène : on l'attend, mais elle ne nous ravit pas).

C'est rentrer fatigué le soir, poindre le bout du nez dehors avant d'aller se coucher en espérant que le ciel sera bleu le lendemain, attendre fin Septembre en frissonnant et en quêtant le premier qui dira : "elles sont arrivées ! quelqu'un en a vu à tel endroit !". Puis hélas Novembre, les derniers jours qui se révèlent car plus rien ne passe, alors il faut tout ranger, tout plier pour l'année suivante, qu'on attend maintenant plus facilement en allant les admirer dans les réserves (cela rend l'attente d'Octobre plus supportable!).

Palombe : la vague bleue attendue dans le Sud-Ouest

C'est aussi guetter tout ce qui se dit, s'écrit, se fait, se filme, se chante ou se photographie... sur elle, car la palombe ne peut être qu'une fièvre, qu'une maladie, qu'une maîtresse quasi exclusive qui la rend "royale" (car royale est sa chasse, si prenante, si exigeante en temPalombe.comps, énergie, voire dépenses...), si aimée dans le coeur des hommes de ce Sud-Ouest qu'elle incarne tant qu'il faudrait qu'elle en devienne le symbole vivant ! C’'est donc la chasse royale de l'oiseau-roi car seule elle demande et donne autant de passions, d'amours, de fièvres, souvenirs, espérances, déceptions, joies... bref le BONHEUR !!!"

Texte avec l'aimable autorisation du site Palombe.com

Articles similaires

Saint-Médard-en-Jalles : le printemps urbain Saint-Médard-en-Jalles, la commune du secteur nord-ouest de Bordeaux-Métropole organise un mois de concertation, d’information, d’animation et de mobilisation autour de son projet d’urbanisme et d’env...
"Philosophia" le Festival de Philosophie de Saint Emilion Le Festival Philosophia attire chaque année, le temps d’un long week-end de mai, plus de 5000 passionnés. Enseignants, philosophes, intellectuels, mais aussi amateurs et curieux s’y retrouvent pour le...
Festival de l'air et de l'espace BIG BANG Imaginé en 2016 par Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles, le festival BIG BANG repose sur un concept simple : inviter le public, toutes générations confondues, à une grande exploration inte...
Mathilde l'Huillier, mosaïste - plasticienne La Gare de l'Art localisée à Saint Paul En Born accueille Mathilde l'Huillier, mosaïste - plasticienne. Dans Confluence sont proposés deux axes majeurs de son travail, la mosaïque et le raku. Mathilde...
Festival Tempos Du Monde - Saint-Paul-lès-Dax C’est autour d’une ambiance colorée, musicale et épicée que le Festival Tempos Du Monde rassemble les landais d’ici et d’ailleurs depuis maintenant 20 ans. Implanté en plein coeur des Landes à Saint P...