Le gemmage en forêt des Landes et de Gascogne

  • Catégorie : Histoire - Traditions
Empreintes landaise : le gemmage des pins des Landes et de Gascogne
Empreintes landaise : le gemmage des pins des Landes et de Gascogne

Récupérer la résine des pins était une pratique courante au milieu du XIXe siècle dans les Landes de Gascogne. A cette époque a forêt des pins de Gascogne était le pôle d'une intense activité et la résine l'objet d'un commerce international. Retour dans le passé pour découvrir le métier de gemmeur...

Il en est de certains métiers traditionnels qui disparaissent dans l’indifférence générale. Le métier de résinier ou gemmeur, fait malheureusement partie de ceux-là. En l’espace de quelques années, l’amnésie sur ce domaine a été presque complète. Et pourtant, qui n’a pas au tréfond de sa mémoire des souvenirs liés au gemmage ?

Le gemmage en forêt des Landes et de Gascogne

Le gemmage remonte sans doute à l'apparition de la forêt elle-même, c'est-à-dire aussi loin que les hommes s'en souviennent ! En effet, à ce qui est encore affirmé régulièrement aujourd'hui, une partie non négligeable de cette forêt existait déjà bien avant la loi de Napoléon III de 1857. La forêt des Landes de Gascogne couvre un million d'hectares, c'est le plus grand massif forestier occidental, peuplé à 80 % de pins maritimes.

Cette forêt a été créée pratiquement par les mains de l'homme, représentant à ce jour un patrimoine industriel et humain remarquable. Tout comme la Lande est submergée par le pin conquérant, le berger cède la place à celui qui incarne la nouvelle économie forestière : le résinier ou gemmeur.

Le gemmage  est une opération qui consiste à "blesser" un pin pour qu'il sécrète de la résine. Le gemmeur, ou résinier, est celui qui pratique cette opération et qui récolte la résine. Il faut savoir que le pin s'appelle aussi "l'arbre d'or" parce que la résine coûte cher, un peu comme l'or...

Le gemmage en forêt des Landes et de Gascogne

Le gemmeur signifie la même chose que le résinier. Le travail du résinier est de récolter le plus de résine possible. Il travaille dans la forêt pour ramasser la résine des pins. Les gemmeurs étaient payés au poids.

Au moment où des projets de relance du gemmage se font jour, appuyés sur de nouvelles et  révolutionnaires méthodes de récolte, il est apparu nécessaire de rafraîchir la mémoire aux plus anciens et de faire découvrir aux plus jeunes ce métier plus que millénaire de la Gascogne, son histoire, ses luttes et son possible avenir.

Le gemmage en forêt des Landes et de Gascogne

Pignadier, crot, pica, amassa, barrasquage, bassôt, carra, amassas, esquarta, hapchot, palotte, tous ces mots occultés par notre société du 21ème siècle, enfouis dans l'inconscient, ressurgissent et retrouvent un sens dans ce livre écrit en français et en langue gasconne.

Tout le long du cordon dunaire de notre littoral aquitain, des hommes et des femmes ont participé à cette aventure du gemmage et de la récolte de la résine pour l'obtention de l'essence de térébentine. Le métier connut ses heures de gloire comme aussi des périodes difficiles avec ses conflits et ses grèves.

Extrait du " Souvenir d'une femme de résinier "

"... Le lendemain de notre mariage après avoir fait les provisions pour la semaine, en guise de voyage de noces, nous avons rejoint la cabane. Nous avions comme véhicule deux vieux vélos. ... Certains soirs, après le travail, pour améliorer l'ordinaire, nous allions pêcher le poisson à l'océan qui se trouve à quatre kilomètres de la cabane de Lespilandre. C'était la pêche à la garolle qui se faisait avec un filet.... la pêche terminée nous étions trempes ... En cours de route nous ramassions du bois mort ...Arrivés à  Lespilandre, il fallait faire la queue devant l'unique pompe pour nous laver les pieds..."

Geammage Claude Courau

Source rédactionnelle Claude Courau

Le retour du gemmage en Aquitaine

Claude Courau, un ancien gemmeur, ne s'est jamais résolu au déclin du gemmage en Aquitaine. Il a inventé un procédé qu'il propose depuis vingt ans : une méthode en vase clos qui permet de recueillir une résine d'excellente qualité... L'obstination de Claude Courau est aujourd'hui récompensée car un spécialiste en investissement forestier a acheté son brevet pour le valoriser et l'exploiter. Une première récolte expérimentale a eu lieu l'année dernière, une nouvelle commence, pour la première fois devant notre caméra. Le directeur de la Société Domaines et Patrimoine, Olivier Segouin, est convaincu qu'une relance est possible en forêt de Gascogne, avec à la clé de nombreux emplois et une véritable rentabilité pour le sylviculteur… La commune du Porge est particulièrement engagée dans ce projet et accueillera prochainement la première unité de distillation, véritable symbole du redémarrage de la filière dans la région…

En savoir plus le Gemmage

Articles similaires

Guide des collections du musée des Beaux-Arts de Bordeaux Véritable promenade dans les prestigieuses collections du  musée des Beaux-Arts de Bordeaux le nouveau guide propose de découvrir un ensemble exceptionnel de cent chefs-d’œuvre du musée, inc...
Bordeaux : Week-end des Grands Crus Le Week-end des Grands Crus : un événement unique au monde sous l’égide de l’Union des Grands Crus de Bordeaux ! L’Union des Grands Crus de Bordeaux convie tous les passionnés de grands vins à vivre u...
Journées Portes Ouvertes en Cadillac Côtes de Bordeaux Opération séduction pour les Cadillac Côtes de Bordeaux. "Cadillac" résonne avec : une célèbre voiture américaine ? Un magnifique terroir longeant la rive droite de la Garonne ? Un vin blanc liquoreux...
Sud-Gironde : visiter la Cathédrale de Bazas La Cathédrale Saint Jean Baptiste est une cathédrale catholique romaine française, édifiée dans la ville de Bazas. Un détour s’impose en Sud Gironde. Cette cathédrale fait partie du patrimoine mondial...
Tempo tiempo : spectacle danse et claquettes - Salle de Fête... "Tempo Tiempo" est un spectacle "Tap and Voice" (claquettes et chant). Créé par l'association bordelaise Du soleil dans les pieds sous la direction artistique de Soraya Bénac et Carole Simon, il s’agi...