Haricot Tarbais : un joyau de la Bigorre aux pieds des Pyrénées

INDEX DE L'ARTICLE

Haricot tarbais : Terroir des Pyrénées, tradition et qualité en BigorreAux pieds des Pyrénées, face au Pic du Midi, le terroir de Bigorre préserve en son écrin un joyau culinaire : le Haricot Tarbais. Semé en mai, le Haricot Tarbais pousse aux pieds des Pyrénées. C'est à partir de mi-septembre que les cueilleurs rammasseront les gousses, selon plusieurs passages, jusqu'en octobre.  Si vous êtes dans les Hautes-Pyrénées ....

.... durant cette période, partez à la découverte de la culture de ce joyau de la Bigorre, du champ à l'assiette. Ce haricot d’exception, cultivé selon le mode de production traditionnel, est connu et reconnu pour ses qualités gustatives et ses vertus nutritionnelles. Or, il aurait sans doute disparu sans la volonté et le travail d’une douzaine d’agriculteurs qui ont fait le pari de réintroduire cette culture dans les années 1980.

Le Haricot Tarbais : une graine d’exception

Ce petit grain d’ivoire est le fruit d’un terroir singulier et d’un savoir-faire authentique. Cueilli et récolté à maturité, le Haricot Tarbais réclame toutes les attentions depuis le semis jusqu’à la récolte. En 1997, il est le premier haricot à obtenir le Label Rouge qui reconnaît sa qualité supérieure. Fort de cette distinction, le Haricot Tarbais se démarque une nouvelle fois en 2000 en obtenant la reconnaissance européenne : l’Indication Géographique Protégée.

Un terroir propice

Le terroir de Bigorre se caractérise par des terres légères et limoneuses, au pH plutôt acide, peu argileuses et assez caillouteuses, ce qui permet de garantir toute la finesse de la peau et le fondant de la chair du Haricot Tarbais. Des sols trop argileux rendraient sa peau plus épaisse et sa chair plus farineuse. La plante profite également de la tiédeur des galets des gaves pyrénéens qui emmagasinent la chaleur tout au long de la journée pour la lui restituer au cours de la nuit.

Néanmoins, les seuls critères liés à la nature du terrain sont insuffisants pour expliquer les caractéristiques qualitatives si particulières du Haricot Tarbais. En effet, la même semence, cultivée dans des conditions identiques sur des sols régionaux quasi analogues (Petites Pyrénées, terrasses alluviales de la Garonne...) ne donne pas la même qualité au produit. Toutes les tentatives pour acclimater cette production sur d’autres terroirs se sont avérées décevantes.

L’autre facteur déterminant de la typicité et de l’unicité du Haricot Tarbais est donc la douceur du climat qui règne sur ce territoire. En effet, la Bigorre est le point de jonction des influences océaniques du Golfe de Gascogne et celles continentales des Pays de Toulouse. Cette région ne souffre pas du vent d'Autan desséchant et bénéficie d’un autre vent tempéré, le Foehn, provenant d'Aragon et se diluant sur le versant français.

Haricot tarbais : Terroir des Pyrénées, tradition et qualité en Bigorre

Un savoir-faire spécifique

Des semences issues de souches locales

L’un des éléments essentiels dans l'histoire du renouveau de la filière, c’est l’élaboration d’un conservatoire de 400 échantillons de semences collectés dans les fermes locales et mis en place en collaboration avec l'INRA. De ce conservatoire ont été extraites 24 populations se rapprochant du type « Haricot Tarbais ». Puis, en 1990, une première lignée a été déposée auprès du GEVES, le Groupe d’Etudes et de Contrôle des Variétés et des Semences. Après un long travail de recherche, elle sera finalement enregistrée au Catalogue Officiel des Variétés en 1998 sous le nom d'Alaric, l'une des deux semences qui permettent aujourd’hui de produire du Haricot Tarbais Label Rouge et IGP. Lapujole est le nom de la seconde variété qui a été inscrite au catalogue en 2008.

Haricot tarbais : Terroir des Pyrénées, tradition et qualité en BigorreAlors que la plupart des semences légumières en France sont produites par des semenciers industriels, Alaric et Lapujole sont deux semences certifiées directement produites par l'Association Interprofessionnelle du Haricot Tarbais et multipliées par des producteurs, sous le contrôle vigilant du GNIS, le Groupement National Interprofessionnel des Semences et des Plans ainsi que du GEVES. C’est pour le consommateur en quête d’authenticité et d’originalité la garantie d’un produit unique issu de la biodiversité locale. Le conservatoire de 24 lignées est toujours maintenu par l'Association Interprofessionnelle du Haricot Tarbais en partenariat avec le Conservatoire Botanique de Midi-Pyrénées à Bagnères de Bigorre : il constitue un réservoir génétique propre d'où pourront être extraites de nouvelles variétés.

Un travail du sol exigeant

Délicate, la culture du Haricot Tarbais nécessite des soins particuliers, du semis jusqu’à la récolte. Cette plante légumineuse demande tout d’abord une bonne implantation racinaire, primordiale à son bon développement. C’est pourquoi, le travail du sol est une étape fondamentale. Effectivement, respectueux des traditions et de l’environnement, il optimise naturellement l’alimentation de la plante en eau et en azote tout en luttant contre les adventices et les champignons du sol.

Une plante grimpante sur tuteur maïs ou filet

Le Haricot Tarbais est une plante grimpante très vigoureuse à laquelle un tuteur est nécessaire pour se développer. Deux modes de tuteurage se pratiquent : le tuteur maïs et le tuteur filet. Historique et traditionnel, le tuteurage sur maïs reste encore aujourd’hui le mode de production prédominant. Quelque soit le mode de tuteurage choisi, cela ne change en rien la qualité intrinsèque du Haricot Tarbais.

Haricot tarbais : Terroir des Pyrénées, tradition et qualité en Bigorre

La cueillette manuelle à maturité

A la différence des autres haricots, le Tarbais ne peut pas être récolté mécaniquement. N’ayant pas sa place au sein de l’agriculture intensive, il a bien failli disparaître. Malgré le grand nombre de bras que demande chaque récolte, on continue de le cueillir à la main sans meurtrir la plante.

Compte tenu de sa floraison étagée, la cueillette peut s’effectuer en plusieurs passages au fur et à mesure de la maturité des graines. Le haricot « frais à écosser » se cueille de fin août à début octobre. Après le séchage naturel du pied, on peut alors ramasser le « sec ».

Les grains sont ensuite triés et conditionnés. On applique alors un choc thermique à basse température pour lutter contre le charançon de la façon la plus naturelle.

Le Haricot Tarbais : un produit résolument moderne

Des qualités nutritionnelles exceptionnelles, du goût et de la légèreté

Depuis longtemps, le Haricot Tarbais est connu et reconnu pour ses qualités gustatives uniques. Cependant, peu de personnes connaissent ses vertus nutritionnelles. En effet, les terres de Bigorre associées à la douceur du climat confèrent au Haricot Tarbais de très intéressantes caractéristiques.

Pauvre en lipide (seulement 2 % de matière grasse) et riche en fibres et protéines, ce légume possède une valeur énergétique très faible : 168 Kcal pour 100 g de haricots réhydratés. Il se révèle ainsi l’allié de celles et ceux qui font attention à leur ligne. Ces propriétés le rendent également beaucoup plus digeste que les autres haricots.

Salade de haricots Tarbais aux crevettes roses


En savoir plus http://www.haricot-tarbais.com/