Le parc du Cypressat, inauguré en mai 2010, est un espace boisé de 17 hectares aménagé dans le respect de son caractère sauvage et naturel. Un havre de tranquillité pour une faune et une flore que les services de la ville bichonnent avec ferveur.

Le mercredi 23 janvier, le service environnement a procédé à la pose de nichoirs visant à assurer aux 38 espèces d’oiseaux répertoriées par la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO), les conditions idéales de leur reproduction.

Le parc du Cypressat labellisé « LPO refuge excellence »

Au-delà de la sérénité qui y règne, l’un des charmes particuliers du Cypressat, pourtant situé en milieu urbain, est la richesse de sa faune et de sa flore. Son aménagement en fait un refuge idéal pour nombre d'oiseaux nicheurs qui y trouvent les ressources alimentaires nécessaires, ainsi que l'habitat propice à leur reproduction (pics, sittelles, mésanges).

Par ailleurs la géographie du parc (situé sur les coteaux) caractérisée par un important dénivelé profite à la migration de quelques espèces au long cours qui utilisent les courants de pente créés sur le relief (milans, cigognes blanches). Des atouts à préserver et à faire fructifier qui ont valu au Cypressat la labellisation LPO refuge excellence en 2011.

Opération escalade

Préserver et même accompagner les conditions de reproduction sont nécessaire au maintien de cette biodiversité naturelle. Rougequeues à front blanc, Chouettes hulottes, Mésanges bleues, Gobemouches gris… au total déjà 38 espèces sont répertoriées dans le parc. La pose de 6 nichoirs multiplie les chances de garder les espèces déjà fixées et d’en attirer de nouvelles.

Placés entre 3 et 10m de hauteur, sur des arbres repérés comme lieux potentiels d’accueil de couples d’oiseaux, les nichoirs doivent être posés avec précaution. Et nécessitent l’intervention d’un grimpeur sur corde, habilité et préparé à l’exercice. Il procédera avec précision à la pose des 6 abris de béton de bois qui doivent être positionnés en fonction des habitudes des espèces préalablement observées.

Améliorer les conditions d’habitat des espèces

Depuis 2010, les 45 agents du service environnement pratiquent la gestion durable du parc : absence de produits phytosanitaires, maintien des arbres morts, absence d’export des matières, fauche tardive sur les bords de chemin et sur certaines prairies, respect du cycle de fleurissement puis de la montée en graine des plantes… favorisant ainsi le développement des insectes et le nourrissage des oiseaux. Les agents ont également été spécialement formés à l’observation et au repérage des différentes espèces vivantes ainsi qu’à leurs conditions de vie … .

La pose des nichoirs vient compléter ce dispositif global, étape préalable avant la réalisation dans l’année 2013 de « sentiers interprétatifs », une installation pédagogique utile et bienvenue pour les promeneurs observateurs du parc.

Articles similaires

Palimont : vignoble du piémont pyrénéen... Situé au cœur du Sud-Ouest, le vignoble de Plaimont s’étend sur les collines du piémont pyrénéen, sur les terroirs d’une richesse unique. La culture de la vigne y est présente depuis dès le XIème siècle introduite par les moines bénédictins. Dès 1...

Le Château de Hautefort en Dordogne... Erigé sur un éperon rocher, le Château de Hautefort situé en Dordogne est un joyau dans un parc de 30 hectares composé d'un jardin à la française et d'un parc à l'anglaise, offrant un panorama exceptionnel sur le village et la campagne environnante. ...

Salon du Bourget : L'Aquitaine à portée du ciel et de l'espa... Rendez-vous incontournable de l’aéronautique et de l’espace, les Régions Midi-Pyrénées et Aquitaine sont présentes pour promouvoir ensemble leur filière aéronautique au salon du Bourget  qui réunira l´ensemble des acteurs de l´industrie mondiale...

Fête du Bœuf Gras de Bazas : photoreportage Hapshot#1... En Aquitaine, villes et villages ressassent leur histoire. Bazas ne faillit pas à la tradition séculaire de la fête du bœuf gras en organisant depuis 1283 cet évènement le jeudi avant mardi gras. Reportage photographique au cœur de cette fête séculai...

Pic du Midi : Highline entre deux télécabines... Paulo, Gautier… tous membres de l'association Pyrénaline, tous funambules de l'extrême ont fait le rêve de rejoindre les deux téléphériques entre le Taoulet et le Pic du Midi en marchant dans les airs. Un rêve devenu réalité le jeudi 28 mai au matin…...