Bordeaux, chef-d'oeuvre classique

  • Catégorie : Livres - Publications
Bordeaux, chef-d'oeuvre classique"Bordeaux, Chef-d'Oeuvre Classique", le plus bel ouvrage jamais consacré à cette ville de lumière par Jacques Sargos et les Editions L’Horizon Chimérique, évoque l’esthétique classique de Bordeaux. Un livre d'art sur le patrimoine mondial classé par l'Unesco. 
 
BORDEAUX VILLE OUVERTE
Classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 2006, la ville de Bordeaux représente l’un des plus beaux ensembles européens de grande architecture classique – une architecture qui ne se limite pas à un prestigieux XVIIIe siècle.

Cette grande ville de l’Europe respire, s’ouvre et se livre en quatre cents pages de photographies et de commentaires historiques, sous la direction de Jacques Sargos, signataire pour les éditions L’Horizon Chimérique, du plus bel ouvrage consacré à sa ville « Bordeaux, chef-d’oeuvre classique ». Illustrant les étonnantes richesses du « Port de la Lune », il donne au lecteur les clés pour reconnaître les styles, pour suivre les évolutions… une vision synthétique permet de dépoussiérer l’image du « classicisme » et de montrer tout ce que notre modernité doit aux créateurs de ce temps.Bordeaux, chef-d'oeuvre classique

SCULPTEE, OUVRAGEE, ORNEMENTEE...BORDEAUX VILLE RAFFINEE
Le classicisme bordelais commence avec la Renaissance et s’épanouit au XIXe siècle, dans une extraordinaire continuité urbaine. La Bourse des Gabriel, le Grand-Théâtre de Victor Louis sont célèbres dans le monde entier. Mais ces monuments magnifiques ne doivent pas faire oublier les innombrables immeubles, les églises, les hôtels particuliers qu’on ne se lasse pas d’admirer jusque dans le moindre détail. Ce ne sont, au long des rues, que façades de pierre blonde sculptées de masques et d’ornements, ferronneries superbement ouvragées, portes colossales aux lourds marteaux d’argent mat, églises dont la pénombre abrite de chatoyants autels baroques.

Derrière les façades, quelques décors intérieurs encore bien conservés témoignent du raffinement inouï du cadre de vie. Aux côtés des monuments qui ont survécu, l’on découvrira des merveilles disparues, à commencer par le mythique Château-Trompette, l’une des plus belles forteresses de France, achevée par Vauban.

DES PERSPECTIVES THEATRALES
Bordeaux, cependant, ne se réduit pas à une somptueuse collection d’édifices. Son agencement spectaculaire, ses perspectives théâtrales, la longue harmonie de ses quais sont en soi un chef-d’oeuvre d’architecture, une oeuvre de l’esprit. Presque entièrement recréée à l’âge classique, portée par la prospérité de son port, cette cité a été pensée en profondeur – et tout d’abord rêvée – par des urbanistes de génie. Ces hommes ont contribué à l’invention de la ville et de la vie modernes. Leur action était fondée sur la Raison, sur le progrès. Mais cette action incroyablement efficace n’allait jamais sans la beauté. Ils ne concevaient pas de construire, si ce n’était pour embellir.

Et pour bâtir un nouveau monde, ils puisaient dans l’Antiquité, comme à une source toujours jaillissante, les secrets d’une splendeur qu’ils pensaient intemporelle. C’est en cela qu’ils étaient des classiques. Bordeaux résulte de leur foi dans la puissance de l’art.
Bordeaux, chef-d'oeuvre classique
Bordeaux, chef d’œuvre classique? Le livre n'est pas loin, lui aussi, d’en être un !

L'AUTEUR - JACQUES SARGOS
Né en 1957 à Bordeaux, Jacques Sargos consacre sa vie à l’art et aux livres. En tant qu’historien, ou comme éditeur, il a publié de nombreux ouvrages de référence sur l’Aquitaine. Son Histoire de la forêt landaise (1997) a raconté la transformation du désert landais en forêt de Gascogne. En 2006, il a reçu le prix de l’Académie de Bordeaux pour Bordeaux vu par les peintres.
Bordeaux, chef-d'oeuvre classique
AVANT PROPOS DE ACQUES SARGOS
 
 
 
En mars 2006, l’Unesco a inscrit la ville de Bordeaux au patrimoine mondial de l’humanité. Bien que ce prestigieux label ait distingué l’ensemble d’un « paysage culturel urbain », la décision reconnaissait principalement une cité « exceptionnelle au titre de son unité urbaine et architecturale classique et néoclassique, qui n’a connu aucune rupture stylistique pendant plus de deux siècles ». Évidement, l’on se gardera de de réduire Bordeaux à ces deux seuls siècles. N’oublions pas la métropole antique, puis la grande ville médiévale. Ne méprisons pas un XIXe siècle éclectique qui a laissé ici des richesses dont les historiens sont loin d’avoir achevé l’inventaire.
Bordeaux, chef-d'oeuvre classique
Défendons un XXe siècle bordelais qui a étincelé des feux de l’Art déco avant d’expérimenter un urbanisme d’avant-garde lors de la rénovation du quartier Mériadeck. Cependant, le choix de l’Unesco a clairement mis en relief ce qui fait la force et la particularité de Bordeaux : l’épanouissement harmonieux, sur une immense étendue, d’une architecture classique. Il semblait donc pertinent que le « classicisme » s’impose comme le meilleur fil conducteur pour présenter une partie essentielle du patrimoine de la ville. À condition de donner un contenu à ce mot qui demeure le plus souvent une commodité de langage, une trop simple étiquette recouvrant une aventure complexe. La diversité du classicisme peut être sommairement ramenée à une notion : la référence à l’antique, obsession de l’Occident pendant plusieurs siècles.
 
Le destin architectural de Bordeaux s’éclaire par la métamorphose de l’Europe à partir de la Renaissance – par cette révolution intellectuelle et artistique qui inventa la modernité urbaine d’une manière paradoxale, en s’imprégnant des idéaux d’un lointain passé : l’Antiquité gréco-romaine. Impossible d’évoquer Bordeaux à l’âge classique sans parler de Rome ou de l’Italie ancienne et moderne ; sans parler aussi de Paris, de Versailles et des grands courants qui ont entraîné la transformation des villes européennes… Tel est le parti pris par cet ouvrage, et nous ne nous éloignerons de Bordeaux que pour mieux nous en rapprocher. Ce livre eût été impossible à écrire s’il n’avait reposé sur la somme d’analyses et de connaissances accumulées par de nombreux savants bordelais. Grâce à une longue tradition érudite, l’histoire de la capitale de la Guyenne est déjà bien connue, quoique la matière en soit inépuisable et réserve toujours de surprenantes découvertes (notamment en archéologie). L’architecture classique a déjà été étudiée par de remarquables spécialistes dont nous avons été le lecteur attentif et passionné.
 
Nous voudrions saluer en premier lieu un universitaire bien oublié, Paul Courteault (1867-1950), ardent travailleur dont l’Histoire de la Place Royale de Bordeaux (1923) et celle du Château-Trompette (inédite) n’ont jamais été égalées. Comment nommer ensuite tous les auteurs auxquels nous devons tant, les uns s’étant consacrés aux époques les plus anciennes, d’autres ayant exploré le XVIIIe siècle ou redécouvert l’ampleur du néoclassicisme girondin ? Citons seulement François-Georges Pariset, Jacques Gardelles, Paul Roudié, Daniel Rabreau, Robert Coustet, Marie-France Lacoue-Labarthe, Christian Taillard, Philippe Maffre, Jean-Pierre Bériac, en ayant une pensée pour quantité d’autres chercheurs. Nous tenions à les mettre à l’honneur dès cet avant-propos.
 Bordeaux, chef-d'oeuvre classique
De même, l’hommage à Bordeaux que constitue cet album n’aurait pu voir le jour quelques années plus tôt. Sa puissance évocatrice tient avant tout à l’abondance de son illustration. Des centaines de photographies, dues au talent d’Alain Béguerie, se vouent autant à des immeubles dans leur ensemble qu’à de multiples détails, car nous invitons ici à une vision rapprochée de l’architecture. Mais Bordeaux n’aurait pu être ainsi photographié sans le formidable travail de sauvegarde et de restauration qui a été entrepris sous les mandats de Jacques Chaban-Delmas et amplifié sous la conduite d’Alain Juppé. La ville du XXe siècle, celle qu’a connue François Mauriac, était comme ensevelie sous la cendre, noire de suie. La longue façade de ses quais, orgueil de l’intendant Tourny, symbolisait toutes les humiliations que le temps inflige à la splendeur, tous les accidents qui peuvent défigurer une harmonie initiale.
 
Depuis les rénovations qui ont rendu à Bordeaux l’apparence d’une cité des Lumières, les Bordelais, comme opérés de la cataracte, redécouvrent la ville de pierre blanche qu’ont admirée les voyageurs du XVIIIe siècle. Cette ville, devenue photogénique, peut enfin se laisser contempler au miroir de la photographie, autrement qu’à travers le flou artistique des brumes de Garonne. Ces pages célèbrent un Bordeaux classique en pleine résurrection, mais n’omettent pas un Bordeaux disparu, non moins essentiel pour la compréhension de la ville : celui du Château-Trompette ou de l’hôpital de la Manufacture. Ni même un Bordeaux qui n’a jamais été, celui des projets utopiques et de « l’architecture de papier ».
 
On remarquera l’absence d’un pan essentiel de l’architecture bordelaise, qui illustre pourtant le rayonnement de la cité et l’opulence heureuse de sa société : à savoir les maisons de plaisance, les « châteaux à vin » et autres « chartreuses » qui ont orné la banlieue de Bordeaux ou le paysage bien domestiqué des campagnes girondines. Cette absence n’est pas un oubli. Le sujet nous a paru trop considérable pour n’occuper qu’un seul chapitre dans un livre où il y avait déjà tant à dire.
 
Nous espérons lui consacrer un jour l’entier volume qu’il mérite. Renvoyons pour l’instant le lecteur à de précieuses publications malheureusement épuisées : le catalogue de l’exposition Châteaux-Bordeaux (1988) et l’ouvrage collectif Maisons de plaisance en Bordelais (1994). Que l’on nous pardonne enfin la brièveté des passages où nous rappelons ce que nul n’ignore, c’est-à-dire que cette ville classique fut aussi la ville des auteurs « classiques » par excellence, Montaigne et Montesquieu. Mieux qu’une cité, en effet, Bordeaux est une civilisation. De cette capitale humaniste et raffinée, l’architecture offre l’un des plus brillants reflets, non le seul. Souhaitons maintenant bienvenue à tous : que la visite commence !
Bordeaux, chef-d'oeuvre classique

Source : CanalCom

Articles similaires

Bordeaux Tasting : une fréquentation 2018 impactée par l'act... La 7ème édition du festival "Bordeaux Tasting" a accueilli 6500 visiteurs-dégustateurs dans un contexte particulier où - sur fond d'actualité sociale perturbée - les "Gilets jaunes" avaient fait de la...
20ème édition de Bordeaux Fête le Vin : le bilan, les images 20 ans plus tard, l’événement s’est collé à la ville de Bordeaux et est devenu un des moments forts pour toute l’Aquitaine. C’est dans tous les esprits aujourd’hui, il est dans les belles moeurs et le...
Concert et Dégustation : les vins Bio et l'Orchestre Nationa... Ce fut un des temps forts de Bordeaux Fête le vin 2016 : une dégustation de vins bio associée à un concert de l’ONBA, sous la grande halle de Darwin. « Nous étions déjà présents aux précédentes Fêtes ...
Bordeaux Fête le Vin : une route des vins au cœur de la vill... Avec ses centaines de milliers de visiteurs, Bordeaux Fête le Vin est devenu, en quelques années, le plus grand événement oenotouristique européen. Organisée les années impaires en alternance avec VIN...
Segment : un outil de création de jeux-vidéo à la portée de ... Un nouvel outil, réalisé par le Scrime (Université de Bordeaux) : SEGMent 2. SEGMent est un moteur de jeu vidéo rendant accessible la création d’expériences vidéo-ludiques qui incorporent un...