Recueil de poésie : Ginkgo Biloba 1er tome de Mariette Lesieur

  • Catégorie : Livres - Publications
Mariette Lesieur publie un recueil de poèmes sur le thème de l'éternel recommencement
Mariette Lesieur publie un recueil de poèmes sur le thème de l'éternel recommencement

"Un Poète c’est … un oiseau… Un poète c’est quelqu’un qui a … l’inspiration. Un poète c’est quelqu’un qui fait …du rêve, une réalité ou/et d’une réalité, un rêve…"."Ginkgo Biloba - Premier Loba - Fin d'un monde ancien" est la dernière publication de l'oloronaise Mariette Lesieur ....

....  publiée Roses De France Edition. Recueil de poèmes sur le thème de l'éternel recommencement. Le ginkgo biloba, arbre symbole d'éternité pour les japonais, était déjà présent à l'époque des dinosaures, a résisté à la bomba d'Hiroshima et sera là bien après nous. L'oeuvre, dédiée à Hyacinthe et à Marius, divisée en deux lobes comme la feuille du ginkgo, réunit l'avant et l'après, la joie et les larmes, la vie et la mort...

Préface signée Alain Bourrillon

"C’est démodé la poésie. On n’en lit plus guère et, pour l’instant du moins, Aragon, Prévert, Desnos, Éluard, Char…lueurs étincelantes du verbe au XXe siècle, n’ont guère trouvé de successeurs. Et leurs lecteurs, hors les universités, se comptent… par dizaines. Peut-être manquons-nous de souffle. Le poète est un « inspiré » du monde, « un voyant » comme se définissait Rimbaud. En lui, en elle, s’est glissé un zéphyr couleur de miel qui lui parle de Beauté, qui lui susurre « Éternité ».

Éternité de la Vie sans commencement qui nous traverse sans cesse et sans cesse s’engendre elle-même en des univers étoilés vers lesquels nous ne savons plus, n’osons plus tourner nos regards. Le souffle va et vient et l’inspiration du poète l’amène à des visions, le conduit à des spectacles où le sublime de l’Amour du monde côtoie l’Horreur que des hommes-loups ont installée. Le poète sait toutes ces choses dans le même temps. Don ineffable, infernal cadeau ;  il ne peut garder tout cela pour lui. Il veut dire, partager, crier, ces mondes où ses yeux se sont éblouis à la tendresse des cieux, où ses mains se sont griffées aux barbelés des cœurs fermés, où ses tympans se sont crevés aux gémissements, lents et longs hurlements des héritiers de la Shoah qui se consument et se tordent dans l’indifférence d’un monde repu , là où flottent les drapeaux noirs de l’Enfer en marche.

Ginkgo Biloba - Premier Loba - Fin d'un monde ancien de Mariette Lesieur C’est tout cela un poète. Et quand ça veut nous dire ces diamants, quand ça veut nous faire effleurer la joue tiède du petit enfant qui dort, quand ça veut nous faire gémir l’âme vers l’amour, le bel amour abandonné, ça n’a que des mots un poète. Encore faut-il bien les choisir. Comment ajuster voyelles et consonnes pour dire ces voyages dans l’entre-deux et ces souffles incandescents qui l’ont traversé ? C’est un long travail. Un travail dur, âpre, acharné. Toujours couper, raccourcir, chercher l’image juste, le mot-clé qui donnera au lecteur l’envie de lever la tête pour regarder, majestueux, voler « L’ albatros » de Baudelaire. Du temps, du travail, des larmes aussi, d’impuissance, de rage quand il faut déchirer la page et les lignes qui ont refusé de dévoiler les secrets de l’invisible, de l’indicible amour du monde, de sa terrible agonie vers un Neuf qui pansera toutes les plaies.

 Voilà pourquoi nos poètes modernes ont du mal à trouver des lecteurs. Qu’avons-nous à faire des images et des symboles, pourquoi déchiffrer des vers qui nous demandent de faire un long cheminement vers eux pour découvrir leur source cachée, goûter leur sève au parfum d’ambroisie ? Nous devenons des autistes frénétiques, avides de dévorer les heures, gloutons de plaisirs faciles et éphémères qui ne laissent que cendres à la bouche, et bientôt, avec nos lunettes virtuelles, nous n’aurons même plus besoin d’attendre – attendre ?... Quelle perte de temps – que se lève l’aurore aux doigts de nacre : nous pousserons un bouton et elle apparaîtra dans l’instant. Nous pourrons nous la repasser, à l’infini, à satiété, jusqu’à ce que nous n’ayons plus envie de voir une aurore…

Pour toutes ces raisons, et puisque vous avez ce livre entre les mains, il fait lire « Ginko Biloba ». Mariette Lesieur fait partie de cette élite de gueux aux cœurs fragiles et forts : ils sont nés au pied d’un arc-en-ciel de mots et d’images. Il faut lire ces poèmes étirés sur tant d’années, les écouter, les chanter. Mariette Lesieur est tout ce que j’ai évoqué plus haut, depuis des années ; elle écrit avec sa chair, avec ses peurs, avec ses joies, avec parfois l’insolence de son « clown révolutionnaire ». Elle raconte toutes ces fulgurances qui la traversent, ces oiseaux-phénix qui lui tendent une graine : « La graine se mit à me chatouiller la main, charnière,

Elle avait besoin de lumière. » (p. 107 Biloba 1).

Elle vomit ses angoisses devant un monde qui se délite dans la nuit, elle crie son désespoir devant « L’enfant de verre, l’enfant de plomb » (p. 60 Biloba 1) :

« Te souviens-tu des souffrances qui t’achevèrent, Enfant de verre ?
Tu sais, celles qui ont fait de toi un enfant de plomb…
Oui, répondit à tout cela l’enfant de verre… »

Elle écrit aussi avec ses larmes, cette encre spéciale qui ne s’utilise que pour effleurer d’une plume délicate les lignes des plus grandes douleurs : « Une plume pour deux anges » (à ses jumeaux décédés à la naissance)

«  C’est mon cœur qui s’est en volé dans le four,(…)
Il s’est agité d’un battement,
Et c’est sur vous deux qu’il a laissé tomber sa plume,
Sa plus belle plume. » (p. 112. Biloba 1)

Mariette Lesieur ne s’est pas trompée de titre. Comme, lentement, monte la sève de l’arbre qui veut jeter ses branches vers le ciel, un jour le titre a eu mûri est s’est imposé à elle : « Ginkgo Biloba ». Le ginkgo survivant de l’apocalypse d’Hiroshima, est un arbre symbole d’éternité pour les japonais. L’arbre qui a croisé la route des dinosaures et que des centaines de générations ne verront sans doute jamais disparaître. Sa feuille se divise en deux lobes, Hyacinthe et Marius, les deux anges à qui l’écrivain dédie, offre son livre nouveau-né.

De tout cela, la poète – « poétesse serait lexicalement plus juste mais tellement laid à entendre … » – fait des tableaux colorés, vivants, haletants parfois, visionnaires et inquiétants souvent. Elle dessine aussi des « Désert » (p. 75 Biloba 1) en forme d’ Apollinaire, chante des souvenirs de son nord natal et se permet même des acrostiches avec notre vénérable père Hugo dont elle a lu plus de pages que ne feront jamais bon nombre de professeurs de français.

Le premier loba est dur, dérangeant, son ambiance est lourde par instants, tendu vers son « Chaos » final. Le deuxième, plus léger en pages, l’est aussi en envolées d’une vie qui s’élance et se jette comme les branches du ginkgo, vers le ciel et vers la vie. On y croise des poissons et des mouettes, on y retrouve Victor Hugo à qui elle ose faire des pieds de nez. L’oiseau-phénix s’est  éveillé et la lumière renaît. Mariette rencontre même un « Bouddhamour » (p. ? Biloba 2) dont elle :

« aimerait être le lotus qui naît sous chacun de (ses) pieds
Pour laisser derrière (lui) la trace de (ses) pas. »

Chemin d’apaisement ? Désir d’une sérénité encore fragile ? Juste avant la fin, elle tend la main vers son « enfant de verre », une main pleine de tendresse, une main rafraîchie par l’espoir :

« Pour ne point briser l’enfant de verre
Ecoutons avec amour la voix douce et fluette
De l’enfant-poète. » (p. ? Biloba 2)

La poésie est éternelle. Elle remonte à la nuit des temps. La poésie a toujours parlé d’éternité, et quoi de plus pertinent, pour planter cette poésie douloureuse et belle, que l’image d’un arbre : racines en ciel et branches en terre. Ou les deux à la fois, peu importe. Un arbre va et vient sans cesse de la terre vers le ciel, au rythme de sa sève nourrie d’étoiles qui lui parle le langage de la Vie, de la Beauté, de l’Amour qui ne meurt jamais. Et un ginkgo, avec ses feuilles bilobées qui nous parlent de jours passés aux teintes plombées, vers des lendemains grains de poussière rayonnants, galopins bourgeonnants suspendus à un rayon de soleil, un ginkgo, ça réunit en une feuille l’avant et l’après, la joie et les larmes, l’amour et les ruptures, la vie et la mort…

Connaissez-vous la couleur automnale des feuilles du ginkgo, lorsqu’elles volettent et se posent en tapis sur nos pelouses émerveillées du cadeau ? Elles sont couleur or. Quelques jours durant, le soleil et sa lumière rayonneront en couronne autour de l’arbre assoupi pour l’hiver. Asseyez-vous sur ce tapis et prenez-vous une photo ;  pour une fois faites un selfy grandiose avec ceux que vous aimez, souriez à la vie et agrandissez-le, faites-en un tableau qui éclairera vos séjours dans le gris des hivers…

 « Ginkgo Biloba » nous invite à flotter sur les feuilles d’or que Mariette Lesieur a mis tant d’années à ciseler pour nous les offrir aujourd’hui. Elle nous propose même de devenir feuilles à notre tour, de transmettre la lumière des mots –nos mots- pour bavarder avec d’autres feuilles d’autres ginkgos, à bavarder et à gloser sur les vents de l’inspir qui attendent le poète… et ses lecteurs qui auront osé soulever la page de couverture. Lisez avec confiance « Ginkgo Biloba », vous ne regretterez pas cet abandon. Quand on approche la beauté et l’amour, quand on s’y abandonne, on reçoit le cadeau rare d’une vie qui s’émerveille, d’un livre qui naît. Prenez votre temps, page après page, et laissez-vous glisser vers une nouvelle naissance, au cœur… "

L'auteur : MARIETTE LESIEUR

Mariette Lesieur est une poétesse française née à Béthune dans le Nord de la France en 1979. Dès son enfance Mariette aime à s'évader dans la nature, à faire pousser des graines, à s'entourer d'animaux. Mariette commence à écrire très jeune mais c'est au retour d'un séjour en Bretagne qu'elle compose ses premiers vrais poèmes à l'âge de 15 ans dont elle teste la valeur lors de concours littéraires.

La reconnaissance est immédiate. Ses poèmes sont dès lors primés par l'Académie des Sciences Lettres et Arts d'Arras, par la société anacréontique des ROSATI lors de son concours francophone et par la Fédération Nationale Travail et Culture du Centre de Recherche d'Innovation Artistique et Culturelle du monde du travail (TEC/CRIAC.)

Ginkgo Biloba - Premier Loba - Fin d'un monde ancien de Mariette Lesieur En 1996, Mariette n'est pas majeure, elle n'est que lycéenne mais son nom circule dans les milieux littéraires et artistiques qu'elle fréquente de plus en plus. Multiples articles de presse s'enchaînent. Ses poèmes sont alors publiés dans les journaux régionaux comme La VOIX DU NORD, NORD ÉCLAIR, LIBERTÉ 62 mais aussi dans un journal parisien LE VILAIN PETIT CANARD du Cercle littéraire et philosophique d'Oscar Brénifier de 1995 à 2002.

La même année Mariette rencontre pour la première fois l'écrivain, acteur, réalisateur et metteur en scène Ronny Coutteure. Entre eux se lie une grande amitié. Ronny Coutteure se fait alors le défenseur de la poésie et de la jeunesse et décide de parrainer Mariette.

En 1998 et 1999 Mariette se révèle au public sur les écrans de télévision de France 3 dans les émissions présentées par Ronny Coutteure « Ronny coup de cœur ». Mariette suit en même temps ses études de Lettres Modernes à l'Université d'Arras où elle obtient avec mention un DEUG.

Les articles se suivent et c'est à partir de 1998 que ses poèmes se font éditer dans différents recueils collectifs de poésie.

- Érémiste Poèmes choisis. 1998, 32 pages TEC CRIAC Edition LE TEMPS DES CERISES Pantin.
- Pêcheurs d'images Traduit en anglais par Anne-Marie GLASHEEN - 2003, 36 pages bilingue français anglais TEC CRIAC Roubaix
- Le pas du veilleur 2004, 20 pages TEC CRIAC Roubaix.

Mariette reste discrète sur sa personne. Timide et réservée, elle est pourtant là à lire ses poèmes sur scène au Théâtre des Hirondelles ou au milieu des tables de l'Estaminet attenant. C'est chez Ronny et elle est en confiance. La bière coule à flot et ce lieu devient vite le lieu privilégié des artistes de la région. On y croise Julos Beaucarne, la famille Dimey, Roger Frezin, Arnaud Delbarre, Jenny Clève, Jacques Bonnaffé... La créativité pour Mariette est à son comble.

C’est le 21 juin 2000, jour de l'été où, le soleil atteint son point culminant, que Mariette, licenciée ès Lettres et son poème « Le clown révolutionnaire » interprété à l'Ambassade de France à Fès au Maroc lors du festival du Cirque, apprend la disparition brutale de son ami Ronny par suicide.

Les études s'arrêtent là. Elle se lie d'amitié avec l'écrivain, acteur et comédien Fred Personne et devient son assistante au sein de la compagnie de théâtre des « Vendanges tardives » située à Paris. Elle quitte le domicile parental, puis quitte la région laissant derrière elle toutes ses connaissances ou reconnaissances. La tristesse est grande. Elle part enseigner le français en tant que professeur vacataire au collège Léonce Dussarat de Dax dans le Sud Ouest de la France et ne touchera plus à l'écriture, pour elle, synonyme de danger. Aucune trace poétique pendant presque dix ans. 

Les temps semblent durs pour décrocher une place de contractuelle auprès des Rectorats. Il y a déception, mais Mariette fait confiance au Destin. Elle marche sur les chemins de Compostelle. Relie avec mère Nature et choisit de vivre comme une saltimbanque en suivant une compagnie de théâtre de villes en villes pendant plusieurs années exerçant ça et là différentes activités professionnelles alimentaires n'ayant pas de liens avec l'écriture.

C'est en 2013 que le Destin semble faire son œuvre et l'on retrouve sa trace à Oloron Sainte Marie en tant qu'auteur, ville berceau du poète Jules Supervielle. Un CD « Rêve de Cirque » avec le poème le clown révolutionnaire en N°11 sort. Elle entre comme auteur à la SACEM et se met à nouveau à écrire. Actuellement rédactrice pour le magazine Vent d'oc, elle mène sa propre rubrique intitulée « Sucré salé » et travaille en parallèle dans le milieu des fleurs, des arbres et des plantes plus adapté à son profil. On l’aperçoit à nouveau sur scène lors de différentes manifestations pour Livres Sans Frontières, le Printemps des Poètes, les Amis de Jules Supervielle, les 10 ans de Vent d'Oc, Radio Oloron... Il semble que toutes ces années de silence ont donné toute la maturité à son œuvre.

Articles similaires

Nouveauté littéraire autour de Bernard Manciet "Pour qui ne connaît pas Manciet, voici l’occasion d’entrer dans le cercle privilégié de ses amis proches". Bernard Manciet est une des figures majeures de la poésie contemporaine. Son œuvre, ...
Bordeaux : Festival Ritournelles entre littérature et art co... Festival de découvertes de la littérature contemporaine, Ritournelles propose des rendez-vous de lectures, des rencontres, des performances, des créations littéraires et musicales à travers une progra...
Ausone : poète gallo-romain amoureux des paysages aquitains Premier poète de son temps, Gallo-Romain enraciné dans la terre d’Aquitaine et amoureux de ses paysages, Ausone entonne le chant du cygne de l’Antiquité classique. Mais il est peut-être aussi, comme l...
Littérature urbaine : poèmes animés à Bordeaux Comment faire ressentir tout à la fois le passé, le présent et l’avenir en construction d’une ville telle que Bordeaux? La poésie est le meilleur vecteur littéraire pour répondre à un tel programme da...
Printemps des Poètes en Aquitaine Le Printemps des Poètes incite le plus grand nombre à célébrer la poésie, quelle que soit sa forme d'expression à l'image de la Fête de la Musique. Son succès prouve que l'intérêt pour la poésie va bi...