Tonneins : K‐RYOLE s’implante en Val de Garonne

  • Catégorie : Sud-Ouest - Nouvelle-Aquitaine
Le concept de la remorque électrique K-Ryole, l'avenir du triporteur et du vélo cargo pour professionnels - 250kg - Sans effort - Adapté à la ville
Le concept de la remorque électrique K-Ryole, l'avenir du triporteur et du vélo cargo pour professionnels - 250kg - Sans effort - Adapté à la ville

La start‐up parisienne K‐RYOLE, spécialisée dans les remorques électriques, choisit d’installer son site de production à Tonneins. Vélos cargos, triporteurs/bi-porteurs, remorques classiques et motorisées sont aujourd’hui des solutions de plus en plus adoptées par les acteurs majeurs de la logistique urbaine.

Le véhicule utilitaire n’a  en effet plus sa place en ville. Encombrant, polluant et extrêmement couteux en stationnement et en temps perdu dans les bouchons, il n’est plus adapté à la ville d’aujourd’hui. 

L’entreprise K‐RYOLE va investiir 4 500 m² d’ateliers (dont 300 m² de bureaux) sur le Parc d’activités communautaire André Thevet à Tonneins. Des travaux d’aménagement débuteront en février et la production courant mai, avec différentes lignes d’assemblage. A terme, ce sont plus de 30 emplois sur place.

K Ryole 02

Une technologie innovante, écologique et brevetée

La technologie Kaptor®, mondialement brevetée, permet de transporter des charges lourdes sans effort et de manière complètement intuitive. Grâce à elle, la société a développé deux gammes de produits :

K‐RYOLE compte aujourd’hui plus de 80 clients parmi lesquels on retrouve de grands groupes tels que La Poste, Biocoop, Bricorama, Monoprix, Kiloutou, etc.

L’Agglomération Val de Garonne joue son rôle d’accompagnement

Val de Garonne Agglomération est l’interlocuteur privilégié de la start‐up pour faciliter son installation et son développement sur le territoire : suivi et coordination des travaux d’implantation, aide au recrutement, soutien dans la recherche de subventions (notamment au travers du dispositif Territoire d’Industrie). Un rôle appuyé par l’implication active d’autres acteurs locaux tels que la Sous‐préfecture ou la SEM 47 (société d’aménagement public départementale en charge de l’aménagement du parc Thevet).

La première étape de cet accompagnement aura été l’aide à la recherche de foncier pour s’installer. Le choix s’est donc porté sur le Parc d’activités communautaire André Thevet à Tonneins, une ancienne friche industrielle de la SEITA réhabilitée grâce à un investissement de plus de 8 millions d’€ HT porté par l’Agglomération.

Cette zone économique de près de 43 000 m² de locaux accueille aujourd’hui Aliénor Ciments (première entreprise installée après la réhabilitation, en 2017), Acces Industrie (location/vente de nacelles et de chariots élévateurs), un cabinet comptable et une étude notariale. L’entreprise Traditab (production et commercialisation de tabac) s’installera fin 2021, tandis que d’autres arrivées sont également pressenties.


  Crédit photos K-RYOLE

Articles similaires

Lisa Garnier : psychologie positive et écologie La science reconnait pleinement aujourd’hui l’importance pour l’homme de la relation. Le lien, aussi, avec la nature, nous est indispensable. Elle a un pouvoir de fascination sur notre cerveau, s...
FLYING WHALES : le retour du ballon dirigeable en Nouvelle-A... Aujourd'hui, les dirigeables font leur grand retour. Flying Whales : le plus grand dirigeable du monde volera en Gironde en 2024. Né en 1783, le ballon est devenu dirigeable au XIXème siècle...
Transport : des offres Ter estivales inédites en Nouvelle-Aq... Alors que depuis 2017 l’attractivité des TER n’a cessé d’augmenter, sous l’impulsion de politiques régionales permettant une adaptation fine de l’offre et des tarifs à la réalité de chaque territoire,...
Village inter-associatif : le Père Noël n’est pas une ordure... A Noël, notre production de déchets augmente de 20% et chaque enfant français reçoit en moyenne 9 jouets, et pour certains jusqu'à 20 ! Imaginez tous les déchets produits par un seul de ces cadeaux......
Eco – Parlement des Jeunes des Pyrénées-Atlantiques Parce que les jeunes sont les citoyens et trieurs de demain, ils restent une cible privilégiée à sensibiliser. Ainsi, depuis 2003, Eco-Emballages et le Réseau Ecole et Nature (REN) portent l'Eco-Parle...