Nouvelle-Aquitaine : bilan économique 2019 et conjoncture 2020

  • Catégorie : Sud-Ouest - Nouvelle-Aquitaine
Une année 2019 encourageante pour l'économie néo-aquitaine avant le coup de frein de la crise sanitaire
Une année 2019 encourageante pour l'économie néo-aquitaine avant le coup de frein de la crise sanitaire

En 2019, la situation économique continue de s'améliorer en Nouvelle-Aquitaine. L'emploi bénéficie d'un regain d'activité dans la plupart des secteurs et de l'intérêt confirmé pour l'entrepreneuriat. En conséquence, le chômage recule.

Le rythme des créations d'emploi s'accélère

En Nouvelle-Aquitaine, la croissance de l'emploi salarié se prolonge, à un rythme plus soutenu (+ 1,0 %) qu'en 2018. La progression concerne tous les secteurs sauf le tertiaire non marchand dont les effectifs restent stables. L’essor de l’emploi industriel régional, qui accompagne le redressement du secteur depuis 2017, perdure même si le rythme est légèrement moins soutenu. Dans la construction, l'augmentation des effectifs est la plus forte depuis la crise de 2008. Après un ralentissement en 2018, la croissance de l'emploi dans le tertiaire marchand retrouve son rythme moyen des cinq dernières années. L'intérim renoue avec la création d'emploi.

Nouveau recul du chômage

Sur le marché du travail, la situation continue de s'améliorer en 2019. Le recul du chômage s'intensifie et se généralise. Fin 2019, le taux de chômage régional s'établit à 7,5 %, inférieur à celui du niveau national et qui n'avait plus été observé depuis fin 2008. Ce recul concerne tous les territoires néo-aquitains et tous les publics de Pôle emploi. Parallèlement, le nombre de demandeurs d'emploi diminue. Femmes et hommes, jeunes et seniors, demandeurs depuis plus d'un an sont moins nombreux qu'en 2018, résultat de la baisse du nombre de nouvelles inscriptions et de l'augmentation des reprises d'emploi.

Le recours aux aides à l'emploi recule de nouveau mais l'apprentissage, dispositif le plus utilisé, continue de se développer.

Davantage de créations d'entreprise

En 2019, la création d'entreprise bat un nouveau record en Nouvelle-Aquitaine avec cependant, une progression moins rapide que l'année précédente. Si cette progression concerne tous les types d’entreprises et la quasi-totalité des secteurs, elle reste toujours plus marquée pour les micro-entreprises. Les défaillances d'entreprises renouent avec une tendance annuelle régressive, amorcée en 2014 mais interrompue en 2018.

Une industrie agile

Dans un contexte marqué au niveau mondial par les discussions sur le Brexit et la mise en œuvre des mesures protectionnistes américaines, et par les difficultés de recrutement et, parfois, d’approvisionnement au niveau national, le chiffre d’affaires du secteur industriel augmente de 2,7 %. Cette évolution concerne la plupart des secteurs. Les flux d’investissement ralentissent légèrement mais restent d'un bon niveau.

Dans les services marchands, le chiffre d’affaires est aussi en hausse. Les sociétés d’ingénierie augmentent le plus (+ 9 %). Leur rôle dans l’accompagnement des entreprises pour leurs projets corrobore les perspectives favorables d’investissement et d’activité pour 2020. La bonne santé de la construction consolidée

Dans la région, la bonne santé du secteur de la construction, retrouvée depuis trois ans, se confirme en 2019. Cette croissance s'appuie surtout sur les activités du bâtiment, en progression de + 3 %. Néanmoins, l’attentisme reste de rigueur en matière d’investissement.

Les mises en chantier de locaux non résidentiels poursuivent leur progression et, contrairement au niveau national, celles des logements repartent à la hausse. Le marché de l'immobilier se replie encore, mais moins que l'année précédente. Le nombre de ventes reste malgré tout à un niveau respectable. Les prix de vente continuent d'augmenter, davantage pour les maisons que pour les appartements.

Nouveau record pour le trafic aérien

En 2019, la fréquentation des aéroports de la région dépasse, pour la première fois, la barre des 10 millions de passagers. La hausse du trafic aérien est portée par l’essor de l’aéroport de Bordeaux et la croissance des vols à bas coût, davantage privilégiés qu'au niveau national.

L'activité portuaire de la région est globalement en retrait par rapport à 2018. L'augmentation du trafic du port de La Rochelle ne suffit plus pour compenser les baisses enregistrées dans les autres ports.

Après plusieurs années orientées à la hausse, le nombre d'immatriculations de véhicules neufs diminue de 1 % par rapport à 2018.

Une météo plutôt défavorable à l'agriculture

La production de céréales, comme les récoltes de fruits et légumes, sont globalement en progression mais certaines productions sont pénalisées par les aléas climatiques. Le marché du Cognac est toujours porteur alors que celui des vins d'appellation rencontre des difficultés dues à une baisse de la consommation intérieure et un contexte international perturbé. De plus, la production viticole 2019 est en net recul en raison de conditions météorologiques défavorables.

Les phénomènes climatiques pénalisent aussi les éleveurs, un épisode de sécheresse rendant problématique l'alimentation des élevages. Les productions de viande et de lait sont globalement en retrait. Seules les productions de porc et de volailles progressent.

Les touristes sont de retour

La Nouvelle-Aquitaine reste parmi les régions françaises les plus attractives. Après un repli de la fréquentation des campings et hôtels l'année précédente, les clients reviennent plus nombreux en 2019. Ce regain d'activité est, en grande partie, à mettre à l'actif de la clientèle résidant en France qui représente les trois quarts des nuitées totales. La fréquentation accrue des établissements « haut de gamme » traduit la recherche de confort de la clientèle, dans les campings comme dans l’hôtellerie.

Après de bons résultats en 2019, coup de frein brutal début 2020

Le bilan 2019 de l'économie régionale est globalement satisfaisant et, à la fin de l'année, les perspectives pour 2020 étaient plutôt encourageantes. Mais la crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus va bouleverser les prévisions. Les mesures de confinement ont généré une baisse d'activité brutale et générale, estimée à 31 % pour la Nouvelle-Aquitaine qui, grâce à sa structure sectorielle, serait néanmoins parmi les régions de métropole les moins affectées.

Dans le même temps, la consommation des ménages se contracte fortement à l'image de la chute brutale des achats par carte bancaire, réduits de moitié au cours des premières semaines de confinement par rapport à la même période de 2019 dans la région.

Dans l'industrie, les embauches et les investissements prévus qui devaient permettre un renforcement des capacités de production pour accompagner le développement attendu des marchés en 2020 risquent de ne pas se concrétiser. Il en est de même dans les services marchands. L'augmentation des autorisations de construire des logements et des locaux non résidentiels en 2019 présageait une croissance de l'activité de construction en 2020. L’attitude des porteurs de projets sera décisive pour passer des autorisations aux mises en chantier, qui pourraient au mieux être reportées.

Tous les secteurs, y compris ceux en plein essor en 2019 comme le transport aérien ou le tourisme, verront leur activité diminuer, hormis peut-être l'agriculture et le commerce alimentaire. La moitié des salariés et les deux tiers des non salariés néo-aquitains travaillent dans les secteurs les plus impactés comme l'hébergement-restauration, la construction ou le transport-entreposage. Même si, dans un premier temps, le recours à l'activité partielle permet d'éviter des licenciements, il est à craindre que le chômage et les défaillances d'entreprise, en recul en 2019, finissent par regagner du terrain. De plus, le nombre d'entreprises créées en mars est en baisse de près de 40 % par rapport à mars 2019, réduisant l'apport de nouveaux emplois salariés et non salariés.

Bilan Economique Nouvelle Aquitaine 07 20

Fortement dégradée par la crise sanitaire, l’activité économique reprend des couleurs

En Nouvelle-Aquitaine, comme en France, l’activité économique est très impactée par l’entrée en vigueur, mi-mars, du confinement. Au cours du 1er trimestre, 40 000 emplois sont perdus en NouvelleAquitaine, en majorité dans l’intérim. Le nombre de demandeurs d’emploi progresse fortement entre mars et mai (+ 5,9 %). Fin avril, près d’un salarié sur trois est en activité partielle, congé maladie ou garde d’enfants. Suite au déconfinement, les dépenses par carte bancaire et la consommation d’électricité repartent à la hausse, retrouvant des niveaux proches de la situation antérieure. L’activité économique reprend progressivement, mais de manière différée pour l’hébergement et la restauration.


Source et Crédit Rédactionnel Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine n° 22 – Juillet 2020

Articles similaires

Qualité de vie des enfants en Nouvelle-Aquitaine, reflet des... En Nouvelle-Aquitaine, 1,3 million d’habitants, soit un sur cinq, a moins de 18 ans. Vivant dans leur extrême majorité en famille, ces enfants bénéficient collectivement d’une qualité de vie qui compo...
Revenus des ménages agricoles néo-aquitains : une affaire de... En Nouvelle-Aquitaine, 154 600 personnes vivent au sein de 53 600 ménages agricoles, c’est-à-dire comprenant au moins un agriculteur. Composés de 7 600 personnes seules, 3 400 familles monoparentales ...
Bordeaux : métropole européenne parmi les grands pôles régio... Au sein de l’espace européen, Bordeaux se classe parmi les « pôles régionaux supérieurs » par sa taille et son influence avant tout régionale. Les emplois publics y sont surreprésentés, illustrant l’a...
Nouvelle-Aquitaine : une économie régionale convalescente Observé dans les quinze derniers jours du premier trimestre, l’impact économique de la crise sanitaire se traduit par la chute brutale de l’activité due au confinement. Sous l'effet de la crise économ...
Nouvelle-Aquitaine : les enjeux de la restauration scolaire La restauration scolaire revêt des enjeux importants quel que soit l’âge du public : un enjeu de santé pour des enfants et adolescents, par l’accent mis sur la fourniture de repas équilibrés jour aprè...