2018, une année décisive pour le Sport Business en France

  • Catégorie : Sud-Ouest - Nouvelle-Aquitaine

Alors que l'année 2018 tire le rideau de fin, il est l’heure de faire le bilan et revenir sur les événements qui auront fait de 2018, une année à part pour les acteurs du Sport en France. Revenons ensemble sur 6 temps forts qui impacteront à coup sûr le développement du sport tricolore durant les prochaines années.

Février 2018 : Jeux Olympiques d’Hiver, record égalé pour la délégation française

L’année débute sur les chapeaux de roues avec un record historique de médailles pour les Bleus de PyeongChang (Corée du Sud). Avec 15 médailles remportées, la délégation française égale sa performance signée à Sotchi quatre ans plus tôt. Un beau résultat malgré l’objectif ambitieux d’atteindre les 20 médailles. L’Équipe de France pourra quand même se réjouir d’avoir ramené 5 médailles d’Or, une première alors que la délégation plafonne généralement à 4 dans ses meilleures campagnes.Février 2018 : Jeux Olympiques d’Hiver, record égalé pour la délégation française Au cœur de ces Olympiades, un homme Martin Fourcade qui remporte trois médailles d’Or dont une collectivement. Une femme également, la skieuse Perrine Laffont première athlète française à décrocher l’Or en 2018. Du haut de ses 19 ans, la jeune Pyrénéenne apportera un coup de projecteur énorme à sa discipline et à sa région et restera comme l’une des succes stories qui permettent aux JO d’Hiver de trouver plus d’écho aux yeux du grand public. Au total, ce sont près de 41,5 M de Français qui auront suivi la quinzaine Olympique sur les antennes de France Télévisions avec un succès glané auprès des jeunes avec 57% des 4-14 ans, 43% des 15-24 ans et même 62% des 25-34 ans. Des chiffres satisfaisants quand on tient compte du décalage horaire défavorable de 8 heures. Sur le numérique, France Télévisions annoncera avoir reçu près de 15 M de visites sur son site et ses applications et près de 64 M de vidéos visionnées sur les réseaux sociaux. Des résultats sportifs et un engouement qui devraient encourager les parties prenantes des sports d’hiver à poursuivre leurs efforts en vue des Jeux Olympiques de Pékin en 2022.

Mai 2018 : La Ligue 1 s’arrache au milliard

Dévoilée au mois de mai par la Ligue de Football Professionnel, la répartition des droits télévisuels du championnat de France la période 2020-2024 fût pleine de surprises. Alors que l’agence espagnole MediaPro fait une entrée fracassante en récupérant trois lots pour environ 780 M€ par an, Canal+ diffuseur historique du football français s’est retrouvé hors-jeu. Une page qui se tourne pour le groupe audiovisuel français qui ne diffusera aucun match à partir de 2020. En ajoutant les lots attribués à BeIN Sports et à Free, la LFP s’est assurée de recevoir une enveloppe de 1,153 Milliards d’euros par an à partir de 2020. Un succès commercial qui confirme la bonne santé du football français et qui permettra aux clubs de poursuivre leur structuration pour les prochaines années.

Juillet 2018 : La France sur le toit du monde grâce au football

Juillet 2018 : La France sur le toit du monde grâce au football

Tous les quatre ans, la Coupe du Monde de la FIFA resurgit et se fait une place dans les foyers, commerces, bars, bureaux, écoles, rappelant à tout le monde que le ballon rond est bien LE sport numéro 1 en France et sur la planète. C’est bien simple, aucun autre divertissement n’impacte le monde comme la Coupe du Monde. Rien qu’en France, 63% de la couverture médiatique du 14 juin au 15 juillet a été dédiée au Mondial selon Kantar. Omnicom estime de son côté que 36,5M de Français ont assisté la finale en fan zone ou devant leur téléviseur. Au total, la Coupe du Monde a généré plus de 71 M de mentions sur le web et les réseaux sociaux. Si les analystes ont démontré que cette deuxième étoile n’aura que très peu d’impacts directs sur l’économie française, cette victoire est pourtant celle des nombres d’acteurs engagés dans la discipline. Sur un marché où le football tient une place si importante, cette visibilité est forcément de bon augure pour les instances qui ont participé de près ou de loin à cette réussite. Partenaires officiels, marques, agences de marketing sportif, médias, commerces tous auront vibré au rythme des Bleus durant ce fameux été 2018.

Septembre 2018 : Pas de gilets jaunes mais le sport français broie du noir

A l’image des révoltes qui grondent actuellement dans le pays, l’année 2018 a été marquée par la consternation des acteurs du sport français à la suite des annonces de coupe budgétaire du gouvernement au mois de septembre. Un épisode qui a permis paradoxalement d’observer une certaine communion au sein des organisations sportives réunies sous une seule et même voix à travers le hashtag #LeSportCompte. Bénévoles, cadres, entraîneurs, sportifs, fédérations, tous ont rejoint le mouvement afin de faire entendre les revendications d’un secteur en mal de reconnaissance alors que Paris 2024 est dans toutes les têtes. Au cœur de ce ras-le-bol, de nombreux clubs ont alors décidé de ne jouer aucune rencontre le temps d’un ou plusieurs weekends pour se faire entendre. Arrivée pour remplacer Laura Flessel à la tête du Ministère des Sports, Roxana Maracineanu limitera la casse sans empêcher une baisse globale du budget 2019 mais en obtenant des garanties du gouvernement pour le sport de haut niveau et la protection de l’emploi de près de 1.600 conseillers techniques et sportifs (CTS). Un épisode qui aura au moins permis au monde du sport de se rassembler et d’apprécier une communion rarement observée. De même, souhaitons que cette menace du gouvernement ait permis à toutes les instances de prendre encore plus conscience de la nécessité pour le sport, qu’il soit de haut-niveau ou amateur, de se structurer pour générer des leviers de financement qui dépassent le cadre des subventions publics.

Septembre-Octobre 2018 : Ryder Cup, une première significative pour la France

Avec de nombreux événements sportifs organisés sur le sol français durant les prochaines années, les instances tricolores ont à cœur de montrer leur savoir-faire au reste du monde. Cette première de la Ryder Cup en Hexagone était le parfait événement pour valoriser la polyvalence de nos organisations toujours en vue des échéances de 2024. Même si les recettes économiques ne remplissent pas les caisses françaises (la majorité des recettes reviennent à la Ryder Cup Europe), cette 42eédition et la participation de Tiger Woods sur les greens de Saint-Quentin-en-Yvelines auront donné un véritable coup de projecteur à la discipline. Il s’agit là de tout l’enjeu pour la Fédération Française de Golf pleinement satisfaite des retombées médiatiques qui ont permis de montrer le vrai visage de ce sport au grand public et aux partenaires privés. Plus de 2,2 M de téléspectateurs ont pu suivre la compétition sur Canal+ malgré l’absence d’un diffuseur public, de plus près de 280 000 personnes dont 40 % de français ont pu assister en direct à l’événement au Golf National. Des chiffres qui vont permettre à la FFGolf de se projeter à l’avenir pour accueillir d’autres événements internationaux mais également pour poursuivre son opération séduction en France avec de nombreuses animations et permettre à chacun de découvrir le golf.

Septembre-Octobre 2018 : Ryder Cup, une première significative pour la France

2018 : l’eSports confirme son attractivité

Il serait préjudiciable de dire que 2018 fût l’année de l’eSports en France tant la discipline est promises à de belles périodes à l’avenir mais force est de constater que de nombreux acteurs du Sport Business ont rejoint la dynamique. En 2018, la FDJ a créé sa plateforme dédiée à l’eSports, la ville de Paris a lancé un incubateur spécialisé dans les compétitions électroniques, la Team Vitality a signé un partenariat historique avec l’INSEP, l’eSports s’est invité pour la première fois à Roland Garros avec BNP Paribas et la FFF a enfin lancé son équipe eSports. Avec autant d’engagements de la part des acteurs incontournables du Sport tricolore, l’eSports confirme ainsi son attractivité aux yeux des marques. Adidas, EDF, SNCF, Coca-Cola, Orange, KFC, la plupart des sponsors traditionnels du paysage sportifs français ont désormais un pied voir les deux dans l’eSports. En septembre 2018, l’association regroupant les acteurs majeurs de l’eSports en France, a indiqué que le pays rassemblait plus de 5 M de consommateurs d’eSports dont 2 M de pratiquants. Parmi ces derniers, 51% ont entre 14 et 34 ans.

2018 : l’eSports confirme son attractivité


Tribune Rédactionnelle Michael Tapiro Michael Tapiro, Directeur de Sport Management School, une école dédiée aux métiers du sports business
Source blackboard relation presse sportive

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, AquitaineOnLine.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.


 

Articles similaires

Art équestre : nuit ibérique à Bordeaux L’École royale andalouse d’art équestre de Jerez, l’École portugaise d’art équestre de Lisbonne, le Cadre Noir de Saumur et les Hasta Luego, on ne peut rêver plus belle affiche pour célébrer le cheval...
"Les foulées littéraires" : le salon des littératures sporti... "Les foulées littéraires", un grand rendez-vous organisé à Lormont, autour des littératures sportives.  En collaboration avec les libraires de la région bordelaise, les organisateurs et exposants...
Nouvelle-Aquitaine : un guide pratique au service du dirigea... Chaque année depuis 20 ans, l'association Aquitaine Sport Pour Tous, publie "e guide pratique du dirigeant sportif Nouvelle-Aquitaine". Cet ouvrage de 224 pages regroupe toutes les informations pratiq...
Bordeaux : Salon Vivons 100% Sport, le salon des sports aqui... Le sport fait son show en novembre au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac. Le Salon Vivons 100% Sport, plus grand rassemblement du sport en Nouvelle-Aquitaine, couvre toutes les dimensions du sport. ...
Sport sur Ordonnance solidaire dans la Métropole Cinq associations sportives de la Métropole s’allient pour proposer aux personnes atteintes de pathologies chroniques avec un tarif solidaire de 100€ / an du sport sur ordonnance. Entre 2015 et 2017, ...