Nouvelle Aquitaine : lutte contre le gaspillage alimentaire dans les lycées

  • Catégorie : Sud-Ouest - Nouvelle-Aquitaine
Lutte contre le gaspillage alimentaire :  un plan d'actions global avec les lycées
Lutte contre le gaspillage alimentaire : un plan d'actions global avec les lycées

La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d'accompagner les lycées à trouver des mesures concrètes de lutte contre le gaspillage alimentaire, en mettant en œuvre une "restauration collective durable" à travers les circuits locaux d'approvisionnement, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le tri en vue de la valorisation des déchets alimentaires.

Elle propose notamment aux établissements un accompagnement des volontaires en Service civique (VSC) dans les établissements, des formations pour les équipes de restauration, la mobilisation de partenaires (associations, syndicats mixtes...), des rencontres et différents outils...

L'objectif régional fixé est une diminution du gaspillage alimentaire issu de la restauration collective des lycées de 20% la première année et de 30% en trois ans. A ce titre, ont été initiés 15 groupes de travail sur 15 zones géographiques de Nouvelle-Aquitaine, regroupant en tout 92 lycées.

Nouvelle Aquitaine : lutte contre le gaspillage alimentaire dans les lycées

Des objectifs clairs et des échanges de pratiques et d'expériences

15 groupes de travail sur 15 zones géographiques de Nouvelle-Aquitaine, regroupant en tout 92 lycées ont été initiés à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ces « groupes territoriaux » constituent la première vague, année scolaire 2017-2018 d'appui régional. D'autres groupes seront constitués les années suivantes afin de couvrir l'ensemble des lycées et des territoires.

Ces 15 groupes ont été réunis une première fois en mars-avril 2017 pour leur présenter le cadre et les objectifs régionaux et échanger sur leurs pratiques et expériences.

Conformément à la communication faite en séance plénière du 19 décembre 2016, l'objectif régional fixé est une diminution du gaspillage alimentaire issu de la restauration collective des lycées de 20% la première année et de 30% en trois ans. Pour cela, il est proposé aux lycées au sein des groupes territoriaux de mener des actions dans la continuité de ce qui a déjà été engagé par la plupart des EPLE et dans une approche globale incluant la qualité et la proximité des approvisionnements et la valorisation des déchets, notamment :

  • en faisant sortir la lutte contre le gaspillage des cuisines et en faisant un projet partagé (comme intégrer le gaspillage dans le projet pédagogique de l'établissement, inciter les élèves à s'engager en s'appuyant sur les Comités de Vie Lycéenne (CVL)...),
  • en assurant un suivi (fiche de suivi, réalisation d'au moins trois pesées de déchets alimentaires par an).

La Région propose un accompagnement :

  • des volontaires en Service civique (VSC) dans les établissements,
  • des formations pour les équipes de restauration,
  • la mobilisation de partenaires (associations, syndicats mixtes, ...),
  • des rencontres et différents outils.

A cette fin, peuvent être mobilisés dans un premier temps :

  • des financements en provenance de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), en contrepartie d'actions financées par la Région,
  • le partenariat des collectivités et organismes en charge de la réduction et de la valorisation des déchets,
  • un outil de mobilisation des lycées sous forme de charte d'engagement dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.
lutte gaspillage alimentaire - © Jean-Pierre Bost - Région Nouvelle-Aquitaine lutte gaspillage alimentaire - © Jean-Pierre Bost - Région Nouvelle-Aquitaine
© Jean-Pierre Bost - Région Nouvelle-Aquitaine

Un plan d'action accompagné financièrement par l'ADEME

L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) serait en mesure d'accompagner à hauteur de 100.100 € ce plan d'action auprès des lycées avec les objectifs de réduction prévus, sur une période totale de 18 mois à compter de la réception du dossier complet de demande d'aide financière.

Les dépenses éligibles sont les suivantes :

  • dépenses de sensibilisation des convives,
  • dépenses de sensibilisation des professionnels,
  • formation des professionnels,
  • accompagnement du projet (dépenses de sous-traitance) : diagnostics, coordination,
  • supports de communication/sensibilisation,
  • investissements éventuels,

Le plan de financement prévisionnel comprend :

  • des actions mises en œuvre par différents services, actions ayant fait l'objet de délibérations ou de projets de délibérations de la Commission Permanente, pour un total de 116.100 € ;
  • des actions à financer au titre de l'éducation pour un total de 100 100 € ; les interventions feront l'objet de délibérations de la Commission Permanente au fur et à mesure de la mise en place des actions. Soit un total de 216 200 €.

Les lycées seront également formés à la réduction et à la valorisation des déchets

A partir de 10 tonnes de bio-déchets produits par an, un établissement est réputé « gros producteur » et soumis à l'obligation d'en assurer le tri à la source en vue de leur valorisation. C'est le cas de la plupart des lycées de Nouvelle-Aquitaine.

Des contacts pour un partenariat ont donc été établis avec les organismes de collecte et de valorisation des déchets susceptibles :

  • d'établir des diagnostics « déchets » ;
  • de rechercher les meilleures solutions de réduction, de tri et de valorisation des bio-déchets pour chaque établissement ;
  • d'aider les établissements à s'organiser pour les mettre en œuvre ;
  • de sensibiliser et former les convives et personnels concernés.

Des conventions ont déjà été signées avec certains organismes ou collectivités pour préciser les modalités de partenariat (sans incidence financière). Il paraît intéressant d'étendre cette pratique à l'ensemble de la Région.

Charte d'engagement des lycées dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Une charte d'engagement, à adapter à chaque lycée et à son projet, poserait les principes suivants : « la restauration scolaire est un levier important d'éducation tant dans ses aspects alimentaires, sociaux, culturels, économiques et de santé publique que du point de vue du rapport à l'alimentation des adolescents et de l'hédonisme alimentaire ». Les valeurs de la restauration scolaire seraient rappelées : qualité nutritionnelle, écologique, territoriale, pédagogique et citoyenne. Les engagements de l'établissement sur différentes thématiques seraient également mis en avant tels qu'inscrire la restauration scolaire dans le projet d'établissement ou améliorer la qualité de l'offre alimentaire.

Le modèle de cette charte est à préciser par un travail avec les lycéens des trois Conseils Académiques de Vie Lycéenne investis sur le sujet.

La signature d'une charte par l'ensemble des lycées engagés dans les groupes territoriaux de lutte contre le gaspillage alimentaire aurait pour but de mobiliser plus globalement et durablement les communautés éducatives sur cette thématique.

Les 92 établissements mobilisés pour l'élaboration de cette charte

La première vague de lycées comprend 92 lycées (dont 17 lycées agricoles) répartis sur 15 bassins. Etant bien entendu, qu'un certain nombre de lycées qui ne sont pas dans ces bassins continuent leurs actions de lutte contre le gaspillage.

Bassin Brive Tulle > 8 lycées

  • Lycée agricole Pisani, Lycée Lavoisier, Lycée Cabanis, Lycée Danton, Lycée d'Arsonval, Lycée Perrier, Lycée agricole Bassaler, Lycée Cassin.

Bassin Creuse > 8 lycées

  • Loewy à La Souterraine (Cité mixte), Lycée Roussillat à Saint-Vaury, Lycée Favard (Guéret), Lycée Bourdan (Guéret), Lycée Gay à Bourganeuf, Lycée Jamot-Jaurès à Aubusson (Cité mixte), Lycée EMB à Felletin, EPLEFPA d'Ahun.

Bassin Arédien > 2 lycées

  • Cité mixte Jean-Baptiste Darnet et EPLEFPA de Saint-Yrieix-la-Perche.

Bassin Angoulême > 14 établissements

  • Cité scolaire Valois Rostand, Lycée Jean Albert Grégoire, Lycée Charles Augustin Coulomb, EREA les Chirons, Lycée Guez de Balzac, Lycée LISA, Lycée agricole Félix Gaillard, Lycée Emile Roux, Lycée Elie Vinet, Lycée du Bâtiment, Lycée Pierre-André Chabannes, Lycée technique agricole l'Oiselerie, Lycée Jean Monnet.

Bassin Melle > 6 lycées

  • Lycée Joseph Desfontaines, Lycée agricole Jacques Bujaux, Lycée agricole Xavier Bernard, Lycée Jean-François Cail, Lycée André Theuriet, Lycée Les Terres Rouges.

Bassin Bressuire > 7 lycées

  • Lycée Maurice Genevoix, Lycée Léonard de Vinci, Lycée Jean Moulin, Lycée agricole Les Sicaudières, Lycée Ernest Perrochon, Lycée Les Gripeaux, EREA Françoise Dolto.

Bassin Montmorillon > 3 lycées

  • Lycée Jean Moulin, Lycée agricole Jean-Marie Bouloux, Lycée Raoul Mortier.

Bassin Niort > 6 lycées

  • La Venise Verte, Paul Guérin, Thomas Jean Main, Jean Macé, lycée agricole Gaston Chaissac, Haut Val de Sèvre.

Bassin La Rochelle / Rochefort > 10 lycées

  • Lycée Jean Dautet, Lycée Hôtelier Parc de la Francophonie, Lycée Rompsay, Lycée Léonce Vieljeux LGT + LP, Lycée René Josué Valin, Lycée St Exupéry, Lycée d'Enseignement Maritime et Aquacole
  • Et Rochefort : Lycée Merleau Ponty, Lycée Jamain,  Lycée Marcel Dassault

Bassin Saintes > 5 lycées

  • LPA Petit Chadignac, Bernard Palissy, Bellevue, Les Théodore Monod, LGTA Georges Desclaudes.

Bassin Langon > 6 lycées

  • Lycée Jean Moulin, Lycée des métiers Sud Gironde, Lycée La Tour Blanche (agricole), Lycée agricole de Bazas, Lycée Anatole de Monzie (LP et LGT).

Bassin de Dax > 3 lycées

  • Lycée de Borda, Lycée agricole Hector Serres, Lycée Haroun Tazieff.

Bassin Bergerac > 4 lycées

  • Lycée Maine de Biran, Lycée Hélène Duc, Lycée Jean Capelle, Domaine de la Brie (agricole).

Bassin Villeneuve sur Lot > 4 lycées

  • EREA MC Leriche, Lycée Georges Leygues, Lycée Louis Couffignal, Lycée agricole Sainte Livrade.

Bassin Pau > 6 lycées

  • Lycée agricole Pau Montardon, Lycée St-Cricq, Lycée Honoré Baradat, Lycée Louis Barthou, Lycée St-John Perse, Lycée de Gelos.

Articles similaires

Bordeaux : vers une meilleure alimentation et moins de gaspi... Le « bien manger » est devenu une préoccupation quotidienne, véritable enjeu de santé publique. Dans ses quartiers, les restaurants scolaires de ses 105 écoles, autour du MIN Marché d’intérê...
MIN Bordeaux Brienne : visite au coeur du marché de gros de ... Le marché du MIN Bordeaux Brienne constitue un maillon indispensable entre la production, le commerce de détail et toutes les formes de la restauration de la région. Lieux de négoce de gros, créés en ...
Bordelais et commerçants sauvent 25 000 repas Commerçants et citoyens bordelais forment une communauté anti-gaspi engagée et efficace ! Depuis son lancement à Bordeaux en octobre 2016, Too Good To Go met en relation les commerçants de q...
Too Good To Go : 10 000 repas sauvés à Bordeaux Lancée en France en juin 2016, Too Good To Go, l'application qui lutte contre le gaspillage alimentaire, a été adoptée dès son arrivée par les bordelais. Ces derniers commandent et récupèrent à p...
Nouvelle identité visuelle des Produits de Nouvelle-Aquitain... L’Agence de l’Alimentation Nouvelle-Aquitaine (AANA) dévoile la nouvelle identité visuelle des produits régionaux de Nouvelle-Aquitaine, au travers d’une campagne qui starifie le produit, valorise la ...