Le projet des Chambres de l'extrême du CHU de Bordeaux

  • Catégorie : Sud-Ouest - Nouvelle-Aquitaine
Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux : projet de Chambres de l’extrême pour laisser entrer la vie
Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux : projet de Chambres de l’extrême pour laisser entrer la vie

L’hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux, centre officiel de greffe de cellules souches hématopoïétiques de l’enfant pour la nouvelle Grande Région du Sud-Ouest et pour Midi-Pyrénées (25 greffes par an), abrite plusieurs spécialités pédiatriques dont ....

.... l’unité d’onco­hématologie pédiatrique. Cette unité accueille chaque année une centaine de nouveaux patients dans deux secteurs : le secteur conventionnel composé de 16 lits et le secteur protégé comprenant 5 lits.

Un secteur protégé : pour quels enfants ?

Le secteur protégé de l’Unité d’onco-hématologie pédiatrique du CHU de Bordeaux a pour mission d’accueillir les enfants en situation de greffe de cellules souches hématopoïétiques ou d’aplasies médullaires sévères (notamment traitement d’attaque des leucémies aiguës myéloblastiques, rechutes de leucémies aiguës lymphoblastiques). Ce secteur, situé au dernier étage de l’Hôpital des Enfants (l’air stérile y est puisé et filtré au niveau du toit du bâtiment), doit permettre de protéger le plus possible ces enfants sévèrement neutropéniques et sévèrement immunodéprimés (lymphopénie).

Il s’agit d’une protection vis-à-vis des germes exogènes, apportés par les contacts humains, le matériel, l’eau, l’air.

Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux : projet de Chambres de l’extrême pour laisser entrer la vie

Un besoin urgent de rénovation et d’humanisation

L’hôpital des Enfants a ouvert ses portes il y a 25 ans. Le secteur conventionnel a bénéficié d’une restauration en 2014, ce qui n’est pas le cas du secteur protégé. Les enfants hospitalisés en secteurs protégés y vivent une expérience d’isolement, parfois de solitude, la présence de leurs parents étant restreinte et les conditions de séjour difficiles, auxquelles s’ajoutent les douleurs liées à la maladie et aux traitements.

« L’hôpital prend à cœur de rompre l’isolement de l’enfant et de lui proposer l’environnement le plus rassurant et le plus intimiste possible avec le souhait de «laisser entrer la vie» Pr Yves PEREL, chef du pôle de pédiatrie, Praticien hospitalier au sein de l’unité d’hématologie pédiatrique

Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux : projet de Chambres de l’extrême pour laisser entrer la vieConçu en 1990, bâti en 1992, ce secteur se compose de 5 chambres (dont 2 ne disposent pas de cabinet de toilette ni WC) aux surfaces très réduites (de l’ordre de 8-9 m2), avec :

  • des inconvénients de sécurité (mesures de réanimation)
  • l’impossibilité d’accueillir les parents pour la nuit
  • une difficulté pour les enseignants, éducateurs, bénévoles... d’accéder aux chambres

Ce secteur ne correspond plus au minimum attendu d’accompagnement parental, confort, intimité, éclairage, qualité de vie au quotidien. La durée moyenne de séjour des enfants, rigoureusement confinés dans leur chambre, est de 22 jours.

Témoignages de patients

  • « La séparation est difficile, on sait que notre fils est en sécurité mais une maman est censée être avec son bébé » Mère de Benjamin
  • « J’ai encore du mal à repasser devant cette chambre ; ça été dur, on peut dire que j’en ai bavé ! Ce qui m’a aidé à tenir le coup, c’est la présence de tous ceux qui me parlaient d’autre chose : de sport, de sorties entre potes et même du lycée ! La vie quoi, l’avenir ! Et vous savez où ça m’a menée ? Où je suis inscrite ? Allez, devinez... oui, l’école d’infirmières ! » Agathe
  • « J'aurais vraiment besoin d’une bonne douche pour me relaxer et bien me laver mais il n’y a pas de salle de bain » Julien

Objectifs du projet de restructuration

  • AMELIORER la qualité d’accueil, de l’offre de contact et d’animation adaptée aussi bien à des bébés qu’à des grands adolescents.
  • DONNER la possibilité aux parents de passer la nuit dans la chambre de leur enfant.
  • ÉQUIPER chaque chambre d’une salle de bain individualisée pour les plus petits comme pour les adolescents.
  • GARANTIR un haut niveau de protection antimicrobienne pour ces enfants dépourvus de défenses immunitaires.

Autant d’éléments qui permettent d’inscrire les enfants et leurs familles dans une démarche positive pour surpasser ce moment difficile.

Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux : projet de Chambres de l’extrême pour laisser entrer la vie

Demain le secteur protégé ce sera...

  • 6 chambres d’environ 20 m2 par chambre
  • 6 cabinets de toilette individualisés bénéficiant du même traitement d’air o un bureau médical et un bureau infirmier,
  • une kitchenette de remise en température des repas
  • une pharmacie spécifique
  • 2 sas d’entrée, respectivement consacrés aux personnes et au matériel
  • une salle de sport et une salle de détente, accessibles autant aux patients du secteur protégé que du secteur conventionnel

Durée estimée des travaux (dès que la somme nécessaire sera réunie) : 7 mois

A la conquête de la vie !

Le titre du projet, « chambres de l’extrême », fait référence à la durée d‘hospitalisation habituellement prolongée, à la fatigue parfois extrême des enfants, au risque vital élevé. Les idées qui traversent les esprits questionnent le sens, la condition humaine, l’incertitude, l’espoir.Ce lieu est celui de la conquête, du défi, de la modernité, de l’énergie...

Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux : projet de Chambres de l’extrême pour laisser entrer la vieSon aspect peut emprunter :

  • à la préparation physique, à la conquête spatiale, à l’aventure, aux sports de l’extrême :mais aussi à l’entre-aide, au collectif, au besoin d’être ensemble, au « ressourcement », au retour sur soi, au cocon, au repos, à l’invitation au voyage, au rêve, à l’imaginaire, à la sérénité, l’affection, la chaleur humaine

 L’esprit qui prévaut, et qui s’ajustera aux impératifs techniques et d’ergonomie, incite ainsi à traiter spécifiquement :

  • la structure :
    • des courbes, des ondulations, de la rondeur, des fenêtres rondes
    • des espaces communs « ouverts »
  • la lumière :directe autant que possible particulièrement dans les chambres
    • les matériaux : nobles, solides (sensation de fiabilité) : aspect-bois, aluminium, verre sérigraphié
  • la décoration :
    • apaisante, favorisant le rêve, une forme de tranquillité de stabilité
    • sur fond clair, du gris-argent, du bleu, du vert, des touches de jaune ou d’ocre, voire de rouge
    • thèmes intemporels : nature, voyage

« Nous avons souhaité apporter notre expertise à ce projet important qu’est le secteur protégé des enfants du CHU de Bordeaux en redéfinissant l’organisation fonctionnelle du service, en retravaillant les espaces, en apportant un maximum de lumière naturelle et en faisant le choix de matériaux colorés apportant un sentiment de bien-être tant pour les patients que pour le personnel. L’architecture contribue au bien-être. » Charlotte Pijcke et Jose Olague – CPI architecture


 

Articles similaires

Dons d'ovocytes et de spermatozoïdes : le point en Nouvelle ... Plus de 3000 couples concernés par une infertilité médicale s’inscrivent chaque année pour bénéficier d’un don d’ovocytes ou de spermatozoïdes1. Si le nombre de dons ne permet pas encore de répondre a...
CHU : on est bien soigné à Bordeaux Le journal Le Point du 23 août 2018 place le CHU de Bordeaux en 2ème position parmi les 50 meilleurs hôpitaux publics de France sur 582 hôpitaux sollicités. Cette deuxième placemet en évidence la dyna...
Maladies rares : au-delà du regard des autres au CHU de Bord... En 2018, pour la première fois en France, la Filière Nationale de Santé AnDDI-Rares va s’adosser à une tournée théâtre-débat intitulée «Ecoute donc voir…» sur le thème du regard des autres…, avec le s...
CHU de Bordeaux : regards croisés aéronautique et santé Le CHU de Bordeaux a pris l’initiative d’organiser un colloque sur "psychologie de la décision et management des risques", en croisant les expériences du monde de la santé et du monde aérona...
1000ème greffe de foie au CHU de Bordeaux Les équipes du service de chirurgie hépatobiliaire et transplantation hépatique du CHU de Bordeaux ont réalisé, sous la responsabilité du Professeur Laurence Chiche, la 1000ème greffe de foie en 2017....