Envol de 16 jeunes gypaètes barbus dans les Pyrénées

  • Catégorie : Nature et Environnement
16 jeunes gypaètes barbus envolés cet été dans les Pyrénées françaises
16 jeunes gypaètes barbus envolés cet été dans les Pyrénées françaises

Cette année, après deux années très médiocres, 16 jeunes gypaètes barbus se sont envolés sur le versant nord des Pyrénées, une bonne nouvelle pour cette espèce menacée. Un bon résultat qui ne doit toutefois pas masquer une grande fragilité de cette espèce !

Après deux mauvaises années en 2015 et en 2016, où seuls 9 et 11 jeunes gypaètes avaient réussi à prendre leur envol, l’année 2017 se révèle être une bonne année pour la reproduction de cette espèce dans les Pyrénées françaises : 16 jeunes se sont envolés cet été !

Les résultats de reproduction 2017 de cette espèce dans les Pyrénées françaises restent modestes malgré tout (0,4 jeune par couple seulement, contre 0,6 dans les Alpes), mais bien meilleurs que ceux de ces 10 dernières années. Espèce extrêmement sensible aux dérangements, la fréquentation accrue des espaces montagnards (survols motorisés, travaux, activités de loisirs…) affecte sa reproduction. Un succès de nidification ne peut être obtenu qu’au prix de la coopération de très nombreux gestionnaires et usagers.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les résultats de reproduction sont nettement meilleurs dans les espaces protégés (Parc national des Pyrénées notamment) et sur les territoires où des conventions de protection ont été établies.

Bénéficiaire d’un Plan national d’actions piloté par la DREAL Nouvelle-Aquitaine (délégation régionale du Ministère de l’environnement) et coordonné à l’échelle du massif par la LPO (Ligue pour le Protection des Oiseaux), le gypaète barbu reste l’un des rapaces parmi les plus menacés d’Europe. 44 couples sont présents sur le versant français des Pyrénées (11 dans les Pyrénées-Atlantiques, 13 dans les Hautes-Pyrénées, 3 en Haute-Garonne, 9 en Ariège, 2 dans l’Aude et 6 dans les Pyrénées-Orientales) soit 22% de l’effectif total du massif.

Envol de 16 jeunes gypaètes barbus dans les Pyrénées

Aussi réduite soit-elle, la population nord-pyrénéenne est la plus importante en France en termes d’effectifs. Dans les Alpes, 14 couples sont recensés côté français grâce à 30 années d’efforts de réintroduction menés sur l’ensemble de l’Arc Alpin, et renforcent les probabilités d’avenir de cette espèce.

En Corse, de 10 couples en 2010, il ne reste que 4 couples qui ne se produisent plus depuis plusieurs années et un renforcement de population est mis en oeuvre actuellement, dernier espoir de ne pas voir s’éteindre cette population insulaire pourtant présente depuis des millénaires. Enfin, un programme de réintroduction est en cours dans le sud du massif central et dans les Préalpes du Vercors et des Baronnies afin de favoriser les échanges génétiques entre la population autochtone des Pyrénées et celle des Alpes.

La protection du gypaète est donc un enjeu majeur qui concerne la moitié du pays. Même si la météo clémente de ce printemps a favorisé la survie des poussins, l’effort de protection mené dans les Pyrénées par la DREAL Nouvelle Aquitaine, le Parc National des Pyrénées, la LPO et tous ses partenaires ces dernières années a été renforcé et récompensé par ces bons résultats. Les 350 observateurs du réseau Casseur d’os animé par la LPO et qui assurent le suivi de reproduction du gypaète barbu dans les Pyrénées se réjouissent de ce beau résultat mais restent vigilants !

Envol de 16 jeunes gypaètes barbus dans les Pyrénées

Partenaires du réseau Casseur d’os

Association des naturalistes ariégeois, Association des pâtres de haute montagne, Cerca Nature, Fédération des réserves naturelles catalanes, Fédération départementale des chasseurs de la Haute- Garonne, Groupe ornithologique des Pyrénées et de l’Adour, Groupe ornithologique du Roussillon, Ligue pour la Protection des Oiseaux, Nature Midi-Pyrénées, Nature Comminges, Office national de la chasse et de la faune sauvage, Office national des forêts, Parc national des Pyrénées, Réserves naturelles régionales du Pibeste-Aoulhet, d’Aulon et de Nyer, Saiak.


 

Articles similaires

LPO Aquitaine : des sorties nature inédites au Lac de la Pra... La réserve ornithologique protégée du lac de La Prade, à 5 km de Bazas, abrite une flore et une faune exceptionnelles. Enchassée au milieu de collines, l'immense retenue d'eau offre à l'amateur une zo...
Un Phoque annelé bien loin de chez lui Le samedi 24 mars, un naturaliste a contacté le Centre de soins LPO Aquitaine pour signaler un jeune Phoque échoué sur une plage du Domaine de Certes, à Audenge. Suite à l'envoi d'une p...
Les chauves-souris : une alternative aux pesticides dans les... Fort de ses 112.0000 hectares de vignes, le vignoble bordelais est engagé depuis plus de 20 ans dans la préservation de l’environnement, de la biodiversité et dans la réduction des intrants phytosanit...
Pointe de Grave : le suivi de la migration prénuptiale vient... À l'approche du printemps, les oiseaux migrateurs ont entrepris leur grand voyage printanier afin de regagner leurs quartiers de nidification nordiques. Pendant trois mois, chaque jour et par tous les...
Les Pyrénées, une terre d’accueil pour les Milans royaux ?..... Deux chiffres records pour le Milan royal cette année dans les Pyrénées. 7550, c’est le nombre de Milans royaux enregistré lors du comptage européen de janvier. Près de 200 observateurs appartenant à ...