L'Oie Bernache hiverne sur le Bassin d'Arcachon

  • Catégorie : Nature et Environnement
Venues de Sibérie, chaque année elles sont plus de 50 000 à faire escale sur le Bassin avant de repartir vers des régions plus chaudes.
Venues de Sibérie, chaque année elles sont plus de 50 000 à faire escale sur le Bassin avant de repartir vers des régions plus chaudes.

La France accueille environ 60% de la population mondiale d'Oie Bernache en hivernage, lui conférant une responsabilité majeure pour la conservation de cette espèce. C’est le Bassin d’Arcachon qui, depuis 1996, regroupe la plus forte concentration d’individus de l’hexagone.

A ce titre ce territoire est devenu un site majeur de niveau international pour sa conservation. L’hivernage de la Bernache au cours de la dernière décennie concerne environ 50 000 individus chaque hiver, dispersés dans les eaux du bassin..

A peine plus grosse qu’un canard, La Bernache cravant (Branta bernicla) est une petite oie sombre et trapue particulièrement inféodée aux zones côtières. Elle niche dans l’Ouest de la Sibérie, sur la péninsule du Taymir, où ses colonies s’installent dans les parois et escarpements rocheux des côtes, du mois de mars à octobre et migre en Europe occidentale afin d’y trouver des conditions d’hivernage clémentes répondant au mieux à ses exigences. Se nourrissant en grande partie d’une plante aquatique : la Zostère naine (Zostera noltii) celle-ci déterminant souvent la présence de l’oiseau.

C’est ainsi que depuis maintenant près de trente ans la Bernache cravant a trouvé comme lieu de villégiature hivernale les immenses herbiers du Bassin d’Arcachon. Particulièrement grégaires, elles se nourrissent par milliers au sein du Bassin.L'Oie Bernache hiverne sur le Bassin d'Arcachon

Aussi les fluctuations de ses effectifs sont étroitement liées aux conditions d’hivernage mais aussi à la prédation sur les zones de nidification entraînant de fortes variations dans les effectifs des jeunes de l’année, d’une année sur l’autre.

Malgré une stabilité des effectifs hivernant en France on peut tout de même considérer cette espèce comme « sensible ».

Évolution des effectifs et répartition géographique en France

Lors du comptage international des oiseaux d’oiseau, le Wetlands, qui s’effectue chaque année en janvier, les bernaches cravants sont recensées sur l’ensemble du territoire français. On distingue une hiérarchie sur l’importance des sites d’accueils, et il apparaît que depuis le milieu des années 90, le Bassin d’Arcachon est devenu la zone d’hivernage la plus importante du pays, rassemblant plus de 50 000 oiseaux chaque hiver ce qui représente près d’un tiers de la population mondiale de la sous espèces bernache cravant à ventre sombre (Branta bernicla bernicla). Ce qui fait du Bassin d’Arcachon un site d’importance internationale selon les critères de la convention RAMSAR.

Savoir la reconnaître

oie bernache 2015c

Les bernaches cravants: mythes et légendes

Au moyen-âge, la Bernache cravant était considérée comme un oiseau fort mystérieux qui naissait, disait-on, des anatifes, crustacés accrochés à des morceaux de bois flottant sur la mer.oie bernache 2015b

Plus récemment, la Bernache cravant bénéficie d’une réputation dans le bassin d’Arcachon bien souvent injustifié… en effet, elle est notamment montrée du doigt dans la régression de l’herbier de zostère naine du bassin.

L’étude l’IFREMER ‘’Régression des herbiers de zostères dans le Bassin d’Arcachon : état des lieux et recherche des causes’’ (http://archimer.ifremer.fr/doc/00054/16507/14018.pdf) montre pourtant clairement son innocence.

Malgré cela, les Bernaches fascinent lorsque elles font retentir leurs clameurs dans le bassin et nombreux sont les habitants qui se pressent pour les observer sans pourtant les connaître vraiment.

Les Bernaches cravants: menaces…

  • Les bernaches font l’objet de nombreuses menaces susceptibles de déstabiliser la pérennité de son hivernage.
  • Le dérangement par les bateaux : plaisanciers et professionnels.
  • Le dérangement lié aux activités cynégétiques légales et illégales.
  • La concurrence spatiale sur l’estran avec la pratique de la pêche à pied.

Constat

  • Le bassin d’Arcachon est depuis quelques années devenu le 1er quartier d’hivernage de cette espèce sur la planète. Pas un seul site délimité ne concentre des effectifs aussi forts, même de manière temporaire.
  • Environ 25% de la population sibérienne (Branta bernicla bernicla) sont concentrés dans le bassin, le critère d’importance « internationale » est plus que dépassé, nous avons là un site d’importance « majeure » pour l’espèce.
  • Ce phénomène naturel recèle des potentialités de développement d’actions éducatives et touristiques durant une saison où le site n’est porteur d’aucune offre originale.

En savoir plus en consultant la brochure de découverte de l'Oie Bernache

Crédit Rédactionnel : LPO

Articles similaires

LPO : devenir bénévoles rapatrieurs d'animaux sauvages Le Centre de soins de la LPO Aquitaine, implanté à Audenge sur le Bassin d’Arcachon (33), soigne plus de 4 000 animaux sauvages en détresse chaque année. L’équipe de soins lance aujourd'hui un ap...
Une grande enquête sur les hirondelles à Mios (33) Les Hirondelles sont connues et aimées, mais les études scientifiques montrent que leur population en France régresse inexorablement. Elles jouent pourtant un rôle important dans l’écosystème en se no...
Des Refuges LPO pour tous à Pessac en Gironde Dans le cadre de l’Agenda des Solutions Durables, la Ville de Pessac a reconnu la préservation de la nature et la protection de la biodiversité comme l’un des 4 enjeux prioritaires de son plan d’actio...
Périgueux : le retour des pèlerins à la Cathédrale Saint-Fro... Il ne s’agit pas ici de pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle qui, bâton à la main sillonnent les petits sentiers du département, mais du retour en Dordogne de l’un des plus prestigieux oiseaux qui...
Observation au plus près des oiseaux de haute mer Les oiseaux sont présents sur presque toute la surface du globe, occupant les terres comme les océans. Ceux qui vivent en haute mer, loin au large des côtes sont dits "pélagiques". Ces espèces ont un ...