Dialogues entre Myriam Rueff, sculpteur et Patrick Nitaro, photographe

  • Catégorie : Les Gens d'Ici : Artisant - Créateur - Artistes - Portaits
La Gare de l'Art c'est une micro équipe de bénévoles soucieux de partager leur passion pour les arts et les arts plastiques en particulier
La Gare de l'Art c'est une micro équipe de bénévoles soucieux de partager leur passion pour les arts et les arts plastiques en particulier

Ils sont tous les deux nés en 1961, elle à Bordeaux, lui à Toulouse. Ils se rencontrent en 1980 à Toulouse où ils font leurs études.. La création artistique les "habite" et elle se dévoile progressivement pour l'un et l'autre dans les années 1990.. l'évidence de conjuguer leur travail se révèle en 2010..

Dans ses sculptures, Myriam Rueff assemble des matières. Bois, métal, terre, bronze expriment leurs forces, leurs liens, leurs oppositions. Des corps naissent hiératiques, poussés vers le haut. Ils racontent des mouvements, des instants figés, des bouts de vie, des émotions...

Patrick Nitaro fait des photos argentiques noir et blanc. Ce sont toujours des instantanés pour capter des moments insolites, décalés, parfois étonnants et drôles. L’univers est poétique et pose un regard sur les invisibles de la vie de tous les jours.

Dialogues entre Myriam Rueff, sculpteur et Patrick Nitaro, photographeLeurs expressions se répondent, correspondent, se font écho. Une complicité se crée entre leurs deux mondes. Ils seront sur le quai de la Gare de l'Art de St Paul en Born du 03 au 14 novembre.

Myriam dit: « Par la sculpture, je cherche à assembler des matières pour rendre visibles leurs traces, leurs textures..... Des corps naissent hiératiques, poussés vers le haut. Ils racontent des mouvements, des instants figés, des bouts de vie, des émotions..»

Patrick dit: « Mon regard se pose sur des situations, des objets, des personnages où je retrouve la trace et l’empreinte d’une certaine humanité. Le contraste noir et blanc vient soutenir ces univers simples et quotidiens. Je donne à voir des bouts d’histoires et l’imagination de celui qui regarde fait la suite.»

Leur imaginaire est nourri des voyages qu'ils font.. ils sont en quête de l'invisible et de l'évidence de ce fil mystérieux qui relie la terre et le ciel... leurs œuvres disent la "vagabondance" de leur âme et de leur perception de cette errance ! C'est tout en subtilité, délicatesse, finesse... et ô paradoxe, l'ensemble atteste de leur nécessité d'être à la fois des rêveurs et des "vigies". Leurs dialogues nous proposent une pérégrination sur leurs terres.

Myriam et Patrick ont deux enfants, ils vivent et travaillent en gironde à Saint-Germain-du-Puch depuis 30 ans.

Pour vous Myriam & Patrick : "Ah ! si seulement avec une goutte de poésie ou d'amour nous pouvions apaiser la haine du monde !" Résidence sur la Terre (1935) de Pablo Neruda

En savoir plus
https://patricknitaro.jimdo.com
https://myriamrueff.jimdo.com

Articles similaires

Sur la "Planète" d’Arsène Slab Être conseiller financier puis devenir, par envie et par choix, un concepteur-rédacteur, soit dit en passant « écrivain », n’est pas chose courante. Vouloir rester anonyme « pour repart...
Corine Chevallier : un atelier de couture mobile sur le Bass... Couturière de métier depuis 2016, la testerine Corine Chevallier vient de créer son atelier de couture mobile pour aller au devant de sa clientèle et proposer de réaliser retouches et travaux de coutu...
Amélie Duprez : sophrologue et créatrice de l'application "B... Elle est sophrologue et elle fait un joli clin d’oeil à Bordeaux. La ville de la Gironde lui rend la pareille avec un sourire comme cerise sur la gâteau. De Paris et en contact avec toute une équipe d...
Lanas encaminas : SLEM expose à la Gare de l'Art Pour ouvrir la saison artistique 2019, La Gare de l'Art localisée à Saint Paul En Born propose une balade poétique sur les chemins landais.. Stéphane Levacher, dit SLEM, photographe et vidéaste est pa...
L’Autre et l’Ailleurs pour partager vos goûts pour l’art Il y a quelques années, et alors qu’ils étaient collègues dans une Startup parisienne, Stéphane et Edouard ne s’étaient jamais parlés longuement. Des "Bonjour", de petits "salut" ou encore quelques so...