"On n'a jamais vu une danseuse étoile noire à l'Opéra de Paris"

Nouvelle création du chorégraphe bordelais, Faizal Zeghoudi.
Nouvelle création du chorégraphe bordelais, Faizal Zeghoudi.

Quatre interprètes-danseurs accompagnés d’un musicien prennent la parole sur la question de nos différences. Dans un dialogue théâtral et chorégraphique, ponctué de musique et de vidéos, ils clashent sans tabou - et avec humour - les préjugés raciaux et culturels.

Faizal Zeghoudi, connu pour sa danse à portée humaniste, lie ici l’intime et le social. Et que ce format inédit de battle parlé ait pour décor la scène de l’Opéra de Paris, est une incitation de plus à déjouer les codes et conventions.

Le chorégraphe bordelais Faizal Zeghoudi s'associe à l'auteur Rémi Bénichou dans une nouvelle création étonnante. On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Parismêle théâtre et danse "pour mieux décrypter les mécanismes du racisme et de l’exclusion."

À découvrir dimanche 09 février à la salle de spectacles Les Cigales de Luxey.

Malgré son titre évocateur, nul besoin d'imaginer des danseuses étoiles sur scène. La nouvelle pièce de Faizal Zeghoudi est déroutante. Il y est question de racisme, d'exclusion, de mixité sociale, de genre, autant de thèmes sur lesquels le chorégraphe choisit de poser des mots, des mouvements, de la musique.

Attaché depuis toujours à ces problématiques, qu'il avait également mis en lumière dans son dernier spectacle “No land demain“, il décide ici de les traiter avec légèreté. À la plume, Rémi Bénichou avec qui il collabore depuis environ dix ans, propose un texte percutant qui use de l'humour pour mieux parler de ces sujets graves. Sur le plateau, trois danseurs, une comédienne et un musicien, un brin exubérants, débattent autour de ces sujets par leur jeu et leurs mouvements. Les mots sont incisifs, “l'humour décapant, les corps engagés, capables de passer du chant au texte, de la danse au théâtre.“

Avec “On n'a jamais vu une danseuses étoile noire à l'Opéra de Paris“,Faizal Zeghoudi nous propose une pièce jubilatoire et innovante. Chorégraphie et mise en scène par Faizal Zeghoudi avec Anthony Berdal, Marie Comandu, Clémence Laboureau et CécileTheil-Mourad.

  • Chorégraphie et mise en scène : Faizal Zeghoudi
  • Texte : Rémi Bénichou
  • Assistante à la mise en scène : Clémence Laboureau
  • Danseurs interprètes : Anthony Berdal, Marie Comandu, Clémence Laboureau, Cécile Theil-Mourad
  • Musicien : Lucas Barbier

no land demain Philippe Planel2 

Faizal Zeghoudi

Chorégraphe, metteur en scène, Faizal Zeghoudi fonde sa compagnie en 1997. Installée à Bordeaux depuis 2001, la compagnie Faizal Zeghoudi est soutenue par le Ministère de la Culture DRAC Aquitaine, la Région Nouvelle Aquitaine, les départements de la Gironde et des Landes.

L’œuvre de Faizal Zeghoudi témoigne d’une connaissance de la chorégraphie et de la mise en scène qui lui a ouvert les scènes nationales et internationales.

En 2010, il a été invité par le festival Iberoamericano à présenter une œuvre originale pour célébrer le bicentenaire de l’indépendance de la Colombie. Son expérience d’artiste l’a par ailleurs conduit à ciseler sa connaissance des différents aspects de la création contemporaine et l’a confronté à de multiples disciplines autres que la danse.

Il a été artiste interprète pour plusieurs chorégraphes dont Myriam Dooge, Mick Guillaume, Pedro Pauwels, dans plusieurs films dont les réalisateurs sont Luc Besson, Marcel Bluwal, Gilles Béhat, Jean Marie Perrier et Frédérick Noy. Il a été sollicité par plusieurs metteurs en scène ou cinéastes comme Florent Sauze, Jean Louis Thamin (Centre Dramatique National de Bordeaux), Laurent Rogerot (Compagnie Anamorphose), Jacques Aymoninot (Les Manufactures Verbales), Marie Christine Mazzola pour collaborer comme chorégraphe sur leur projet artistique de créations théâtrales et/ou musicales comme en 2011 dans « La Belle Hélène » à l’Opéra National de Bordeaux. En 2015, il est invité par l’Orchestre symphonique de Mulhouse dirigé par Patrick Davin pour présenter « Le sacre du printemps ou le cri de l’indépendance » avec 73 musiciens en direct à la scène nationale La Filature de Mulhouse.

Son écriture chorégraphique traduit cette exigence du geste qui « fait sens », dans une alliance subtile de l’intime et du sublime où la recherche de l’esthétisme repose toujours sur la force d’émotion et la puissance d’évocation qu’elle recèle. Son intérêt pour les auteurs de théâtre, tout comme celui qu’il porte aux grands sujets d’actualité, lui fournissent le matériau quotidien de son inspiration.

Autre constante dans sa démarche artistique depuis ses premières œuvres de chorégraphe, Faizal Zeghoudi a toujours eu la volonté de faire de la création un vecteur de médiation, d’intégration et de cheminement au cœur des territoires, pour fédérer, autour des grands sujets d’actualité qui lui sont chers, en particulier toutes les problématiques liées à la mixité sociale et la reconnaissance d’une société ouverte, fraternelle, multiculturelle, les publics les plus éloignés de la danse contemporaine.

C’est pourquoi il mène, autour de chacun de ses spectacles, dans le cadre de ses résidences de création ou en amont des représentations lors des reprises de ses spectacles, des programmes d’intervention et des ateliers de sensibilisation chorégraphiques dans tous les territoires et pour tous les publics, programmes conçus en concertation avec ses différents partenaires institutionnels pour répondre à leurs demandes spécifiques.

Les spectacles de Faizal Zeghoudi sont régulièrement présentés en France et à l’étranger (Espagne, Colombie, Canada, Italie, Maroc, Suisse…). Sa compagnie investit autant des lieux de danse que des endroits plus inédits non réservés à la représentation. Lors de la création de « Chorégraphie de la perte de soi » en 2014, J.M Gourreau, critique de danse, écrivait à son propos : « Faizal Zeghoudi nous livre « Une œuvre d’une grande portée philosophique (…)

AOL en savoir plus copiePlus d'info sur le site faizal-zeghoudi.fr


 

Articles similaires

Bordeaux : Festival Cartes Blanches en mai au TNBA Du 6 au 8 mai prochain se tiendra la toute première édition du Festival Cartes Blanches, organisé par le TnBA (Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine). Inédit, ce festival fera la part be...
Évènement : tout un opéra-bouffe capté à huis-clos au Grand-... L'opéra-bouffe "V'lan dans l'oeil" (créé par Hervé en 1867) aurait dû investir le Grand-Théâtre de Bordeaux du 26 janvier au 1er février. Le maintien de la fermeture des salles de spectacle au pu...
Culture et Confinement : résidence de l'artiste Karina Ketz ... Dans un contexte toujours aussi incertain pour les professionnel(le)s du spectacle vivant, le maintien de ces résidence est essentiel. Véritable fabrique de spectacles depuis plus de 20 ans, ...
Dispositif RéSISTeNCES d'ARTISTES : projet créactionnaire du... Le Théâtre de Gascogne s'adapte aux nouvelles contraintes du contexte sanitaire et poursuit son soutien concret aux artistes. Le Dispositif "RéSISTeNCES d'ARTISTES" consiste à multiplier les...
FAB : Festival International des Arts de Bordeaux Métropole Théâtre, danse, arts du cirque, musique, performances, arts visuels et ... indisciplinés ! Le Festival International des Arts de Bordeaux Métropole fait bouger Bordeaux, Saint-Médard-en-Jalles et tout...