Mont de Marsan Sculptures : une édition mythique

 Des jardins du musée Despiau-Wlérick aux berges de la Midouze en passant par la place Saint-Roch, des œuvres monumentales interpellent le visiteur, le guidant à travers un parcours artistique inédit.
Des jardins du musée Despiau-Wlérick aux berges de la Midouze en passant par la place Saint-Roch, des œuvres monumentales interpellent le visiteur, le guidant à travers un parcours artistique inédit.

Une nouvelle édition de la triennale Mont de Marsan Sculptures, sur le thème des Mythes, investit espaces publics et lieux patrimoniaux du 5 octobre au 3 novembre pour faire de Mont de Marsan un grand site d'exposition d’œuvres monumentales témoignant des liens que la ville entretient avec la sculpture.

Cette 11e édition de la triennale perpétue l’idée forte initiée à Mont de Marsan il y a plus de trente ans : faire sortir l’art hors de l’enceinte du musée et investir la ville.

Grâce à un parcours riche d'oeuvres monumentales, d'artistes de renommée internationale et de lieux d'exposition inédits, la triennale a pour but de faire découvrir à ses visiteurs la création artistique contemporaine, de donner du plaisir au public et de stimuler le cœur de ville. Tous les 3 ans, des artistes contemporains de renommée internationale sont invités à dialoguer avec les œuvres du musée Despiau-Wlérick qui possède la plus grande collection de sculptures figuratives françaises du 20e siècle. C'est une manifestation qui met gratuitement des oeuvres d’art en contact direct avec le public.

Inauguration 35

Cette originalité et la qualité de la programmation ont d'ailleurs valu à cette cuvée 2019 de faire partie des 13 projets nationaux labellisés par le Ministre de la Culture "Le Musée sort de ses murs".

LA TRIENNALE 2019

La ville de Mont-de-Marsan organise pour la première fois en 1988 ce que l’on appelait alors le Musée dans la rue. VisuelMdmSculptures2019Devenu depuis Mont de Marsan Sculptures, cet événement a depuis son origine pour principe de sortir les sculptures de leur contexte traditionnel pour les présenter dans l’espace urbain, dans les lieux publics, et chez les commerçants du centre-ville.

Cette échappée de l’art dans la rue permet de faire venir les sculptures à leur public, qui se trouve alors le plus étendu qu’il soit possible. Créations d’artistes contemporains et oeuvres extraites des collections du Musée Despiau-Wlérick sont installées au sein d’un parcours piéton pour une durée d’un mois. Cet événement se déroule tous les trois ans depuis lors, ayant conquis un public chaque fois plus nombreux. A chacune de ses occurrences, un thème nouveau est exploré. Cette année, c’est la question du mythe qui est abordé de la façon la plus exhaustive possible, ce thème ayant de tous temps été un creuset formidable pour la création artistique, et le demeurant aujourd’hui avec la même force.

Les oeuvres et installations choisies sont positionnées sur une quinzaine de sites différents tout au long d’un parcours s’établissant dans les sites les plus emblématiques du coeur de ville de Mont de Marsan.

Mont de Marsan Sculptures épouse et prolonge alors les principes qui sont au coeur de la programmation du Musée Despiau-Wlérick, initiant et organisant ce projet, en permettant la rencontre entre l’art, les artistes et tous les publics. A cette fin, de nombreuses animations sont proposées tout au long de la manifestation sous forme de visites, de conférences ou d’ateliers, de projections cinéma, etc., du 5 octobre au 3 novembre 2019

HD Gorille Garel p26

LA THEMATIQUE

Mont de Marsan Sculptures met à la fois en avant les oeuvres d’artistes contemporains et celles d’artistes plus anciens, puisant alors dans les collections du musée, mais aussi dans celles d’autres institutions comme le Musée Rodin cette année.

Le parcours est construit autour du thème des mythes. Ce choix a tout d’abord été motivé par la très grande variété des représentations et modes de représentation des mythes dans l’art à toute époque, mais aussi par le champ de recherche extrêmement large que ce vaste thème ouvre.EtiennePassevent1

Pour rendre ces recherches lisibles tout en restant le plus exhaustif possible, quatre axes ont été définis : les mythes classiques, les mythes fantastiques, les mythes populaires, pour finir par ouvrir sur le mythe de l’artiste.

Ainsi, par mythes classiques on entend ceux relatant des faits imaginaires, non consignés par l’histoire, transmis par la tradition, l’oralité, et mettant en scène des êtres représentant symboliquement des forces physiques, des généralités d’ordre philosophique, métaphysique ou social. Ceux de ce type qui nous sont le plus proche et le mieux connu en notre partie du monde sont les mythes grecs, ceux issus de la culture judéo-chrétienne, et les mythes celtiques, que nous avons alors choisi de présenter.

Les mythes fantastiques font quant à eux référence aux évocations légendaires à l’origine de multiples bestiaires. Cela permet de porter notre attention sur toutes les créatures dont les formes abandonnent la réalité pour offrir des synthèses irrationnelles éloquentes d’imagination et de force. Elles ont alors un rapport à l’homme très intime, explorant le plus souvent ses angoisses.

Les mythes populaires sont les mythes actuels, construits consciemment ou inconsciemment, ceux qui sont politiques, commerciaux, littéraires, sociaux, religieux, etc. Ils naissent de personnages réels ou imaginaires et, au contraire des précédents thèmes qui interrogent nos origines ou notre universalité, permettent de porter un regard objectif et enrichi d’un recul précieux sur notre propre société.

12 599180

"Nous avons pour finir décidé d’ouvrir la réflexion portée par l’édition 2019 de Mont de Marsan Sculptures sur le mythe de l’artiste. Cette dernière partie fait figure d’ouverture, en ce qu’elle s’extrait de la logique énumérative animée par notre recherche d’exhaustivité des trois premières parties. En effet, portant un regard plus global sur la forme artistique et plus particulièrement sur le processus de création, il s’agit ici de confronter le « mythe de l’artiste », c’est-à-dire la représentation commune que l’on peut se faire de cette figure lointaine et mystérieuse, avec la réalité et la tangibilité du processus de création, et de ses composantes aussi bien matérielles que conceptuelles."

DPMdMSculpture11 2019

En savoir plus http://www.montdemarsan.fr/lutece/jsp/site/Portal.jsp?page_id=361

Articles similaires

Observer les grues cendrées dans les Landes Les Landes de Gascogne sont une étape essentielle pour la migration et l’hivernage des Grues cendrées. L'automne et l’hiver réserve de bien belles découvertes nature aux amateurs d’oiseaux dans les La...
L’estuaire de la Gironde : un territoire singulier Vaste étendue d’eau saumâtre formée par la confluence de la Garonne et de la Dordogne au niveau du Bec d’Ambès, l’estuaire de la Gironde rejoint l’océan Atlantique quelques 75 kilomètres en aval, à so...
Estuaire de la Gironde : mémoire et patrimoine d'un fleuve Axe stratégique majeur, l’estuaire de la Gironde a été considéré de longue date comme un territoire à surveiller et à contrôler. Des ouvrages défensifs établis du Moyen Âge au XXe siècle se succèdent ...
Bordeaux : Salon du Mariage 2020 Organiser un mariage est, on le sait, très consommateur de temps... Pas moins de 300 heures en moyenne consacrées par un couple à la recherche du lieu de réception et des prestataires clés tels que tr...
Bordeaux : restauration de l'horloge de la "grosse cloche" La porte de la grosse cloche, édifiée au XIIIème siècle, est un monument emblématique de la ville de Bordeaux. Les travaux de maintenance et d’entretien du patrimoine horloger de la vil...