Landes : Surf FM ne rend plus l'antenne à Soorts-Hossegor

Surf FM à l'année sur les ondes
Surf FM à l'année sur les ondes

Installée à Hossegor, la radio associative Surf FM émet depuis plus de 10 ans, d'avril à octobre, en attente d'une fréquence à l'année. Aujourd'hui sans réponse du CSA, elle a choisi de ne pas éteindre son émetteur et de poursuivre ses émissions à l'année.

Sans réponse du CSA, l'association Starcom en charge de la radio Surf FM a décidé cette année de ne pas éteindre l'émetteur et de poursuivre l'émission à l'année. Une démarche soutenue par Xavier Gaudio, maire de Soorts-Hossegor et Lionel Causse, député de la 2ème circonscription des Landes.

Pas de place pour Surf FM sur les ondes ?

Le CSA autorise en effet depuis 10 ans la radio Surf FM à émettre du 1er avril au 31 octobre. Depuis plusieurs années, l'association Starcom demande ainsi au CTA, antenne régionale du CSA et interlocuteur de l'association, à pouvoir émettre à l'année. Ces demandes soutenues par la mairie de Soorts-Hossegor et le département des Landes sont restées sans réponse jusqu'en 2014. En retour des courriers de soutien du maire de Soorts-Hossegor et de celui du député des Landes, le CTA explique qu'il ne peut y répondre favorablement en arguant une saturation de la bande FM sur le secteur.

En effet, une radio qui émet à l'année voit sa puissance augmenter. Or, la fréquence 102.3 ne le permettrait pas. L'association a donc commandité une étude technique pour vérifier l'état de la bande FM. Or cette étude indique qu'il existe 3 fréquences disponibles sur le secteur ! surf fm 2018b

Le 1er septembre dernier, une demande de lancement d'un appel à candidatures pour une onde à l'année dans la région d'Hossegor, accompagnée de l'étude technique, des statistiques d'écoute numérique et d'une pétition signée des auditeurs ainsi qu'un rappel de la jurisprudence à propos de cette question ont été transmis au CTA et au CSA.

Un refus du CSA illégal ?

L’article 3-1 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication impose au CSA de garantir à tous les opérateurs l’exercice de la liberté de communication audiovisuelle. Au regard de ce principe, le Conseil d’État considère que le CSA est tenu d’inscrire sur la liste des fréquences pouvant être attribuées la totalité des fréquences inutilisées ou disponibles[1].

Au cas d’espèce, aucun élément ne permet de justifier une éventuelle abstention par le CSA de lancer un appel à candidatures pour l’attribution d’une fréquence disponible dans la région d’Hossegor ! Pourtant, dans sa réponse du 5 novembre 2017, le CTA a indiqué qu'il n'était pas en mesure de d'apporter aux requerreurs des informations complémentaires depuis son courrier de 2014...

Quid de l'étude technique s'interroge-t-on dans les Landes ?

Surf FM soutenu par les élus locaux

Le CSA qui a reçu le même dossier ainsi que des courriers de soutien de M. Xavier Gaudio, maire de SoortsHossegor et Lionel Causse, député des Landes, n'a toujours pas répondu... Puisque les éléments techniques et juridiques légitime une onde à l'année et faute de réponse du CSA, l'association Starcom a donc décidé de ne pas arrêter d'émettre sur la FM. Informés de cette démarche, M. Xavier Gaudio et M. Lionel Causse la soutiennent. Après 10 ans d'activité saisonnière et sans justification technique ou légale, tous les acteurs s'accordent à estimer qu'il est temps de pérenniser la radio Surf FM sur un territoire actif à l'année !


[1] CE, 29 juillet 1998, Société JL électroniques, n°164115

En savoir plus et écouter http://surf-fm.fr/

Articles similaires

Radio Ritournelles : la première radio 100% littéraire Permanences de la littérature a créé et lancé sa webradio à l'occasion de la 18ème édition de son festival. Son objectif est de mettre en avant des contenus littéraires originaux tout le lon...
Biscarosse : Océanes de la radio, événement radiophonique aq... Un soleil couchant, l'Océan Atlantique et, à quelques dizaines de mètres, une scène de plus de 100 m² ouverte sur les dunes vertes énigmatiques de Biscarrosse Plage... Cet espace scénique, c'est le dé...