Mont de Marsan : 23000 ans de combats entre l'homme et le toro

Tauromachie :  histoire des courses de taureauxLe samedi 28 novembre à partir de 18h, le Théâtre et les Halles de Mont de Marsan feront revivre le combat entre le torero, véritable héros mythologique et le toro, animal sacré depuis toujours. L’occasion pour tous - aficionados et curieux, entre amis ou en famille, jeunes et toujours jeunes - de découvrir ....

.... en avant-première le documentaire "tauromachies universelles". L'exposition du Musée itinérant des Tauromachies universelles a été inaugurée le jeudi 5 novembre à 19 heures à Saint-Sever. Le documentaire sera pour sa part projeté en avant-première à la fin du mois, puis le programme des premières installations sera dévoilé.

Philosophie du projet

Le projet, qui fait partie du plan de développement mis en place par lʼUnion des Villes Taurines françaises et lʼObservatoire National des Cultures taurines poursuit trois ojectifs :

  • Diffuser lʼhistoire des Tauromachies méditeranéennes depuis leur origine jusquʼà lʼactualité, dans le but dʼaméliorer lʼimage de la corrida moderne au travers dʼune perspectiveculturelle, dontlʼobjet est de rendre au torero sa dimension de héros mythologique et au taureau celle dʼanimal sacré.
  • Permettre au secteur professionnel, aux aficionados et aux collectivités publiques de travailler sur un projet commun.
  • Favoriser lʼactivisme culturel pour contrebalancer la propagande animaliste.

Outils pédagogiques

Le projet comprend une exposition de 82 panneaux et un documentaire de 70 minutes pour raconter les 23.000 ans dʼHistoire de la relation Homme-Taureau. En forme de point dʼinterrogation pour symboliser lʼavenir de la corrida, et de labyrinthe pour rappeler son passé mythologique, lʼexposition des Tauromachies universelles propose un fabuleux voyage dans le temps jusquʼaux origines de notre culture.

Au milieu du labyrinthe, tel le Minotaure, un Taureau totémique attend. Imposante oeuvre dʼart ornée dʼun collage à base de taureaux mythologiques, sa mission est double :

  • Surprendre le visiteur par sa taille et son aspect redoutable, afin de ridiculiser lʼimage “dʼherbivore inoffensif” véhiculée par les animalistes.
  • Provoquer un “réflexe selfie” : il semble évident que tout visiteur qui se photographiera avec le taureau ne cèdera pas à lʼanti taurinisme. Et lʼon peut supposer aussi que tous les jeunes visiteurs diffuseront leurs selfies sur les réseaux sociaux, provoquant un effet viral au-delà des limites du monde taurin.

Le contenu de lʼexpo constitue la trame du documentaire, également titré “Tauromachies universelles”. Tous deux racontent lʼhistoire de la relation entre lʼHomme et le Taureau sur le pourtour méditerranéen depuis le premier témoignage graphique (Villars en Dordogne, -23.000 ans), jusquʼà aujourdʼhui.

Tauromachie :  histoire des courses de taureauxDʼune grande rigueur historique, le récit des différentes tauromachies primitives est présenté de manière chronologique, tout en renvoyant en permanence vers leurs manifestations contemporaines. Une même rigueur scientifique préside à lʼexposé, en termes anthropologiques, des péripéties expliquant leur évolution, ainsi que des valeurs éthiques, esthétiques et écologiques de la culture taurine. Lʼobjectif de ce travail est de montrer que la culture taurine est la plus ancienne de toutes celles existant sur la planète.

Au demeurant, les peintures pariétales qui en constituent le point de départ constituent, selon les paléonthologues, le premier témoignage dʼune activité humaine en relation avec lʼanimal. De par son contenu novateur, ce travail est appelé à être un référent dans le débat culturel et social autour de la tauromachie.

Il lève de nombreuses inconnues, et montre lʼévolution des chasses primitives sur le pourtour méditerranéen, bientôt pratiquées dans de vastes enclos fermés en Mésopotamie, puis transformées en combat dans les enceintes plus réduites des palais de Cnossos, en Crète, ou dʼAventis, en Égypte, avant de se répandre dans les amphithéâtres de lʼempire romain, puis dʼévoluer en France et en Espagne où leur présence est documentée au VIIème siècle avant Jésus Christ.

Argument de l'Expo et du documentaire

Documenté depuis 23000 ans, le combat entre l'homme et le taureau (tauromachie en grec ancien) existe dans la totalité des civilisations méditerranéennes. Dans toutes, la chasse originelle a donné naissance à des cultes, au cours desquels, souvent au travers de jeux, le sacrifice du taureau permit a l'homme de s'appropier ses vertus de manière symbolique : la puissance, la bravoure, la fertilité. 

Grâce à des circonstances historiques favorables, alors qu'elle disparaissait partout ailleurs au gré de la domestication du taureau, la tauromachie s'est perpétuée en Espagne oú phéniciens, grecs, romains, celtes, wisigoths et arabes apportèrent leurs propres pratiques, et oú les races bovines autochtones se distinguaient par leur agressivité. Tout en perpétuant sur la Péninsule les traditions populaires ancestrales qui tissent sa diversité depuis le début de notre ère, la Tauromachie sʼest enrichie au début du XVIII ème siècle dʼun instrument fondamental qui a permis au combat originel dʼaccéder au rang de discipline artistique : un simple bout de tissus monté sur une béquille de bois, la muleta.

Grâce à elle, l'élégante tauromachie équestre des seigneurs, mise en scène de manière fastueuse durant la Renaissance, céda la place à celle, héroīque, des matadors à pied, dont lʼéthique fut codifiée dans sa forme actuelle durant le siècle des Lumières. Au début du XXème siècle, coïncidant avec le mouvement surréaliste qui révolutionna toutes les pratiques artistiques, une dernière métamorphose touchant à son esthétique éleva la corrida moderne au rang des arts majeurs, auxquels elle inspira les chefs dʼoeuvres qui attestent de sa portée universelle.

Ultimes dépositares des cultures millénaires dont la tauromachie contemporaine est issue, toreros et aficionados sont les garants de leur pérennité.

Tauromachie :  histoire des courses de taureaux

Méthode de travail

Partout où le Musée itinérant des Tauromachies universelles sera mis en place, les activités suivantes seront organisées :

  • Installation de lʼexposition dans un lieu symbolique de la ville (un musée, un monument ancien, une université), et organisation dʼactes sociaux autour de la culture taurine également ouverts à un public de néophytes afin de divulguer les valeurs de la Tauromachie.
  • Diffusion en continu du documentaire sur grand écran.
  • Organisation dʼateliers culturels à destination des milieux scolaires et universitaires afin de sensibliser les jeunes générations.
  • Dotations aux bibliothèques municipales, scolaires et universitaires.
  • Visites guidées à lʼintention de la presse, remise du documentaire aux journalistes, afin de mettre en valeur la dimension culturelle et universelle de la Tauromachie contemporaine

 

Articles similaires

Rafael Cañada - oír, ver y callar Si une seule vie d'un torero romantique devait être écrite, nul doute que celle de Rafael Cañada, torero hendayais, serait parmi les nominés. Ce livre est l'histoire d'un torero bohème qui nous conte ...
Dax : Festival Toros Y Salsa Dax va encore clôturer à merveille l'été avec l'organisation du festival Toros y Salsa. Début septembre, le chef-lieu des Landes verra se tenir cet événement unique en Europe fait de salsa dura, de fi...
Mont-de-Marsan : paroles d’hommes de l’arène L’exposition “Du Sacrifice au Triomphe” est le fruit du travail de Marie et Roland Costedoat. Elle rassemble les grands noms de la Course Landaise à travers des photographies et des textes poignants é...
San Fermin : manifestation anti-corridas à Pampelune Des militants du monde entier exigent la fin des corridas sanglantes. A Pampelune, 100 manifestants presque nus ont projeté du "sang" factice au ciel pour souligner la torture des taureaux, en amont d...
Corrida : "Ni art ni culture" un livre de Isabelle Nail Isabelle Nail signe aux Éditions Astobelarra un essai à charge contre la pire des pratiques du Sud-Ouest. Pour évoquer, affirmer et confirmer sa position anticorrida, l’auteure a choisi de retracer un...