Abbaye d'Arthous à Hastingues : patrimoine des Landes

Nichée aux confluences des Landes, du Pays basque et des gaves réunis, l'abbaye d'Arthous vous propose une escale hors du temps.
Nichée aux confluences des Landes, du Pays basque et des gaves réunis, l'abbaye d'Arthous vous propose une escale hors du temps.

Fondée en 1167 par les religieux prémontrés de la Case Dieu près d’Auch sur une étendue vacante à proximité du Pays basque, l’Abbaye Sainte-Marie-d’Arthous appartient à l’ordre des prémontrés. Prospère jusqu’au XVIe siècle, l’abbaye d’Arthous a pour première vocation d’évangéliser les populations locales et du Pays basque qui étaient alors peu christianisées.

Située sur l’un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Turonensis, elle offre aux jacquets un hébergement sur la route vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Enfin, elle contribue à contrôler un territoire âprement disputé par les seigneurs de Navarre, de Béarn et de Gascogne.

L'abbaye d'ArthousLa fondation de l’abbaye a commencé par la construction de l’église, au meilleur endroit, puis par les bâtiments conventuels dans l’espace qui restait, au nord de l’église, au contraire de ce qui se pratique habituellement. L’abbaye d’Arthous est une fille de l’abbaye de la Case-Dieu, située dans le Gers, fondée par son abbé Bernard III à l’appel de Guillaume de Sort, l’évêque de Dax et de Martin de Sanche de Domezain, noble du Pays de Soule, fondateur de l’église. Dans le Sud-Ouest de la France, Arthous est, avec Divielle, une des rares abbayes prémontrés créées.
 Arthous absidiole sud chevet frise
Fondée en 1167 par les religieux prémontrés de la Case Dieu près d’Auch, l’abbaye d’Arthous est prospère jusqu’au XVIe siècle. La guerre avec l’Espagne et les guerres de religion la laissent en ruine. Les bâtiments conventuels sont reconstruits et agrandis au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. Vendue comme bien national à la Révolution, l’abbaye est transformée en exploitation agricole puis donnée au Département des Landes en 1964.

L’exposition  organisé en 2017 intitulée "Il était une fois Arthous" a marqué le début de la résidence scientifique de l'enseignant-chercheur Stéphane Abadie, docteur en histoire médiévale et spécialiste de l’ordre religieux de Prémontré, qui a fondé l’Abbaye d’Arthous. Entre passé, présent et futur, Arthous s'y est dévoilée !

L’abbaye, classée au titre des Monuments Historiques, abrite également un musée archéologique ludique et interactif reconnu « Musée de France ». L’église romane (XIIe s.) a conservé l’ensemble de son décor sculpté extérieur soit 59 modillons et 9 chapiteaux qui ornent encore le chevet.

Abbaye Arthous Crédit Département des Landes

L’abbaye, classée au titre des Monuments Historiques, abrite également un musée archéologique ludique et interactif reconnu « Musée de France ». L’église romane (XIIe s.) a conservé l’ensemble de son décor sculpté extérieur soit 59 modillons et 9 chapiteaux qui ornent encore le chevet. Chaque année, l’abbaye d’Arthous accueille des classes à la journée ou lors de séjours scolaires. D’autres manifestations ponctuent sa programmation : expositions, concerts, animations….

De nombreux artistes, céramistes, peintres, sculpteurs, artistes plasticiens ont exposé leurs œuvres dans l’église : Hagiko, Pascal Daudon, Hans Jorg Durr, Fanny Ferre, Sophie Combres, Jacques Kaufmann, Hervé Rousseau, Marteen Stuer, Jacky Coville, Jean- Michel Doix, Jean-Pierre Viot, etc.

Chaque week-end de Pentecôte, l'abbaye d'Arthous accueille le festival international de céramique qui, avec ses plus de 70 exposants, ses animations et ses conférences, est le plus important marché de céramistes en Nouvelle-Aquitaine.

Au grand galop Duruthy

Expositions 2020

En 2020, l’abbaye d’Arthous a choisi de se pencher sur ses origines et celles de ses collections qui ont donné naissance au musée. Elle met à l’honneur les exceptionnelles sculptures de chevaux préhistoriques dont elle est dépositaire à travers une exposition de photographies et l’ouverture d’une nouvelle salle des trésors. L’exposition se déroulera durant toute la saison 2020.

« Au grand galop. Duruthy et l’art des origines » / Photographies de Claire Artemyz
→ jusqu’au 15 novembre

Atypique dans le monde de la photographie, Claire Artemyz explore l’identité humaine et s’interroge sur les origines de l’homme, portant un regard sur les objets de la Préhistoire. Ses plans resserrés et une utilisation minutieuse du clair-obscur subliment le choix des matières et les gestes opérés par les artistes du Paléolithique, nous plongeant dans un univers mystérieux. Claire Artemyz révèle la vitalité des œuvres, les met en mouvement et crée un pont entre les populations préhistoriques et notre interprétation contemporaine.

Installée dans l’église, l’exposition réunit une vingtaine de photographies consacrées aux origines de l’art et met la collection départementale de Duruthy en perspective avec les autres collections et grands sites magdaléniens de France, pour un dialogue intime entre l’art et la science.

La salle des trésors
→  À partir du 19 septembre

Considérées comme les fleurons de la collection départementale, les trois sculptures de chevaux attribuées au Magdalénien moyen et datées d’environ 17000 ans avant le présent, sont exposées dans l’ancien oratoire privé de l’abbé. La scénographie qui fait se rencontrer œuvres originales et photographies contemporaines invite à l’émotion après leurs présentations au British Museum (Royaume-Uni) et à Santander (Espagne).

Samedi 19 septembre à l’occasion des Journées européennes du patrimoine (sous réserve) : inauguration de la salle

Présentation des sculptures de chevaux préhistoriques

Connu depuis le XIXe siècle, l’abri Duruthy est un site archéologique de référence pour la connaissance du Paléolithique supérieur des Pyrénées. Au XXe siècle, l’abri Duruthy a fait l’objet d’une longue période de fouille entre 1958 et 1986 sous la direction de Robert Arambourou. C’est au cours de la campagne de fouille de l’année 1961 qu’il découvre les trois sculptures de chevaux.

En 1979, le Département des Landes devient propriétaire d’une partie de la collection Arambourou qui comprend notamment les trois figures de chevaux. La collection acquise comprend plus de 20000 pièces archéologiques, en grande partie issues de l’abri Duruthy. Parmi les trois sculptures de chevaux, l’une est en grès, l’autre en calcaire marneux et la dernière en ivoire de mammouth. Deux sculptures représentent des têtes de chevaux tandis que la troisième montre la totalité de l’animal avec les membres antérieurs et postérieurs repliés sous le ventre. Longue de plus de 26 cm, cette statuette communément nommée le Cheval agenouillé est la plus grande sculpture magdalénienne actuellement connue.

C'est où ?

En savoir plus http://www.arthous.landes.org

Articles similaires

Vienne : la Vallée des Fresques Édifiés sur 20 km le long de la Gartempe, en pays montmorillonnais, huit édifices religieux conjuguent leurs particularités pour constituer la Vallée des Fresques. Leur dénominateur commun : la peintu...
Saint-Savin-sur-Gartempe, la sixtine romane du Poitou Avec ses 700 m² de fresques romanes uniques au monde, l'abbaye de Saint-Savin s'est imposée comme un monument phare du Poitou roman inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1983. Les espaces à...
Abbaye de Sorde - Sorde l'Abbaye - Pays Orthe et Arrigans Très beau village situé en bordure du Gave d’Oloron, Sorde l'Abbaye détient un patrimoine historique très ancien. La diversité des vestiges et monuments recensés - outre l’église Saint-Jean, plus bel ...
Dordogne : Saint Avit-Sénieur une scénographie unique en Fra... Saint-Avit-Sénieur est située dans le sud du département de la Dordogne (arrondissement de Bergerac). D'une superficie de 2350 ha et peuplée d'environ 400 habitants (les Saint-Avitois ou Sympavitois s...
L'Abbaye médiévale de Cadouin Située en Dordogne dans le Périgord, l’abbaye de Cadouin du XIIème siécle est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, est une étape des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle. De nombreuses v...