romeo-juliette-charles-jude"Roméo et Juliette", une chorégraphie de Charles Jude en hommage à un rêve de Rudolph Noureev Roméo et Juliette, ballet de Sergueï Prokofiev, d'après la pièce de William Shakespeare, est présenté sur la scène du Grand-Théâtre de Bordeaux du 27 Mars au 6 Avril 2009.
 
Danseur étoile de l’Opéra National de Paris, Charles Jude a interprété Roméo et Juliette dans plusieurs chorégraphies, celle de Granko, celle de Rudolph (le rôle de Roméo pendant des années, puis Tybalt, un rôle qu’il préférait au précédent) celles de Grigorovich, Biaggi, et à Bordeaux celle de Tiit Härm en 1998. romeo-et-juliette-charles-judeIl signe aujourd’hui sa propre chorégraphie, dans un décor qui représente notamment la place centrale de Rhodes, lieu où Rudolph Noureev rêvait de filmer sa propre version du drame.
"Pour cette version de Roméo et Juliette, je me suis imposé un respect rigoureux de l’oeuvre de Shakespeare. L’intensité de l’aventure des amants les plus célèbres de la littérature mondiale, déchirés par l’opposition de leurs familles rivales, revêt un caractère irrémédiablement intemporel qu’il n’est pas du tout nécessaire de souligner par une transposition à une époque récente. Elle demeurera donc située dans l’Italie de la Renaissance, dans une atmosphère où alterneront exubérance et noirceur.
Et la musique de Prokofiev relève, à elle seule, de la narration! Je préserverai donc le contexte historique d’origine, mais en revanche, la chorégraphie proprement dite sera contemporaine. A chaque personnage sera associé un style différent, de manière à bien marquer le caractère propre des rôles : Je voudrais un Roméo qui danse dans un style plutôt classique/néo-Classique… un Tybalt qui soit beaucoup plus contemporain et un Mercutio typé comédie musicale… ce qui correspond bien à son tempérament.
Chacun aura ainsi un univers chorégraphique parfaitement identifié."
Charles Jude, chorégraphie et mise en scène - Serge Prokofiev, musique - Ermanno Florio, direction musicale - Philippe Miesch, décors - Pierre-Jean Larroque, costumes - François Saint-Cyr, lumières Ballet de l’Opéra National de Bordeaux - Orchestre National Bordeaux Aquitaine
 
9 représentations : Vendredi 27 mars – 20h - Dimanche 29 mars – 15h - Lundi 30 mars – 20h - Mardi 31 mars – 20h - Mercredi 1er avril – 20h - Jeudi 2 avril – 20h - Vendredi 3 avril – 20h - Dimanche 5 avril – 15h - Lundi 6 avril – 20h Tarif 3 - de 8 à 40 € Avec le soutien du Casino Théâtre Barrière de Bordeaux
charles-jude-portrait-09_06_2008 
Interview de Charles Judes par  Canal Com // Noëlle Arnault & Julia Lagoardette
 
Une nouvelle production de Romeo et Juliette pour votre compagnie que vous souhaitez dédier à la sauvegarde du patrimoine de la danse classique, cela était inscrit dans vos choix juste derrière les incontournables…
Charles Jude : Oui, cela s’inscrit dans une logique, même si je ne considère pas ce ballet comme un classique mais comme un néo-classique qui n’a rien à voir avec les chorégraphies de Petipa. Cela donne une plus grande facilité lorsqu’il s’agit de monter à nouveau cette oeuvre qui n’est pas contrainte par une attache pure à une chorégraphie, à une architecture et à un découpage quasi-intouchables comme les ballets de Petipa. Beaucoup de chorégraphes, dont Preljocaj, se sont emparés de l’oeuvre pour faire chacun quelque chose de très différent.
 
Vous-même avez beaucoup dansé ce ballet, dont Roméo n’est pas votre rôle préféré… quelles chorégraphies avez-vous interprétées et quels souvenirs en gardez-vous ?
Charles Jude : Roméo ?... je l’ai dansé dans plusieurs chorégraphies, celle de Granko, celle de Rudolph (le rôle de Roméo pendant des années, puis à la fin, j’interprétais Tybalt, un rôle que je préférais car il est plus dans mon tempérament), celle de Grigorovich, celle de Biaggi, et à Bordeaux celle de Tiit Härm. J’ai largement fait le tour du rôle et mis du temps avant de décider de créer ma propre chorégraphie car l’oeuvre est assez complexe. Elle est très théâtrale puisque si l’on suit la musique de Prokofiev et le texte de Shakespeare, tout s’arrête à chaque fois. Je suis donc obligé de suivre cette logique et de construire ce ballet comme une pièce de théâtre.
 
Comment présenteriez-vous la chorégraphie que vous signez aujourd’hui ? 
Charles Jude : J’aimais beaucoup la version de Noureev et si je crois pouvoir apporter quelque chose de différent, c’est dans la façon de traiter les rôles. Dans les chorégraphies habituellement montrées, lesromeo-et-juliette-charles-jude danseurs sont homogènes, alors qu’avec aujourd’hui l’apport de la danse contemporaine, celle du jazz, etc… les langages chorégraphiques sont démultipliés. Je voudrais un Roméo qui danse dans un style plutôt classique/néo-Classique… un Tybalt qui soit beaucoup plus contemporain et un Mercutio typé comédie musicale, ce qui correspond bien à son tempérament. Chacun a un univers chorégraphique parfaitement identifié. Au départ de ma réflexion, je voulais vraiment bousculer la représentation traditionnelle que l’on a de cette oeuvre intemporelle et baser sur la religion l’opposition des deux familles. Aujourd’hui ce sont les juifs et les arabes qui s’entre tuent, d’où ma tentation d’avoir une Juliette Palestinienne, un Roméo juif, et de reproduire à ma manière ce que Daniel Barenboïm avait fait en réunissant des musiciens arabes et juifs dans son orchestre.Ce sujet, trop personnel sans doute, a exacerbé les susceptibilités des uns et des autres, rendant ici mon projet difficile à accepter. Ne voulant pas entrer dans une polémique, j’ai relu Shakespeare avec d’autres yeux. Et partant de la constatation qu’il n’avait jamais été en Italie pour écrire son oeuvre, mais qu’il l’avait cependant très bien décrite, j’ai donc imaginé à l’intérieur de son oeuvre son Italie à lui.
 
• Quelles indications ou intentions avez-vous données aux créateurs de costumes et des décors pour servir votre vision ?
Charles Jude : Avec Philippe Miech créateur des costumes et Pierre-Jean Laroque pour les décors, nous nous sommes replongés dans une Renaissance italienne en créant une scénographie qui représente la grande place de Rhodes. J’y étais allé en vacances avec Rudolph et il avait toujours voulu filmer son Roméo et Juliette sur cette place qu’il jugeait être un lieu de théâtre avec toutes les rues qui débouchent en ce lieu. J’ai donc demandé à Philippe Miech de recréer cette place et de rendre cet hommage à Rudolph… non pas pour réaliser son rêve là-bas, mais en lui donnant vie, dans le même style, sur la scène du Grand-Théâtre de Bordeaux. Notre décor est donc une Italie, sobre, bâtie sur un principe de panneaux très mouvants pour recréer des scènes. Nos couleurs dominantes évoquent ces rouge et vert Renaissance Italienne, symboles des deux familles Capulet et Montaigu. Il a fallu également trouver un code couleur pour le blason de Pâris… ce sera une très belle production en terme de décors et de costumes.
 
•  L’on connaît votre goût pour les prologues et le soin que vous apportez à leur donner du sens. Que faites-vous de celui-là qui est très court ?
Charles Jude : Je le place en conclusion du ballet et vais débuter le drame par sa fin. Je souhaite dérouler l’oeuvre à l’inverse de ce que j’ai fait jusqu’à présent dans les chorégraphies interprétées. Faire le contraire me semblait trop déséquilibré, surtout au regard du troisième acte, peu dansé et basé essentiellement sur le drame, la présence des rôles principaux et sur la gestuelle… Dans son 1er acte et surtout dans le second, Rudolph a très bien traité toute la partie Commedia dell arte, telle que la décrit Shakespeare, avec ses drames et les scènes de bagarres. Faire aussi bien en ne dupliquant pas n’était pas chose aisée. Tout a déjà été fait ! Cette oeuvre est si « complète » que la seule chose que l’on puisse faire évoluer, c’est la gestuelle. Il me fallait donner un caractère fortement marqué à chaque personnage décrit dans l’oeuvre de Shakespeare… ce Mercutio frivole et s’amusant de tout… Roméo rêveur et poète… une Juliette très forte, sachant parfaitement ce qu’elle veut, avec pour conséquence ce drame affreux.
 
Vous êtes attaché à ce que toute votre Compagnie soit en scène, et c’est le cas avec votre chorégraphie de Roméo et Juliette…
Charles Jude : Beaucoup de scènes sont très dansées, notamment la première bagarre et le bal de Juliette… également toute la partie du 2ème acte sur la place du marché, avec le folklore italien. Le Ballet à beaucoup à faire jusqu’à la mort de Tybalt… après, le reste n’est que théâtre, c’est pourquoi ce ballet requiert de très bons danseurs qui soient également de très bons comédiens. Nous sommes-là sur un effectif un peu lourd puisqu’en complément des 38 danseurs de la compagnie, nous recrutons dix danseurs et dix danseuses supplémentaires.
 
Crédit Rédactionnel et Photographie des Répétitions : CanalCom
romeo-et-juliette

Articles similaires

Football : Le Girondins Tour Puma 2014 fait son show... Le Girondins Tour Puma débarque sur les plages de l’Atlantique Le FC Girondins de Bordeaux part à la rencontre de ses supporters. Une immersion totale au sein de la grande famille que forment les Girondins de Bordeaux ! Du Pays Basque à la Charente M...

Landes : Fêtes de DAX et Feria 2015... La feria de Dax est synonyme de fêtes enivrées. C'est l’une des plus grandes fêtes du Sud Ouest. C'est également un ensemble de traditions, parfois bien plus sympathiques que la corrida : les courses landaises, le blanc et le rouge, les bandas, les é...

La forêt landaise sous haute surveillance sanitaire... La surveillance par télédétection des foyers de mortalités de Pin Maritime des Landes de Gascogne : une première en Europe. Insectes et maladies la forêt des Landes de Gascogne sous haute surveillance sanitaire. Cette surveillance se caractérise par ...

Bayonne : Fêtes et Férias 2015 en rouge et blanc... Profondément marquées par l’identité culturelle de la région, les fêtes de Bayonne sont portées par des valeurs : la communion et le partage qui méritent de se transmettre et de traverser les âges. Bayonne ne serait pas Bayonne sans ses célèbres fête...

Landes : les fetes et ferias de Parentis en Born... A l’image du Sud-Ouest la couleur rouge et blanche synonyme de feria est la tenue à arborer lors des ferias de Parentis. Le programme des Fêtes de Parentis ne dérogere pas aux traditionnelles festivités puisque l’on y retrouver spectacles taurins, ca...