Voyages et autres traces (Lagoutte)

 
Eléments biographiques
 
 
1935

Le 10 décembre, naissance de Claude Lagoutte à Rochefort-sur-Mer, Charente Maritime. Son père Roger est commerçant, sa mère Madeleine, couturière. Durant la guerre, il est élevé par sa mère et sa grand-mère.
 
1949
Il fait ses études au lycée Eugène Fromentin de La Rochelle. A l’occasion de séjours à Paris, chez sa tante Suzanne, il visite le Louvre.
 
1952
Il obtient son baccalauréat, option philosophie.
 
1953
Il peint des paysages de la campagne charentaise, renonce à des études d’architecture et
en octobre entre à l’Ecole du Service de Santé de la Marine (Santé Navale) de Bordeaux.
Après quatre années d’études, il obtient son diplôme de pharmacien.
 
1958
Stage de fin d’études à l’école du Pharo à Marseille. Découverte de Kandinsky et de Klee. Premières peintures abstraites.
Il entre à l’Ecole d’Application du Service de Santé des Troupes Coloniales.
 
1959

Claude Lagoutte est en poste au Laos pour deux ans avec le grade de lieutenant. Il y peint de nombreux paysages.
Il voyage à Bangkok, Hong-Kong et en Inde, où ce premier contact touristique le déçoit.
 
1962
En poste en Côte d’Ivoire à Bouaké puis à Abidjan, il découvre l’art nègre.
 
1965

Retour en France par le Maroc et l’Espagne. En attente d’un nouveau poste, il effectue des séjours en Hollande, visite les musées et lit Les Maîtres d’autrefois de Fromentin.A la fin de l’année il est en poste à Alger avec le grade de capitaine. Il se lie d’amitié avec Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, futur grand reporter au journal Le Monde et avec le peintre algérois Pierre Famin.
 
1966

Claude Lagoutte consacre tous ses loisirs à la peinture, il est « peintre à temps partiel », et pratique la peinture à l’huile, la gouache et le dessin au trait. Avec sa sœur Claudine, il découvre les sites des villes romaines de Tunisie et de Lybie.
 
1968

Toujours avec Claudine, il passe quinze jours au Tassili.
 
1969
Retour en France. Achète un « studio-atelier », 157, avenue du Maine, à Paris.
 
1970
Mariage à Bordeaux avec Françoise Descamp, médecin-ophtalmologiste. En juin il rejoint, avec Françoise, son nouveau poste à Brazzaville. Françoise exercera à l’hôpital.
 
1971
Claude et Françoise collectionnent les objets africains notamment les sculptures Batékés. Ils voyagent en Afrique du sud. En août, de retour en Europe, Claude séjourne à Bayreuth où il écrit et dessine son premier cahier de voyage. De retour à Brazzaville il peint des toiles abstraites de tendance « nuagiste ».
 
 
1972
Naissance de sa fille, Marie.
Première exposition au Centre Culturel de l’Alliance française : Peintures, Peintures-objets et collages.
A la fin de l’année la famille s’installe à Bordeaux. Nommé à Paris, Claude fait la navette entre les deux villes, il songe à abandonner sa carrière. Premier voyage en Turquie.
 
1973
Randonnée dans le sud algérien avec J.-P. Péroncel-Hugoz.
Naissance d’Hélène. Claude peint à Yvrac, prés de Bordeaux, où le couple fait construire une maison.
 
1974
En juillet, séjour en Aveyron.
 
1975
Voyage en Egypte, avec Françoise, chez J.-P. Péroncel-Hugoz. Exposition collective à la Mostra del Larzac et à la Fondation d’art moderne Soulac-Médoc. Séjour estival à l’île d’Oléron, dans la maison familiale de ses beaux-parents où il reviendra chaque année.
 
1976
Naissance de Louise.
Expositions collectives à la biennale de Villeneuve, à la Galerie des beaux-arts de Bordeaux et à Paris chez E. et X. Germain.
Voyage à Londres et en Ecosse puis en Algérie et en Egypte où il visite le Sinaï avec Jean Oddes.
Claude Lagoutte renonce au châssis et adopte la technique des papiers et toiles découpés puis cousus.
 
1977
Admis à prendre sa retraite au grade de commandant, Claude Lagoutte est désormais « libre de vivre à plein temps sa vocation de peintre »
Expositions personnelles à Bordeaux, à la Galerie du Fleuve, Ragamala; à Paris, Galerie E. et X. Germain, Septembre-Octobre-Novembre; au musée de Cognac, Voyage de Bordeaux à Cognac.
Expositions collectives à Paris, Réalités nouvelles, à l’UNESCO, Féminin-dialogue : Peinture/Couture et à La Rochelle, Rencontres internationales d’art contemporain.
 
1978
Voyage en Inde avec Françoise, chez leurs amis Darras, attachés culturels près l’ambassade de Belgique, puis à Bayreuth, avec Claudine et à New York.
Expositions collectives à Paris à la Galerie Françoise Palluel et à Orly, Quatre peintres proposés par le Centre Georges Pompidou.
 
1979
Claude Lagoutte s’installe à Paris et transporte son atelier, avenue du Maine.
Voyages en Inde (Bombay, Madras, Trichinapoli), au Népal (Annapurna), au Cachemire, au Bouthan puis en décembre à Bombay (Noël à Bengalore).
Expositions personnelles à Paris Galerie Françoise Palluel, Champs, à Bordeaux Galerie du Fleuve, Journal, à Zurich Galerie Lempen, Champs et à Saint-Rémy-de- Provence Galerie Noëlla Gest, Voyage d’été.
 
1980
Rencontre avec le père dominicain Jacques Laval.
Exposition personnelle à la Galerie Françoise Palluel à Paris, Journal indien. Expositions collectives à la FIAC à Paris puis à la Mostra del Larzac, à Soulac-Médoc, Artistes d’Aquitaine, à Bâle Galerie Lempen, Art 80, à Amsterdam Galerie Paladjin.
 
1981
Claude Lagoutte expose au château de Chambord la série de toiles Talcy puis une exposition personnelle lui est consacrée à la Galerie Le Troisième Oeil à Bordeaux.
Voyage en Inde, Laddak et Zanskar, Cachemire et Abran.
Il participe à des expositions collectives à Paris Galerie Charmy l’Envers, La main et le pied dans l’art, à la FIAC puis à Bâle Galerie Noëlla Gest, Art 81.
Il vend le studio de l’avenue du Maine et s’installe dans un appartement-atelier au 4, passage de la Main d’or, dans le quartier de La Bastille.
 
1982
Expositions collectives à Bordeaux, Articulations et à Rome. A Paris la Galerie N.R.A. organise l’exposition Livres d’artistes présentée ensuite à la Maison de la culture de Saint-Étienne puis à la bibliothèque De Amicis à Gènes. Claude Lagoutte participe également cette même année à Art 82 à Bâle.
Une exposition personnelle lui est consacrée à Saint-Rémy-de-Provence par la Galerie Noëlla Gest, Rencontre avec des hommes remarquables
Il voyage de nouveau au Cachemire et séjourne l’été dans les Pyrénées.
 
1983
En février, voyage familial dans les Pyrénées et départ en décembre pour l’Inde.
Exposition personnelle à Heidelberg, Galerie Margot Kreth d’Orey. Expositions collectives à l’Abbaye d’Ouville, à Annecy au Musée du château, Papiers détournés; à Avignon-lès-Angles, Présence des formes. De nouveau il expose à Mostra del Larzac, puis à Paris Galerie N.R.A., Artistes au grand jour, à Sens au Palais synodal, Livres d’artistes-Livres-objets
 
1984, 1985, 1986, 1987
De nombreuses expositions personnelles et collectives parsèment cette période : Bordeaux, Munich, Paris, Zurich, Amsterdam…. Il participe en février 1985, à Bombay, aux rencontres Orient-Occident (East–West Visual Arts Encounter).
Les voyages occupent encore une grande place: Turquie, New York, de nouveau l’Inde, Silfiac (Morbihan), les Pyrénées, l’Inde à nouveau (Delhi), le Tibet, Darjeeling, Jaïpur, Oléron, la Suisse (Zermatt), Istambul, l’Angleterre (Wiltshire).
En décembre 1986, la veille de Noël, Claude Lagoutte offre au couvent parisien de Saint-Jacques, un devant d’autel pour le père dominicain Jacques Laval.
 
1988
Nouveau voyage en Inde (Bengale) ; il expose fin février à Bombay, Voyage au Kutch
Voyage en Grèce et au Mont Athos, séjour en Normandie à l’Abbaye de Saint-Wandrille. Voyage à Venise et dans les Dolomites, dans le Var, les Alpes puis à Rhodes.
Exposition collective à Tokyo, Art textile contemporain français. Exposition personnelle à Paris Galerie Charles Sablon Peintures récentes
 
1989
Nombreux voyages : randonnées : en Inde, le long de la Narmada, au Canada dans les Rocheuses. Découverte de Vancouver, de l’Alaska. Nouveau voyage à Venise puis séjour en Malaisie, à Singapour, Java (Borobudur), Bali, Penang.
Il participe à la manifestation collective des ateliers portes ouvertes, Le génie de la Bastille.
 
1990
Il séjourne une nouvelle fois dans les Alpes à Chamonix puis à Argentières où le père Jacques Laval le rejoint. Séjour à l’Arbresle au couvent de la Tourette chez les bénédictins. Malade il entre en maison de repos sur le plateau d’Assy.
Exposition personnelle à Paris Galerie Charles Sablon. Le 18 juillet, Claude Lagoutte meurt à l’hôpital Saint-Antoine. Le 21 , après un service religieux en l’église Sainte Marguerite, il est enterré au cimetière Saint-Laurent de la Prée en Charente- Maritime.
   
A l’occasion de l’exposition Claude Lagoutte un catalogue est édité restituant le parcours de l’artiste et les cheminements de son œuvre - 140 pages illustrées en couleurs - Format 18x24 cm.

 

Articles similaires

Recette de Risotto au canard Avec 3 ados à la maison, un mari qui aime bien manger, le risotto est un des plats qui est le plus apprécié chez nous et surtout cette recette. J'ai inventé ce plat à l'initiative de notre aîné qui av...
20ème édition de Bordeaux Fête le Vin : le bilan, les images 20 ans plus tard, l’événement s’est collé à la ville de Bordeaux et est devenu un des moments forts pour toute l’Aquitaine. C’est dans tous les esprits aujourd’hui, il est dans les belles moeurs et le...
Concert et Dégustation : les vins Bio et l'Orchestre Nationa... Ce fut un des temps forts de Bordeaux Fête le vin 2016 : une dégustation de vins bio associée à un concert de l’ONBA, sous la grande halle de Darwin. « Nous étions déjà présents aux précédentes Fêtes ...
Bordeaux Fête le Vin : une route des vins au cœur de la vill... Avec ses centaines de milliers de visiteurs, Bordeaux Fête le Vin est devenu, en quelques années, le plus grand événement oenotouristique européen. Organisée les années impaires en alternance avec VIN...
Jour de l’An : Anglet fête le 1er bain de l’année La célébration du Jour de l’An sur la plage connaît un grand succès depuis sa première édition, en 2016, à l’initiative de l’association des commerçants de la Chambre d’Amour et de la Ville. Plusieurs...