Les zones humides : amortisseurs du changement climatique

  • Catégorie : Gironde
Un projet ambitieux de restauration des zones humides des lacs médocains  et du bassin d’Arcachon
Un projet ambitieux de restauration des zones humides des lacs médocains  et du bassin d’Arcachon

Les grands lacs médocains et le Bassin d'Arcachon sont des écosystèmes remarquables du point de vue de leur biodiversité et jouent un rôle essentiel dans l'équilibre écologique du système hydraulique et des milieux aquatiques.

Néanmoins, les risques de dégradation de la qualité des eaux (développement de cyanobactéries, eutrophisation...) ou la diminution des effectifs faunistiques et floristiques emblématiques des lacs aquitains, en font un écosystème fragile.

Dans un contexte de réchauffement climatique, reconnecter et restaurer des zones humides permettraient de rétablir leur fonctionnalité ainsi que les services écosystémiques qu'elles peuvent assurer :

  • régulation des crues hivernales, recharge des nappes ou soutien d'étiage en favorisant le rétablissement de leurs fonctions hydrologiques,
  • amélioration de la qualité des eaux par un partenariat avec les exploitations agricoles du bassin versant engagées en faveur d'une agriculture durable favorisant le maintien de leurs fonctions physiques et biogéochimiques,
  • restauration d'une biodiversité remarquable par la préservation des lagunes forestières abritant des espèces rares,
  • atténuation des effets du changement climatique en réactivant les fonctions écologiques et hydroclimatiques des zones humides (production d'oxygène et stockage du carbone).

Les zones humides des lacs médocains et du bassin d'Arcachon : amortisseurs du changement climatique

Un projet ambitieux de restauration des zones humides des lacs médocains  et du bassin d’Arcachon

Le Syndicat intercommunal d'aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin (SIAEBVELG) est lauréat de l’appel à projets « restauration des zones humides des têtes de bassin versant », lancé dans le cadre de l’Entente de l’eau pour le bassin Adour-Garonne en partenariat entre les Régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et l’agence de l’eau Adour-Garonne. 

L’appel à projets, relatif à la « restauration des zones humides de têtes de bassins versants » lancé conjointement par l’agence de l’eau Adour-Garonne, les Régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et Auvergne Rhône-Alpes, a mobilisé 79 candidatures. 

42 lauréats ont ainsi pu être retenus par les membres de l’Entente pour la réalisation de 15 M€ de travaux sur 4 ans qui concerneront plus de 3 000 ha de zones humides, soit 6 fois plus que les objectifs initiaux. 

Jusqu’à 30 millions de m3 d’eau seront ainsi stockés et sécurisés dans le grand Sud-Ouest.

Le projet recherche et développe des solutions fondées sur la nature permettant de réhabiliter des zones humides altérées en tête de bassin versant et par la même occasion d’assurer la durabilité des activités économiques agricoles, forestières et touristiques locales associées à ces milieux et à ce titre particulièrement soumises à l’impact du changement climatique.

Les zones humides des lacs médocains et du bassin d'Arcachon : amortisseurs du changement climatique

Les services rendus par les zones humides

En période de fortes précipitations, les zones humides se comportent en éponges géantes  qui se gonflent des eaux de crue, les absorbent et les stockent atténuant ainsi les inondations et rendant bien d’autres bénéfices :

Stocker l’eau : 1m2 de zone humide peut stocker jusqu’à 1m3 d’eau.

Ralentir l’écoulement  de l’eau : réduction de l’érosion des sols, des inondations.  Autoépuration des eaux, stockage du carbone, préservation de la biodiversité.

Le projet des lacs médocains est notamment financé par la Région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 30% (184 000 euros pour un coût total d’opération de 625 000 euros). L’agence de l’eau Adour-Garonne assure le financement complémentaire à hauteur de 50%, intégrant le volet « animation » du projet.

Le SIAEBVELG va mener sur 4 ans (2021/2024) un programme global de restauration des zones humides qui s’articule autour de la mise en œuvre des 4 typologies d’actions suivantes :

  • la restauration des écoulements d'eau superficielle en milieu forestier par remplacement ou colmatage des drains centralisateurs actuels (optimisation de l'infiltration des eaux dans les zones humides, dénitrification et stockage du phosphore et du carbone); Objectif : restauration de 600 ha de zones humides forestières
  • la régulation des flux d'eau issus des drains agricoles par des zones humides tampons à l'interface de la forêt;
    Objectif : création de 100 ha de zones humides tampons
  • la restauration de lagunes forestières en limitant leur drainage;
    Objectif : 20 lagunes restaurées sur les communes du SIAEBVELG
  • le développement des 3 démarches précédentes comme projet pilote réplicable à une échelle plus ambitieuse dans un contexte de réchauffement climatique (plateau landais).
Les zones humides des lacs médocains et du bassin d'Arcachon : amortisseurs du changement climatique
Les zones humides des lacs médocains et du bassin d'Arcachon : amortisseurs du changement climatique

Le SIAEBVELG animera et pilotera le projet global avec l'appui de l'Université de Bordeaux en associant également au sein d'un partenariat élargi : le Parc Naturel Régional Médoc, la profession agricole et les exploitants concernés, la profession forestière, plusieurs laboratoires (LGPA, EPOC), l'école ENSEGID et les acteurs associatifs locaux (CBNSA, CEN, Cistude Nature, Fédération des Chasseurs 33...) dans le cadre de groupes de travail thématiques et d'espaces de discussion

Le SIAEBVELG, présidé par Laurent Peyrondet, maire de Lacanau (qui a succédé à Henri Sabarot en 2020), regroupe les communes de Lacanau, Hourtin, Saint-Laurent du Médoc, Carcans, Le Porge, Sainte-Hélène, Saumos, Salaunes et Brach, assure la compétence de gestion intégrée des lacs de Carcans-Hourtin, de Lacanau, des canaux des Etangs et du Porge et des milieux humides associés sur un périmètre de près de 1000 km².

Visite Preservation ZH Hourtin 23022021 credit CRNA
Photo prise lors d’une visite sur site organisée le 23 février dernier à Hourtin - Crédit Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine
de gauche à droite : 
Henri Sabarot, conseiller régional délégué aux zones humides et à la politique de l’eau, 
Frank Quénault, gestionnaire SAGE des lacs médocains et animateur du Syndicat intercommunal d'aménagement des eaux du bassin versant et étangs du littoral girondin, 
Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, 
Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne.

Articles similaires

Appel à projet : "Un entrepreneur pour la Destination Parcs" La Fédération des Parcs naturels régionaux, 15 Parcs pionniers, dont le Parc naturel régional des Landes de Gascogne, collaborent avec le Slow Tourisme Lab à la recherche d’un entrepreneur pour dévelo...
La Dune du Pilat : la Belle et la Bête Qu'est-ce qui rend la Dune du Pilat si spéciale ? C’est un milieu naturel fragile en perpétuel mouvement, soumis à la colère du vent et de l'océan ainsi qu'aux caprices humains. Le meilleur moment pou...
La dune du Pilat plus grande dune d’Europe Située au Sud du bassin d'Arcachon, la dune du pyla ou dune du Pilat est un incroyable phénomène naturel. La dune du Pilat, aujourd’hui haute de 106,4 mètres, est, comme son nom l’indique, ("Pila...
Bassin d’Arcachon : vent de Galerne au-dessus de la Dune du ... Quand de fortes chaleurs sont brutalement chassées par de l'air frais et humide venu de l'Ouest, entraînant de fait une baisse soudaine des températures, il se déclenche alors une hausse des...
Maison d'Optique et d'Audition Acuitis : une première sur le... Acuitis, aux Océanides à La Teste-de-Buch ! La Maison d'optique et d'audition reste ouverte et accueille ses clients en cette période de confinement. Cette première Maison Acuitis du bassin d’Arcachon...