Auditorium de Bordeaux : une prouesse technique

INDEX DE L'ARTICLE

Spectaculaire par sa structure et son acoustique, l'Auditorium de Bordeaux propose une programmation aussi prestigieuse qu’éclectique.
Spectaculaire par sa structure et son acoustique, l'Auditorium de Bordeaux propose une programmation aussi prestigieuse qu’éclectique.

La création d’un Auditorium à Bordeaux, destiné à accueillir l’Orchestre national de Bordeaux Aquitaine (ONBA) et de grands ensembles symphoniques, était indispensable au rayonnement de l’orchestre de l'ONBA. L'Auditorium à Bordeaux accueille la programmation symphonique de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine et ...

.... d’autres formes d’expression musicale, classiques et contemporaines, ainsi que du jazz et des musiques du monde, portés par des artistes et des ensembles résidents ou invités, ouverts à l’innovation et au mélange des genres. L’art lyrique et la danse feront également partie de la programmation, dans des formes spécifiques adaptées à ce nouveau contexte scénique et acoustique.

Auditorium-Bordeaux

Doté d’une grande salle de 1440 places, la salle Dutilleux, et d’une deuxième salle modulable de 300 places, la salle Sauguet, l’Auditorium génère donc des rencontres inédites entre les artistes et leurs publics et nourrit le centre historique d’une émulation artistique et musicale renouvelée. La création de cette offre culturelle et festive a renforcé l’attractivité de Bordeaux, de son agglomération et de sa région, à la fois pour ses habitants, ses nouveaux arrivants et ses touristes, tous sensibles à ce point d’ancrage urbain et transgénérationnel qu’est une vie musicale riche et diversifiée.

L’Auditorium de Bordeaux a ouvert ses portes aux abonnés les 24 et 25 janvier 2013 avec deux concerts événements. La programmation de ce nouveau lieu, réalisée par l’Opéra National de Bordeaux, a permis de développer l’offre musicale dans de multiples répertoires.

Parce que l’attractivité d’une ville se mesure aussi à la qualité de vie qu’elle propose, Bordeaux s'est doté d’un véritable équipement culturel. La fermeture du cinéma Gaumont a offert l’opportunité à un opérateur privé, qui a acquis la maîtrise foncière du lieu, de réaliser à son emplacement principal et ses annexes, entre le cours George Clemenceau et la rue du Palais Gallien, une opération immobilière complexe débutée en Octobre 2006, interruption en 2009 pour s'achever à l'été 2012 avec cinq ans de retard sur son calendrier initial.

Auditorium Bordeaux

Un projet de coeur et une prouesse technique

Apporté par l’architecte Michel Pétuaud-Létang, grand mélomane et amoureux de Bordeaux, ce projet est l’aboutissement d’une quête de la meilleure acoustique, afin de pouvoir l’offrir aux artistes et aux publics. Son engagement est celui d’un Bordelais passionné de musique et prêt à relever des défis techniques pour accueillir les générations d’aujourd’hui et de demain dans un lieu de création et de transmission.

Auditorium-Bordeaux

En réponse au défi architectural d’intégrer une salle de 1440 places et une salle de 300 places dans un espace enclavé de 3000 m2 au sol et une forme géométrique imposée par la parcelle, Michel Pétuaud-Létang a proposé, afin d’offrir au public une visibilité et une proximité excellentes combinées à une acoustique de grande qualité, non pas une salle traditionnelle à l’italienne, mais une salle innovante où les spectateurs sont placés autour de la scène. L’acousticien Eckhard Kahle, fondateur de Kahle Acoustics, qui a également travaillé avec Renzo Piano, Jean Nouvel, Terry Pawson ou Paul Andreu, a apporté sa vision d’une salle contemporaine et son expertise mondialement reconnue.

Trois grandes originalités pour ce nouvel Auditorium

Tout d’abord, une fosse d’orchestre pour 120 musiciens et un espace scénique de 220 m2, qui permettent d’accueillir des opéras de Wagner ou de Strauss tout comme des opéras contemporains nécessitant un orchestre important et une scène assez grande. Ensuite, une proximité exceptionnelle entre les spectateurs et les musiciens : les balcons sont au plus près de la scène, aucun spectateur n’est à plus de 20 mètres du coeur de l’orchestre.

La place considérable laissée derrière les balcons qui sont comme suspendus dans le vide donne l’impression au public d’être baigné dans la musique. Enfin, une innovation technique : de faux cintres et tout un réseau de canalisations permettent à l’air d’arriver silencieusement par le haut de la salle et de descendre naturellement par la seule gravité.