Pessac : Festival du Film d'histoire

INDEX DE L'ARTICLE

Autour du thème de l'année décliné à travers les époques et à travers le monde, le Festival international du film d'histoire propose une programmation foisonnante
Autour du thème de l'année décliné à travers les époques et à travers le monde, le Festival international du film d'histoire propose une programmation foisonnante

Le Festival international du film d’histoire propose chaque année une sélection de films autour d'un thème d'actualité en proposant un panorama du cinéma français et étranger, avec des œuvres du patrimoine, des classiques, des films rares ou inédits, des avant-premières, films de fiction ou ....

...  documentaires. C’est encore le cas pour cette nouvelle édition. Cette année pour sa 29ième édition, le festival du Film d'Histoire de Pessac mettra le cap "L’entre-deux-guerres" et aura lieu du 19 au 26 novembre au Cinéma Jean Eustache de Pessac. Le programme se compose de 110 films, 25 avant-premières et 40 débats en présence de journalistes, d'historiens et de réalisateurs, aux contributions aussi pertinentes qu'enrichissantes. 

La création du Festival International du Film d’Histoire de Pessac en 1990 est l’affirmation du progrès qui installe la réflexion sur les images au cœur de la recherche historique. Le cinéma est désormais une source essentielle pour la compréhension de notre XXème siècle : mouvements sociaux, transformations politiques, évolutions culturelles, systèmes de représentations.

Pour les fondateurs du Festival, l’Histoire est plus qu’un regard sur le passé, c’est aussi une fabuleuse et perpétuelle leçon civique et culturelle, d’où un ancrage toujours fort dans l’actualité des thèmes choisis chaque année. Le Festival de Pessac est aussi une volonté d’ouverture et de débat où la parole peut couler fraîche et libre faisant de cette manifestation un lieu de rencontres et de dialogues autour des projections. Dans les films à trame historique, où se trouvent la fiction et la réalité ? Quelle fragile frontière les sépare ? C’est précisément le centre des débats du Festival.

FFH Pessac 2018L’entre-deux-guerres

L’expression qui désigne ces deux décennies bien connues nous est familière : de là, on imagine les années 1920, folles et tragiques, décombres brillantes de la Grande Guerre ; les années 1930, simples prolégomènes de la conflagration à venir – « marche à la guerre ». Nicolas Patin, Maître de conférences Université Bordeaux Montaigne

1918-1939 La drôle de paix
par Jean -Noël Jeanneney, président d’honneur du festival

On risque toujours de l’oublier : les contemporains de la double décennie que nous allons considérer, entre deux déflagrations mondiales, ne les ont pas vécues eux-mêmes – sauf, peut-être, vers la fin – comme une période conduisant d’une guerre à l’autre. Ils ne connaissaient pas la fin de l’histoire. Ils étaient face à la profusion des possibles. Cette définition de « l’entre-deuxguerres » n’est donc venue qu’après coup. La connaissance que nous avons de ce qui advint en 1939 et en 1940 risque toujours d’occulter la multitude des comportements, ceux des dirigeants comme ceux des peuples, qui auraient pu être différents : ces attitudes et ces choix qui se définirent au fil de décisions petites ou grandes, réfléchies ou distraites. Or, c’est là que surgit le romanesque, entrelacé avec la connaissance scientifique, pour restituer le foisonnement des libertés successives et des potentialités enfuies ; c’est là que cinéastes et historiens vont installer à Pessac un dialogue qui s’annonce aussi fructueux et stimulant que toujours. Entre passions collectives et intérêts adverses, notre festival va concerner les individus et les peuples, les diplomates et les intellectuels, les artistes et les soldats, les suffragettes et les anciens combattants. Tandis que surgiront des moments intenses – le traité de Versailles et ses suites, la Grande crise de 29, les répressions et les illusions coloniales, les chocs en Asie, la résistible ascension des dictateurs, la guerre d’Espagne comme répétition générale du pire à venir. Mais aussi les découvertes promettant de toujours mieux guérir et toujours tuer davantage. Mais aussi les évolutions contrastées des religions monothéistes. Mais aussi la formidable vitalité des créations artistiques et littéraires. Mais aussi, incarnant les plaisirs ou conjurant les angoisses, les tours et les détours de tant de personnalités hautes en couleur. De ces films que produisit, séparés en deux par la fin du muet, cette époque de fer et de feu, de misères et d’argent-roi, mais aussi d’insouciances et de désinvoltures, de ceux également qui ont choisi d’en traiter après coup, nous allons ensemble apprécier tout le prix. Selon la moire de leurs multiples regards, selon un éventail s’ouvrant de la colère à l’attendrissement, selon la chronique infinie des intimités assiégées et des masses débridées.

Les incontournables du festival

PARMI LES 70 FILMS SUR LE THÈME - SÉLECTION PIERRE HENRI DELEAU

Festival International du Film d'Histoire de Pessac

Le Cabinet du docteur Caligari (R. Wiene, 1919) - Nosferatu le vampire ( F.W. Murnau, 1922) - La Rue sans joie (G. Pabst, 1925) - Metropolis ( F. Lang, 1927) - Berlin, symphonie d’une grande ville (W. Ruttman, 1927) - La Ligne générale (S. Eiseinstein, 1928) - Les Hommes le dimanche (R. Siodmak, 1929) - L’Homme à la caméra (D. Vertov, 1929) - Arsenal (A. P. Dovjenko, 1929) - L’Âge d’or (L. Buñuel, 1930) - La Tragédie de la mine (G. Pabst, 1931) - Little Caesar (M. LeRoy, 1931) - Terre sans pain (L. Buñuel, 1932) - Sérénade à trois (E. Lubitsch, 1933) - Notre pain quotidien (K. Vidor, 1934) - Les Temps modernes (C. Chaplin, 1936) - Adalen 31 (B. Widerberg, 1968) - On achève bien les chevaux (S. Pollack, 1969) - Le Conformiste (B. Bertolucci, 1970) - Le Christ s’est arrêté à Eboli (F. Rosi, 1979) - Indochine (R. Wargnier, 1992)...

TEMPS FORTS

Avec la revue L’Histoire

→ De Wilson à Roosevelt, les États-Unis, un leadership en question avec Pap Ndiaye, Hélène Harter et Thomas Snégaroff - Mardi 20 novembre
→ Années folles, années modernes avec Nicolas Patin, Emmanuelle Loyer et Christine Bard - Mercredi 21 novembre
→ Le temps des réfugiés avec Dzovinar Kevonian et Catherine Wihtol de Wenden - Jeudi 22 novembre
→ Munich: l’échec des pacifistes ? (Der des ders, SDN et désillusions) avec Vincent Laniol, Jean-Michel Guieu et Pierre Grosser - Vendredi 23 novembre
→ La naissance des fascismes avec Johann Chapoutot - Samedi 24 novembre
→ Les empires coloniaux ébranlés avec John Horne, Pierre Singaravélou et Hélène Blais - Dimanche 25 novembre.

Avec Le Monde

De la SND à l’ONU, les limites des organisations internationales -Dimanche 25 novembre

Nouvelle compétition documentaire d’histoire du cinéma

La compétition documentaire d’histoire du cinéma remettra un prix à un film documentaire consacré au cinéma : portraits de réalisateurs, d’acteurs, films dédiés à une époque, à un genre... Avec toujours les compétitions de films d’histoire : fiction, documentaire et panorama du documentaire.

Journée Étudiante - Jeudi 22 novembre

Journée consacrée aux étudiants avec de nombreux débats, des avant-premières et une soirée musicale.

Une affiche 2018 signée Floc’h

Illustrateur, affichiste de cinéma, dessinateur de bande dessinée et romancier français, Floc’h est l’un des héritiers de la ligne claire : outre son sens de l’épure, du détail, de la précision, son art s’appuie également sur ses compositions dépouillées, singulières, audacieuses parfois, sa mise en couleurs à plat, nette, assumée. à son anglophilie, s’ajoute sa cinéphilie gourmande tournée vers le cinéma britannique et américain. Rien d’étonnant donc qu’il soit l’auteur de l’affiche du 28e Festival du film d’histoire.

En savoir plus et retrouvez tous les films sur le site cinema-histoire-pessac.com

Aff FIFH 2017 L105x150 mm 300 dpi fill 400x572 Festival International du Film d'Histoire de Pessac
Bordeaux: Le festival du film d'histoire de Pessac Festival International du Film d'Histoire de Pessac
Festival International du Film d'Histoire de Pessac Festival International du Film d'Histoire de Pessac