La Forêt du Pignada de Anglet : après le feu, la lutte contre les scolytes a démarré

  • Catégorie : Pays Basque - Pyrénées
De nouvelles interventions sanitaires pour lutter contre l’invasion du scolyte dans la forêt du PIGNADA à Anglet
De nouvelles interventions sanitaires pour lutter contre l’invasion du scolyte dans la forêt du PIGNADA à Anglet

Par suite de l’incendie du 30 juillet 2020, qui a détruit 45 hectares de pinède sur les 220 que compte le massif du Pignada, et impacté 25 autres, les travaux se poursuivent depuis plusieurs mois pour redonner vie à la forêt.

Ils sont engagés par les propriétaires des zones touchées par le sinistre (Département des Pyrénées-Atlantiques, Ville d’Anglet) et le gestionnaire du site (Office national des forêts).

Alors que la phase d’abattage et d’évacuation des arbres calcinés s’est achevée à la fin du mois de février, une période de vigilance sanitaire s’ouvre, afin de contenir la propagation du scolyte, cet insecte ravageur qui prolifère sous l’écorce des arbres fragilisés. Les expertises menées au mois de mars ont identifié la présence de ce nuisible sur 800 sujets sauvegardés jusqu’à présent. Des interventions complémentaires vont avoir lieu au cours des prochaines semaines, afin de les retirer du site.

Dans le même temps vont débuter les opérations prévues de rognage des souches des bois déjà coupés. L’ensemble de ces travaux va s’étaler sur environ quatre semaines. L’accès du public reste interdit sur toute la partie du Pignada impactée par l’incendie.

Une situation sanitaire toujours préoccupante

Le feu a non seulement altéré le paysage mais a bouleversé la santé des arbres en les soumettant à un stress très important. Fragilisés, ils sont sensibles aux attaques parasitaires et peuvent devenir des foyers potentiels de contagion de la partie épargnée par les flammes.Galerie creusée par un scolyte ©Triballier/ONFGalerie creusée par un scolyte ©Triballier/ONF

La situation sanitaire de la forêt du Pignada reste préoccupante à cet égard. Celle-ci est menacée par les assauts du scolyte [1] qui se développe rapidement. La présence de ce nuisible a été identifiée sur des arbres de la zone incendiée qui avaient été sauvegardés jusqu’à présent. L’activité de ce dernier a également été constatée sur des sujets affaiblis dans la zone intermédiaire, dite chauffée. Au total, environ 800 specimen sont touchés, soit 2 000 m3 supplémentaires de bois devant être retirés de la forêt.

[1] Les scolytes sont de petits coléoptères qui font partie des principaux ravageurs des forêts résineuses. Ils se développent sous les écorces entravant la circulation de la sève et entraînant la mort de l’arbre en quelques semaines.

Pour mesurer sa propagation, des pièges à phéromones ont été installés à différents endroits du massif.

Foret Pignada anglet 0321a

Des opérations de rognage des souches

L’objectif est d’agir vite en raison du risque d’essaimage des insectes sur la partie sud du massif, encore préservée. Le risque est d’autant plus élevé que les conditions météorologiques actuelles laissent présager une activité du scolyte allant crescendo, celle-ci se développant rapidement à partir d’une température supérieure à 15 degrés.

Parallèlement à cette veille sanitaire du massif vont débuter les opérations de rognage des souches des bois déjà coupés. Ces travaux programmés consistent à broyer la partie émergée de la souche à l’aide d’un engin spécialisé, tout en laissant dans le sol la partie enfouie.

Le broyage portera aussi sur les rémanents qui sont les résidus de coupe. Il s’agit de branchages impossibles à valoriser et laissés par les bûcherons, pour cette raison, lors de l’abattage des arbres.

Les copeaux issus de ces interventions constitueront un compost organique bénéfique à la régénération des végétaux et une base fertile pour les futurs reboisements.

Reconstitution du Pignada : les différentes étapes

Calednrier Pignada

SEPTEMBRE 2020 : Travaux de sécurisation près des voies et propriétés riveraines

NOVEMBRE 2020 À FIN FÉVRIER 2021 : Abattage des pins brûlés et des arbres affaiblis

Près de 20 000 m3 de bois ont été évacués des 45 hectares de la zone incendiée et des 25 hectares de la zone intermédiaire, dite chauffée, où les espèces ont été fragilisées par le feu sans avoir directement brûlé. Les rondins ont été dirigés vers une filière de valorisation dans les Landes, pour la fabrication de palettes ou de panneaux de particules utilisés dans
l’ameublement et la construction. Les branchages et la partie supérieure des arbres ont été orientés vers une utilisation comme bois d’énergie pour les chaudières collectives ou industrielles.

FÉVRIER ET MARS 2021 : Recépage des feuillus brûlés

Le recépage consiste à couper les feuillus brûlés à la base en laissant en place la souche encore vivante sur laquelle vont apparaître les rejets. Cette intervention est menée par l’ONF sur les chênes lièges et chênes tauzins. Plus de 2 500 pieds de chênes brûlés ont ainsi été recepés et repartent vigoureusement.

MARS 2021 À DECEMBRE 2021 : Surveillance du massif

La vigilance quant à l’état sanitaire du massif est primordiale, car il faut agir de façon extrêmement rapide pour contenir une éventuelle reprise de la contamination par le scolyte. Une veille sanitaire hebdomadaire donne lieu au marquage des arbres infestés. Il s’agit pour la grande majorité des pins laissés sous surveillance dans l’espoir de leur reprise. Ce temps de pause est également nécessaire pour laisser reprendre la végétation sur une saison complète avec une régulation des espèces invasives. C’est aussi une phase de réflexion sur l’avenir du site et sur le processus de reconstitution de la forêt, lequel devra commencer à prendre forme durant l’hiver 2021-2022.

À PARTIR DE 2022 : Plantations

De jeunes arbres seront plantés, issus de différentes espèces afin de reconstituer une forêt plus résiliente notamment face aux changements climatiques. Parallèlement à ces actions, un mode de gestion différent du sous-bois actuel dans la zone centrale et au sud du massif est à l’étude. L’ONF est en charge de ce plan d’action en cours d’élaboration. Par ailleurs, la Ville d’Anglet a déjà mis en œuvre un volet pédagogique auprès des scolaires grâce à la médiation de l’équipe d’accueil du Parc écologique Izadia. Une exposition à l’extérieur du parc, lequel a été durement touché par l’incendie, sera consacrée au thème de la reconstitution de la forêt.

Massif Piganda Anglet 21

Le Pignada interdit d’accès
L’accès du public reste interdit sur toute la partie du Pignada impactée par l’incendie, tant la partie incendiée que la partie chauffée. Les promeneurs sont invités à ne pas franchir les barrières et le grillage qui matérialisent cette interdiction et à respecter ces restrictions d’accès au massif afin de permettre aux opérations de se dérouler en toute sécurité. En raison des travaux en cours, l’ONF attire par ailleurs l’attention sur le respect des panneaux de signalisation des chantiers.

Articles similaires

Nouvelle-Aquitaine : mobilisation générale en faveur du tour... L’enjeu est important pour notre territoire, et pour travailler à un avenir plus écologique et plus "slow-tourisme". La région Nouvelle Aquitaine reçoit, bon an mal an, 27 millions de visiteurs, le to...
Une nouvelle micro-forêt à Bordeaux D'une superficie de plus de 1000 m² dans le quartier des Aubiers parc Bülher, une nouvelle micro-forêt est actuellement plantée dans le cadre de la démarche Bordeaux grandeur nature. Près de 4000 jeun...
Anglet : le parc Izadia rouvre au public La réouverture du parc Izadia le mercredi 7 avril ravira toutes les personnes attachées à cet espace naturel sensible, dont 5 des 15 hectares ont été dévastés par l'incendie du Pignada le 30 juillet 2...
Nouvelle-Aquitaine : 1 personne sur 10 vit à plus de 1 km d'... En 2020, les confinements liés à la crise sanitaire se sont, par moments, accompagnés de restrictions de déplacements dans un rayon d'un kilomètre pour les promenades et les activités physiques. La...
Les forêts : une source de bien-être Depuis toujours, la forêt inspire, réveille les sens et l’imaginaire, effraie parfois… mais ne laisse jamais indifférent. Sécheresses, parasites… La santé des forêts françaises se dégrade et les fores...