Télévision : Marie Bartête, du Béarn au bagne de Guyane

	 Marie Bartête, matricule 107, une des trois dernières femmes bagnardes en Guyane : un documentaire poignant
Marie Bartête, matricule 107, une des trois dernières femmes bagnardes en Guyane : un documentaire poignant

Marie Bartête est née à Pau. Abandonnée à sa naissance, la délinquance devient un credo qui l'enverra au bagne en Guyane. Comme d'autres femmes multirécidivistes. Sa dernière bataille, c'est contre la maladie qu'elle l'a menée. Sans succès.

arie Bartête est née le 25 février 1863 à Monein, près de Pau. Sa mère l’abandonna après sa naissance pour rejoindre un homme en Nouvelle-Calédonie. Marie est très vite entraînée dans une délinquance toute nécessaire à sa subsistance. Complètement désocialisée, cette laissée pour compte, n’a plus la conscience du bien et du mal. Privée de vie affective, de pain quotidien, elle développe le versant instinctif de survie par des comportements répétitifs de vols et d’escroqueries. Elle récidive et passe à une plus grande délinquance.

marie bartêteEntre 1887 et 1888, Marie, «délinquante d’habitude», purgera plusieurs mois de prison toujours pour les mêmes larcins. Le cumul des méfaits la voit bientôt condamnée à une lourde peine et nourrir ce principe de la «récidive» en appliquant la loi du 27 Mai 1885, sur la «Relégation des Récidivistes». Ces trois condamnations (1883 – 1884 – 1885) punissent donc Marie de cette loi cruelle. 

Dans les interventions de la chambre en mars 1885 préludant au vote de la loi sur la relégation des «multirécidivistes», il est question : «d’individus gangrenés», «d’errants » qui infestent nos rues et nos jardins publics ; «la loi sur la relégation est presque contemporaine de celle du tout-à-l’égout» ! Pour les obsédés de la «contrition», seule la repentance, le labeur et l’éloignement peuvent laver ces âmes perdues.

Alors on punit tout à la fois, la voleuse, la vagabonde, la prostituée, l’infanticide, la meurtrière, l’insurgée. Toutes doivent partir pour l’impérieux besoin d’exiler l’indigent, de coloniser et de féconder la Guyane mystérieuse. La relégation consistera dans «l’internement perpétuel» sur le territoire des colonies ou possessions françaises. Elle a pour objectif d’exiler définitivement en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie, les multirécidivistes, ceux qui ont accumulé de petits délits (condamnations à plus de trois mois d’emprisonnement pour vol, escroquerie, vagabondage ou mendicité).

Il s’agit d’hommes et de femmes de plus de vingt et un an et de moins de soixante ans qui sont envoyés au bagne à l’issue de leur peine de prison en métropole. La relégation des femmes, qui - pour la plupart, mouraient dans les cinq ans suivant leur arrivée au bagne – fut supprimée en 1907. Le Second Empire n’eut pas honte d’envoyer des femmes au bagne de Guyane : on ne savait pas encore que c’était vers une mort certaine. La troisième République n’eut pas honte, après la fermeture de Cayenne aux européens dès 1869, alors qu’on connaissait l’insalubrité et l’effrayante mortalité, de continuer à envoyer des femmes pour y mourir jusqu’en 1881.

Ainsi partaient pour le bagne deux sortes de criminelles : les filles seules, abandonnées, sans ressources, domestiques ou journalières, le plus souvent coupables d’infanticides, et d’autre part, les forts caractères, les meurtrières et incendiaires, les révoltées qui, souvent condamnées à de longues peines, comprenaient qu’elles ne retrouveraient jamais la liberté. Les premières étaient très demandées par l’administration pénitentiaire, parce qu’on les savait soumises, capables d’être de bonnes mères, récupérables en un mot.

Hospitalisée le 28 février 1938, Marie Bartête livre sa dernière bataille contre la maladie. Le 13 mars 1938, à 76 ans, elle s’éteint d’épuisement et meurt, «par suite de cachexie sénile» à l’hôpital de Saint-Laurent.

 
Documentaire 
Marie Bartête, matricule 107 
France 3 Nouvelle-Aquitiane
Lundi 25 mai à 23:05
Logo Video AOL small
Scénario : Pierre Mathiote et Ch. Katia Ferré / Réalisation : Pierre Mathiote 
Co production : FranceTélévisions et Guyane Première / Cinergie Productions avec la participation du CNC 
Durée : 52mn  - A revoir sur na.france3.fr 
 
 

Articles similaires

Pau : Journées du Patrimoine dans la capitale du Béarn A Pau plus encore qu’ailleurs, c’est bien la diversité des patrimoines, héritage d’un passé cosmopolite, qui est la matière et le socle d’une identité commune et originale. Entre tradition et modernit...
Oloron Sainte-Marie : balcon et porte d'entrée des Pyrénées ... Oloron-Sainte-Marie, bâtie sur les rives du gave d'Oloron formé par ceux d'Aspe et d'Ossau, ville étape de St Jacques de Compostelle, est un point de départ vers diverses destinations; vallées  p...
Destination Vignoble : le Jurançon vignoble du Béarn Jurançon, vin du Roi, roi des vins. Entre soleil et Pyrénées, le vignoble de Jurançon chante un hymne aux traditions : le circuit d'une inoubliable balade gourmande... Non loin de Lourdes et de Biarri...
Carte Pyrénées Atlantiques Pyrénées Atlantiques Les provinces du Pays-Basques du Nord ou "Iparralde",  et du Béarn forment le département des Pyrénées Atlantiques. Chacune d'elles possède une identité bien affirmée qui se ...
SIROS : un festival au coeur de la culture béarnaise Le Festival de Siros a lieu le dernier week-end de septembre et constitue la grande manifestation culturelle béarnaise, sous le fameux chapiteau, se succèdent chanteurs et conteurs pour une grande soi...