Pau : trois oisillons de Faucon pèlerin dans une jardinière

  • Catégorie : Pays Basque - Pyrénées
Plus que tout autre rapace, le faucon pèlerin peut être considéré comme le prototype du chasseur d'oiseaux.
Plus que tout autre rapace, le faucon pèlerin peut être considéré comme le prototype du chasseur d'oiseaux.

Au neuvième étage, sur la terrasse d’un appartement à Pau, un propriétaire peut suivre pendant cette période de confinement la vie passionnante d’un couple d’oiseaux hors norme : le Faucon pèlerin. Chronique de la naissance de trois oisillons de Faucon pèlerin dans une jardinière.

Qui est le Faucon pèlerin ?

Le Faucon pèlerin est reconnaissable à son plumage gris ardoise sur le dos, blanc strié de noir dessous, à son masque sombre sur la tête ou encore à ses larges ailes triangulaires. Le Faucon est un chasseur de haut-vol, aucun autre rapace n’est capable de ses prouesses. En France, l’espèce est actuellement en progression et on le retrouve des Ardennes jusqu’au Pays basque. Les Faucons pèlerins sont sédentaires. Depuis trois ans au moins, un couple a trouvé son bonheur en posant ses valises sur les balcons d’un bâtiment de Pau pour y nicher, un lieu en hauteur pour remplacer les escarpements vertigineux où il s’installe habituellement.

Trois œufs nés les 9 et 10 avril

“ Le couple observé est le même depuis plusieurs années, le mâle est borgne et donc facilement reconnaissable “ nous confie le propriétaire.

Le mâle a commencé à regarder de près la jardinière, puis à y installer progressivement son nid. Après l’apparition progressive des trois œufs (compter sept à huit jours d’intervalles entre le premier et le dernier), le premier a éclos le 9 avril. Les deux autres ont éclos le 10 avril dans la matinée. Les photos témoignent ainsi de la présence de trois petites boules de plumes, les yeux et le bec bien ouverts.

Fauconpèlerin Pau

Quelle suite pour ces oisillons ?

Les adultes viennent nourrir régulièrement les jeunes. Au menu : des pigeons ramiers déplumés pour donner force et énergie à leurs petits. Les plumes devront apparaître sous 8-10 jours. Les oisillons passeront environ cinq semaines dans le nichoir avant de prendre officiellement leur envol et chercher un nouveau territoire. Le couple, sédentaire, va probablement se reproduire dans le quartier l’année prochaine. En attendant, le propriétaire veille à ne pas déranger les oiseaux tout en continuant d’observer leur évolution. 

Les bénévoles du groupe de Pau de la LPO Aquitaine suivent attentivement cette belle histoire de cohabitation entre homme et rapace en cette période de confinement.

Articles similaires

Ecovolontariat pour l'étude de la migration au Cap Ferret La Pointe du Cap Ferret, propriété du Conservatoire du Littoral, est un lieu privilégié pour observer les oiseaux migrateurs qui regagnent leurs quartiers d’hivernage de la péninsule Ibérique ou d’Afr...
 Animaux en détresse : la LPO Aquitaine lance un appel à bén... Le Centre de soins LPO Aquitaine a déjà accueilli 2 700 animaux sauvages en détresse depuis le début de l'année ; des oiseaux, des mammifères, des reptiles et des amphibiens. Le Centre lance aujourd'h...
Mission hérisson : une enquête de sciences participatives La LPO a lancé, le 16 juillet dernier, une enquête de sciences participatives intitulée "Mission hérisson". L'objectif de cette mission est de mieux connaître l'état de santé de la population de héris...
Atlas des oiseaux migrateurs et hivernants en Aquitaine Après la parution de l'Atlas des oiseaux nicheurs en 2015, la LPO Aquitaine publie en coédition avec le Muséum national d’Histoire naturelle l’Atlas des oiseaux migrateurs et hivernants d’Aquitaine. !...
Enquête hirondelles : la LPO lance un appel aux cestadais Le nombre d’hirondelles est en déclin dans la région. Les facteurs expliquant les raisons de leur diminution sont nombreux : manque de nourriture, urbanisation de nos villes, obstacles naturels pendan...