Exposition de pièces d'exception au Musée Basque de Bayonne

  • Catégorie : Euskal Herria - Pays Basque - Pyrénées Atlantiques

INDEX DE L'ARTICLE

Sept Entreprises du Patrimoine Vivant du Pays Basque, du Béarn et des Landes présentent ensemble pour la première fois des pièces d’exception, réalisées dans chacun de leurs ateliers
Sept Entreprises du Patrimoine Vivant du Pays Basque, du Béarn et des Landes présentent ensemble pour la première fois des pièces d’exception, réalisées dans chacun de leurs ateliers

L'association des EPV (Entreprises du Patrimoine Vivant) du Pays Basque, des Landes et du Béarn organise pour la seconde fois, au Musée Basque et de l'histoire de Bayonne, une exposition consacrée aux savoir-faire d'excellence. 

 
Cette exposition qui se déroule jusqu'au 16 juin prochain et présente 12 pièces d'exception de 7 ateliers labellisés : Aéro Mécanic's (maintenance aéronautique), Claude Camuset (Gainerie d'Art), Don Quichosse (espadrilles), Goicoechea (poterie), Maison Laffargue (maroquinier), Makhila Ainciart Bergara (fabricant de makhila) et Tissage Moutet (tisserand).
 

Un patrimoine vivant, transmis et protégé

Les sept entreprises exposées représentent des savoir-faire iconiques. Les savoir-faire présentés à l’occasion de cette exposition sont le miroir du territoire et de son histoire. La plupart de ces entreprises sont des entreprises familiales, dont les gestes et techniques ont été transmis sur déjà plusieurs générations.

affiche musee basque 2019 aLe tissage renvoie aux traditions basco-béarnaises de la mante à boeuf qui couvrait autrefois le dos des bêtes et qui est devenu au fil du temps le « linge basque» à bandes si reconnaissable. Preuve de cet ancrage dans le territoire, le Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne expose dans sa collection permanente un métier à tisser. Tissage Moutet est parmi les dernières entreprises à encore tisser dans la région. Historiquement, la famille Moutet tisse du linge basque. Dans les années 1990, l’entreprise se modernise, mise sur le haut de gamme et commence à collaborer avec de grands designers. Elle a su conserver ses savoir-faire traditionnels (linge basque) et développer de nouvelles techniques avec le Jacquard, qui lui permet des créations plus originales et complexes. L’entreprise a su maintenir et transmettre ses savoir-faire sur cinq générations, avec aujourd’hui à sa tête Benjamin Moutet.

Le makhila est un des emblèmes de la culture basque. On retrouve toute une collection de la maison Ainciart Bergara au premier étage du Musée, dans l’espace dédié à l’artisanat local. La famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de sept générations. Le makhila est à la fois un bâton de marche, un objet honorifique et un témoin de la culture basque. Sa fabrication requiert de nombreux savoir- faire : le travail du bois de néflier, le travail du métal (mise en forme, brasure, décoration) et le travail du cuir (tressage). Un makhila est composé d’une vingtaine de pièces, toutes réalisées à l’atelier. Il faut des années d’apprentissage, à l’établi, pour maîtriser toutes les étapes de fabrication. L’atelier est inscrit à l’UNESCO pour ses savoir-faire rares.

La maroquinerie Laffargue et ses clous sont iconiques de la ville de Saint Jean de Luz. C’est au XIXe siècle, en 1890, que Joseph Daniel Laffargue a l’idée d’adapter sur des sacs et des ceintures les motifs cloutés qui ornaient les colliers de boeufs. C’est la naissance de la Maison Laffargue et des cuirs cloutés basques. Les générations suivantes ont respecté cet esprit, en développant des gammes de maroquinerie traditionnelle, déclinées dans de nombreux coloris. La Maison Laffargue crée et fabrique de façon artisanale des articles de maroquinerie : des sacs à main, des cartables, des ceintures, ainsi qu’une large gamme d’accessoires (portefeuilles, pochettes, porte-cartes, étuis...). Cette entreprise familiale et artisanale est aujourd’hui dirigée par les arrières-petites-filles du fondateur : Sophie et Stéphanie Laffargue. Tous les articles sont fabriqués à la main, à Saint-Jean-de-Luz et Ascain. Les peausseries utilisées, provenant de tanneries françaises, sont sélectionnées attentivement, découpées puis assemblées par des maroquiniers passionnés. Les clous maillechort, marque de fabrique de la Maison, sont toujours rivés un à un à la main, par des artisans minutieux et rigoureux.

À Ossès, l’entreprise Goicoechea a réhabilité la fabrication de pots de grande taille grâce à la technique de la corde, fabrication artisanale qui avait disparu au Pays Basque. Spécialisée dans la fabrication de poteries horticoles de grande capacité, l’entreprise se distingue par la mise en oeuvre de la technique du tour à corde qui permet de réaliser les pièces de grande dimension. Les pièces carrées ou rectangulaires, également de grande taille (jusqu’à 70 cm de long) sont façonnées à l’estampage. Les pièces sont séchées dans des séchoirs dont l’épaisseur peut atteindre 8 cm : cette opération peut alors nécessiter plusieurs mois. Les fours à gaz cuisent jusqu’à 1100°. Toutes les étapes de fabrication sont réalisées sur place à Ossès : préparation de la matière première, mise en forme, cuisson, coloration et finition.

L’espadrille est étroitement liée au costume du Basque dès le XIXe siècle. Don Quichosse est la seule entreprise à encore les fabriquer entièrement à la main, semelle incluse. C’est une des seules entreprises à mettre en oeuvre l’ensemble des opérations de production tout en respectant à chaque étape la fabrication traditionnelle en particulier celle de la semelle. Ce respect de la tradition consiste à réaliser les tâches suivantes : fabrication de semelles en jute tressée, vulcanisation du caoutchouc naturel, couture manuelle de la tige, assemblage manuel final. L’entreprise travaille sur mesure et propose également des modèles traditionnels et contemporains.

Claude Camuset est gainier d’art et d’ameublement depuis deux générations et doreur sur cuir depuis trois générations. Il est spécialisé dans le recouvrement de mobilier, en cuir, les garnitures de bureau, les réalisations sur mesure de packaging et la maroquinerie à la demande. Il réalise également des agencements de décoration, en collaboration avec des architectes d’intérieur.

Guillaume Hemery, fondateur d’Aéro Mécanic’s, répare et réhabilite des avions anciens et de collection. L’entreprise est capable de prendre en charge la globalité de la réhabilitation de l’appareil quel que soit son modèle. Il n’existe plus aujourd’hui d’école dispensant de formation pour la construction de l’aviation légère. Guillaume Hemery s’est ainsi formé auprès des « anciens ». Ce souci de préservation de la construction originale permet de conserver le patrimoine aéronautique et de préparer certains appareils à rentrer dans le sérail des avions de collection.

Espadrilles Don Quichosse

Les Métiers d’Art : une voie à valoriser

Le but de l’exposition est de montrer la diversité des Métiers d’Art et les projets passionnant sur lesquels on peut travailler lorsqu’on choisit cette voie. Ces filières Métiers d’Art sont souvent méconnues et donc peine à recruter. Un programme de médiation a été mis en place avec le Musée et des rencontres étudiants/artisans avec visite de l’exposition sont déjà programmées.

Le label EPV

Le label d’Etat EPV distingue des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence, qui se caractérisent par une histoire et un patrimoine parfois séculaires, des capacités d’innovation et des savoir-faire rares qui ont contribué à asseoir leur notoriété dans le tissu entrepreneurial français. www.patrimoine-vivant.com

L’association des EPV du Pays Basque et du Béarn

L’association des Entreprises du Patrimoine Vivant du Pays Basque et du Béarn a été créée en mai 2017. Elle a pour objectif la valorisation des savoir-faire des entreprises adhérentes ainsi que la mise en avant du label EPV. Elle compte aujourd’hui une vingtaine d’adhérents sur les vingt-deux entreprises labellisées sur le territoire basque et béarnais. L’association est accompagnée dans ses démarches par la CCI (Bayonne Pays Basque et Pau Béarn) et la Chambre de Métiers des Pyrénées Atlantiques.

Les objectifs de l’association sont les suivants :

  • Développer la notoriété du label EPV et des entreprises labellisées du Pays Basque et du Béarn
  • Faciliter les rencontres, les échanges d’information entre les entreprises
  • Promouvoir l’excellence et la qualité des produits et savoir-faire basques et béarnais.