Rallye des Cimes histoire d'une course tout-terrain - Retrospective des vainqueurs du Rallye des Cimes

  • Catégorie : Pays Basque - Pyrénées

INDEX DE L'ARTICLE

Retrospective des vainqueurs du Rallye des Cimes

Le 9 septembre 1951
9 téméraires se lancent. La course se limite à sa plus simple expression, départ de Licq Atherey et arrivée Iraty. Au milieu… débrouillez- vous. Trois furent plus habiles ou plus fous et à tout seigneur tout honneur .
→ Vainqueur Sauveur Bouchet.

1952
Départ Licq Atherey, arrivée Saint Jean Pied de Port puis retour. 10 concurrents au départ, 7 à l’arrivée. La course est serrée entre Guillaume Bouchet et l’espagnol Lapieza.
→ Vainqueur Francisco Lapieza.

1953
Même tracé que l’année précédente. La course devient réputée et des constructeurs engagent des véhicules. Mais Guillaume Bouchet prend sa revanche sur l’année passée.
→ Vainqueur Guillaume Bouchet.

1960
Après 7 ans d’interdiction, le Rallye des Cimes redémarre et dure 2 jours. Parcours : Licq Atherey - Mauléon, et Licq Atherey - Orgambideska puis retour. Ricarte tape un mur, s’envole au-dessus de sa Jeep et repart après avoir perdu connaissance. Il gagna quand même l’épreuve et son surnom de « Trompe la mort ».
→ Vainqueur Marcel Ricarte.

1961
Epreuve reconnue par la FFSA pour la première fois. Plus que jamais la connaissance du terrain est un atout car aux difficultés de la piste s’ajoute le brouillard. Rien n’a réussi à départager deux enfants du Pays…
→ Vainqueurs ex aequo, Arnaud Bouchet et Jugé Etchecopar.

Rallye des Cimes en Soule Pays Basque

1962
Les télévisions et journaux laissent une large place au Rallye des Cimes. Land Rover s’engage officiellement. Mais un jeune pilote de Saint Jean-Pied-de-Port arrivera en tête chez lui.
→ Vainqueur Jean Iriart.

1963
Le Rallye le plus dur et le plus ingrat depuis sa création démarre à Mendive et finit à Orgambideska. Ricarte tape un arbre et laisse Etchecopar en tête.
→ Vainqueur Jugé Etchecopar.

1964
Départ aux Forge de Larrau, arrivée à Burguete en Espagne. Renault Simpar engage 2 R4 Simpar. Pour la première fois, une Jeep ne gagnera pas la course puisque c’est Land Rover qui remporte l’épreuve avec Legrand.
→ Vainqueur Robert Legrand.

1965
Un pilote professionnel s’inscrit au Rallye des Cimes. Il s’appelle Heu. Mais Iriart ne lui laissera aucune chance, ni lui, ni Cournil et Chrysler qui s’engagent officiellement.
→  Vainqueur Jean Iriart.

1966
6 marques différentes aux 6 premières places de cette édition avec Land Rover, Willys, Chrysler, Hotchkiss, Renault Simpar, Cournil. Le pilote vainqueur est Gossin pour Land Rover à la grande satisfaction d’ingénieurs venus d’Angleterre.
→ Vainqueur Robert Gossin.

1967
→  Vainqueur Robert Gossin sur Land Rover.

1968
Première victoire d’un proto au Rallye des Cimes, il est aux mains de Collet.
→ Vainqueur Lucien Collet.

1971
Révolution au Rallye des Cimes ! Un Buggy a fait sa première apparition aux mains de T. de Montcorgé. Mais de Licq Atherey à Saint-Jean-de-Luz, c’est quand même une Jeep de l’Armée française qui fera la course en tête.
→ Vainqueur Lieutenant de Lantivy.

1972
La lutte oppose maintenant les Jeepistes aux adeptes du Buggy désormais plus nombreux. Après une messe le dimanche a Cambo, et peut-être l’aide du bon dieu, la Jeep reste toujours le véhicule à battre… Jusqu’à quand ?
→ Vainqueur Jugé Etchecopar.

Thierry de Montcorgé 19731973
Parcours Licq Atherey – Saint- Jean-Pied-de-Port. 2 pilotes belges sont au départ et un certain Jean Aguerre fait ses débuts. L’autrichien Weingartman finit 2e derrière le Buggy De Montcorgé. Quel affront pour les Jeepistes !
→ Vainqueur Thierry de Montcorgé.

1974
Parcours Licq Atherey – Saint- Jean-de-Luz. Jacques Chancel suit la course et assistera à la victoire d’un autre Buggy dont le nom vous dira peutêtre quelque chose : Pachiaudi.
Vainqueur Yves Pachiaudi.

1975
Aguerre et Garcia prennent feu et laissent Pachiaudi inscrire son nom au palmarès du Rallye des Cimes.
→ Vainqueur Yves Pachiaudi.

1976
Jamais deux sans trois dit-on. L’exemple en est donné par Pachiaudi accueilli à nouveau en vainqueur à Saint-Jean-Pied-de-Port.
→ Vainqueur Yves Pachiaudi.

1977
Le chant du cygne pour les Jeep. Debussy a mené son proto Alfa de main de maître pour remporter une belle victoire.
→ Vainqueur Georges Debussy.

1978
Le Rallye ne quittera pas la Soule mais ne perd pas sa spécificité d’épreuve rude. Iribaren, Garnier, Bidart se font remarquer mais on en parlera d’ici quelques années. Pachiaudi prend sa revanche et devient spécialiste des Cimes.
→ Vainqueur Yves Pachiaudi.

1979
C’est un Pachiaudi qui franchit le premier la ligne d’arrivée, mais la victoire revient à un souletin.
→ Vainqueur Jean Aguerre.

1980
Le Rallye des Cimes traverse la Soule et le Barétous avec une coupe en hommage à L. Lacassie sur la spéciale d’Ayduc. La Jeep ne gagne plus. Le Pachiaudi est la bête noire des Cimes.
→ Vainqueur Jean Aguerre.

P. Willis et R. Aliperti © Auto verte novembre 19831981
Ce n’est pas Pachiaudi ni Aguerre… mais c’est quand même un Pachiaudi qui gagne.
→ Vainqueur Pierre Garnier.

1982
Bidart met fin à la série de victoires des Pachiaudi et impose son proto. La concurrence se réveille et les protos deviennent l’arme de la victoire.
→ Vainqueur Dominique Bidart.

1983
Impossible n’est pas… anglais. Et, non content de la première place, Ils prennent également la 2e. Ouf, l’honneur est sauf, le souletin Bidart complète le podium.
→ Vainqueur Pat Willys.

1984
De Tardets à Lanne en Baretous, le parcours est très sélectif, Pachiaudi, Lay, Bidart abandonnent et laisseront Aguerre et Iribaren en découdre pour la victoire.
Vainqueur Joseph Iribaren.

1985
Le Rallye des Cimes démarre de Pau. Les ténors du Championnat ont fait le déplacement et luttent pour la victoire qui oppose Pachiaudi à Lay. Pachiaudi renoue avec la victoire après que Lay soit parti en tonneaux dans la dernière spéciale.
→ Vainqueur Yves Pachiaudi.

1986
Le Rallye des Cimes dure 3 jours avec départ de Pau puis Licq Atherey et Tardets. J. Etchecopar participe à son 27e Rallye (record en 1986). Pachiaudi abandonne et laisse Acheriteguy établir un record scratch (6) mais casse au profit d’Aguerre.
→ Vainqueur Jean Aguerre.

1987
Les normands Briavoine et Philippe arrivent aux Cimes. Lartigue, Zaniroli font partie des engagés. Devant un public impressionnant, Briavoine gagne devant Lay pour une seconde.
→ Vainqueur Éric Briavoine.

1988
La légendaire spéciale de Teinture sera le juge de paix du Rallye des Cimes puisque la lutte entre Briavoine et Pachiaudi sera stoppée par une pierre. Ce dernier remporte une 6e victoire alors que Philippe fera une erreur fatale à quelques mètres de l’arrivée laissant la 2e place à Briavoine.
→ Vainqueur Yves Pachiaudi.

1989
Le Rallye des Cimes est similaire à l’édition passée, la course également, mais les rôles sont inversés puisque c’est Pachiaudi qui, victime d’une crevaison, laisse la première place à Briavoine.
→ Vainqueur Éric Briavoine.

1990
101 engagés se lancent à l’assaut des Cimes. Après une course menée par Calzavara, une sortie de route le stoppera et Philippe sortira vainqueur d’un Rallye très sélectif.
→ Vainqueur Pierre Philippe.

1991
Une rude bataille oppose Aguerre, Iribaren et Briavoine. La connaissance du terrain ne suffira pas les souletins se feront coiffer au poteau par le normand.
→ Vainqueur Éric Briavoine.

1992
Iribaren et Turon-Barrére sont exclus de la course. Calzavara abandonne alors que la course lui est largement destinée, au profit d’Arnoux.
→ Vainqueur Claude Arnoux.

1993
La course se résume à un duel de pilotes Pachiaudi. Au fil des spéciales Pachiaudi et Aguerre se cèdent tour à tour la première place, mais c’est le mauléonnais Aguerre qui en sortira vainqueur.
→ Vainqueur Jean Aguerre.

1994
Après un prologue de nuit à Mauléon, les 95 concurrents ne quitteront plus la Soule. Calzavara revient des USA pour gagner. Il n’aura que la deuxième place, Iribaren, 10 ans après son premier succès, renoue avec la victoire.
→ Vainqueur Joseph Iribaren.

1995
Sur le même tracé que l’année précédente, Jacquet fera une course impressionnante remontant de la 77e à la 3e place. Uhart fait sa course en tête mais c’est Arnoux qui tire son épingle du jeu.
→ Vainqueur Claude Arnoux.

1996
Dronde entre à Licq Atherey en tête mais devra abandonner sur problèmes mécaniques. Il en est de même pour Servière et Garicoïx. Iribaren se retrouve donc en tête mais c’est Clévenot qui fera une superbe remontée et lui ravira la première place.
→ Vainqueur Joël Clévenot.

1997
La jeunesse souletine est à l’honneur puisque Garicoïx et Couillet occupent les deux premières places. Après l’abandon de Garicoïx, c’est Couillet qui devient le deuxième plus jeune vainqueur du Rallye des Cimes.
→ Vainqueur Patrice Couillet.

1998
3 souletins vont s’affronter durant toutes la course et s’échanger des places du podium. Dronde, Garicoïx et Couillet rivalisent d’audace pour s’arracher les scratchs et c’est à nouveau Couillet qui l’emportera.
→ Vainqueur Patrice Couillet.

1999
On prend les mêmes et on recommence. Il n’y a rien à dire, ce sont les années Couillet. Garicoïx se contente de la 2e place et Aguerre de la 3e encore un triplé souletin.
→ Vainqueur Patrice Couillet.

2000
Elle semblait à portée de mains, il avait fait le plus dur, mais la mécanique va en décider autrement. Garicoïx prenait largement la course, mais il ne gagnera pas chez lui ! Servière sera récompensé de sa superbe course et de sa fidélité à l’épreuve.
→ Vainqueur Hervé Servière.

2001
Les difficultés du terrain sont accentuées par une météo exécrable. Nos amis anglais se rappellent à notre souvenir en la personne de Hammond. Mais une fois encore, la mécanique en décidera autrement et c’est Favy qui sortira vainqueur talonné par Dronde et Poincelet.
→ Vainqueur Daniel Favy.

2002
Le Rallye des Cimes va se jouer entre 2 prétendants au titre de Champion de France Garat et Poincelet. Les conditions climatiques à nouveau catastrophiques et le terrain accidenté vont modifier le classement jusqu’au bout. Un non spécialiste de la montagne sortira vainqueur du brouillard.
Vainqueur Patrick Poincelet.

2003
Patrick Poincelet apprend vite et prend goût à la victoire. Son duel avec Foucard est encore dans les têtes. La relève souletine se fait également remarquer en la personne de Didier Iribaren.
→ Vainqueur Patrick Poincelet.

2004
Il est parti un ton au-dessus de tous, il va contrer toutes les attaques de Foucard, avançant de scratch en scratch vers la victoire. Xalbador Bouchet fait également une superbe course et sera récompensé par une belle 4e place.Rallye-des-Cimes-Histoire-05→ Vainqueur Anicet Garicoïx.

2005
Garicoïx nous refait le départ de l’an passé, talonné par Couillet. Mais les mécaniques ne résisteront pas au rythme effréné. Foucard mène la course et semble s’approcher de sa 1re victoire aux Cimes. Mais c’est sans compter sur la fabuleuse remontée d’Orhategaray.
→ Vainqueur Patrick Orhategaray...

2006
L’année de tous les records, tant sur le plan des engagés que sur celui du public. Alors que 116 équipages se sont inscrits, ils ne sont pas loin des 30 000 spectateurs à les acclamer durant 3 jours et demi, de Lescar jusqu’à Tardets. Pour ce 50e anniversaire, une parade voitures anciennes et l’invitation de la plupart des anciens vainqueurs furent aussi les points forts du week-end. Sur le plan sportif, Yves Pachiaudi ouvre la piste en numéro 0 et derrière lui la bataille est rude. Ils sont 6 à se partager les scratchs. Garicoix abandonnera, Dilworth fait le spectacle, Foucart fait chanter la mécanique, Cole et Housset emballent les chronos, mais c’est Orhategaray qui enlèvera cette édition. Il confirme ainsi que sa victoire de l’an passé n’était pas un coup de chance.
→ 1er Orhategaray - 2e Cole - 3e Housset

2007
91 équipages se présentent au départ. Le parcours reste le meme que celui de l’année précédente. Orhategaray ne défendra pas ses chances, il laisse son volant à son habituel copilote F Hirigoyen. Sans doute avec une revanche à prendre, Garicoix se lance dans la bataille et signe scratch sur scratch. Son adversaire le plus tenace est l’étonnant F Hirigoyen. Malgré son inexpérience de ce terrain, il est le seul à suivre le rythme et reste à 22 secondes du leader, tandis que Fouquet, le 3e est à plus dune minute. Garicoix signe ici sa deuxilème victoire.
→ 1er Garicoix - 2e Hirigoyen - 3e Fouquet

2008
Des modifications sont apportées pour cette 52e édition. Le départ se fait d’Oloron Ste Marie et la spéciale d’Occabe ne se fait qu’une fois. Alors que l’on attendait les derniers vainqueurs que sont Orhategaray et Garicoix, c’est un étonnant S. Urrutia qui sème le trouble au sommet des classements. Il ne se contente pas de perturber mais il mène de main de maître le train de ce rallye. Il arrive à conserver Garicoix à prés d’une minute et Hirigoyen à plus de deux minutes et demie, autant dire, un authentique exploit !!!
→ 1er Urrutia - 2e Garicoix - 3e Hirigoyen


2009
Cette 53e édition marque un tournatn dans l’histoire du rallye. À la demande générale des équipages, la durée de l’épreuve est réduite, et le nombre de spéciales diminue. Les secteurs géographiques seront alternés une année sur deux. 95 équipages se présentent au départ de Mauléon. Pierrine ouvre le bal. Il doit contrer les assaults de Urrutia, Housset, Garicoix et Orhategaray. Ce dernier, seconde par seconde fait régulièrement la différence. Personne ne lui prendra cette troisième victoire. Pierrine le talonne suivi une nouvelle fois d’Housset sur le podium.
→ 1er Orhategaray - 2e Pierrine - 3e Housset.

2010
Pour suivre l’alternance géographique entamée l’année précédente, la 54e édition démarrera d’Oloron Ste Marie, et retrouvera le dimanche les spéciales autour de Licq Atherey. La barre des cent engagés est franchie. Pierrine démarre le couteau entre les dents. Tout au long du weekend, il creuse petit à petit le trou face à ses adversaires. Mais venu du milieu du classement, un étonnant Garicoix remonte un à un tous ses adversaires. Même si son rythme est très soutenu, il n’est pas possible de reprendre Pierrine à la régulière. Non ce n’est pas possible… sauf que Garicoix ne s’avoue jamais battu !!! Il réussit à reprendre la 1re place à Pierrine sur la dernière spéciale pour 4 secondes. Un scénario incroyable qui a tenu en haleine tous les spectateurs jusqu’à la dernière Madeleine.Rallye-des-Cimes-Histoire-04→ 1er Garicoix - 2e Pierrine - 3e Housset

2011
92 voitures prennent le départ depuis Mauléon pour cette 55e édition. Elle traversera la capitale Souletine pour le prologue, Iraty pour la seconde journée, puis Esquiule, Ambeltze, Barcus et Tardets pour la troisième étape et l’arrivée. Quelle édition !!! Une très grosse pluie vient s’abattre au moment du départ. D’entrée, le rallye se complique. Le jeune Dronde s’en sort très bien et prend la tête. La journée du samedi voit s’échapper trois lièvres : Dronde, Iribaren et Housset. Ce dernier entre en tête à Licq Atherey avec à ses trousses Iribaren et Dronde. On reprend les mêmes pour la troisième journée et dernière journée. Housset doit abandonner à quelques spéciales du but. Il semblerait que le classement soit figé et que deux souletins grimperaient sur le podium. Mais aux Cimes peut être plus qu’ailleurs, rien n’est jamais vraiment acquis. Alors que Dronde signe le scratch sur la première montée de La Madeleine, il doit abandonner. Sous un épais brouillard, les concurrents affrontent une fin de rallye plus terrible que jamais ! Dans ce final dont on se souviendra longtemps, Didier Iribaren remporte une magnifique victoire, et nous sommes sûrs que Régis n’était pas bien loin… La famille Iribaren rejoint ainsi la famille Bouchet en plaçant au moins 2 générations de pilotes sur le palmarès du Rallye des Cimes.
→ 1er Iribaren - 2e Favy - 3e Costes

2012
Les frères Urrutia ne laissent à personne le soin de mener la course. Ils prennent la tête du rallye dés le prologue à un train d’enfer, mais ils devront abandonner. Derrière eux, Dronde suivait à distance et entre donc en tête le samedi soir avec une courte avance sur Pierrine. Le dimanche, le tête à tête entre ces deux derniers équipages est impressionnant. Pierrine se permet même de prendre la tête du rallye dans l’avant dernière spéciale. Le final à La Madeleine devient depuis quelques années époustouflant puisque le rallye se joue sur les derniers kilomètres. Et c’est un trés grand Dronde, du haut de ses 22 ans et au terme d’une montée d’anthologie qui remportera une victoire spectaculaire.

2013
L’édition 2013 aura été marquée par des conditions météos déplorables et un duel entre deux copains Louis Dronde et Manu Castan. Ce dernier pour son retour à la compétition se sent très à son aise sur ce terrain si particulier. La bataille est rude mais Dronde va frapper un grand coup sur Ambeltze et distancer ses adversaires de plus d’une minute. Il gérera très bien sa fin de course et remporte une seconde victoire consécutive sur les Cimes

Rallye des cimes par France3euskalherri

Rallye des Cimes Pays Basque

Rallye des Cimes Pays-BasqueEpreuve reine du championnat du monde des rallyes tous-terrains, le Rallye des Cîmes, se dispute en Haute-Soule. C'est le rendez-vous incontournable du championnat de France des rallyes 4x4 dont le départ selon les années est donné alternativement entre Oloron Ste Marie et Mauléon-Soule et l'arrivée est jugée à Tardets.

Lire la suite

 


Crédit Rédactionnel Beñat De Laforcade

 

Articles similaires

Landes : Festival Chantons sous les Pins Chantons sous les Pins s'adresse à tous les publics ! Amener la chanson là où elle ne va pas ou trop peu, en tentant de lutter contre les discriminations économiques et géographiques est un des object...
Station de ski dans les Pyrénés : se réinventer pour continu... Confortée par ses nombreux investissements en neige de culture depuis plusieurs années, dotée d’un parc de dameuses dernier cri et d’outils technologiques très pointus de mesure de hauteur de neige, l...
Les zones humides, trésors de biodiversité – Migné-Auxances ... La loi pour la reconquête de la biodiversité promulguée en août 2016 est le témoin d’une prise de conscience collective de l’importance de la préservation de la biodiversité. Elle prévoit d’appuyer le...
24 citoyen·n·es repeignent le CIVB pour dénoncer les pestici... Des activistes du collectif ANV Action Non Violente COP21 Gironde ont "repeint en vert" le CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux). Leurs objectifs, mettre en lumière l'utilisation massiv...
Peyragudes : le Winter Pyrénées Park Dans Demain ne meurt jamais, James Bond sauvait le monde à partir de la station de ski de Peyragudes. Ce formidable coup de projecteur planétaire fit faire un vrai "bond" à cette station alors fraîche...