La Nouvelle-Aquitaine attractive pour les actifs cadres

  • Catégorie : Economie - Industrie
Les mouvements d’actifs impactent diversement le marché local du travail en Nouvelle-Aquitaine
Les mouvements d’actifs impactent diversement le marché local du travail en Nouvelle-Aquitaine

La Nouvelle-Aquitaine attire des actifs et possède une capacité à les retenir. Entre 2006 et 2014, sa population active augmente en très grande partie par le jeu des migrations résidentielles. Du seul fait des migrations, elle gagne 5 actifs pour 1 000 au cours de l’année 2013.

Plutôt jeunes et diplômés, ces arrivants ne trouvent pas tous un emploi dans l’année qui suit leur installation, en particulier les femmes au sein des couples bi-actifs. La façade ouest et le littoral atlantique constituent leurs destinations privilégiées. Inversement, d’autres zones s’avèrent moins attractives, et l’arrivée d’actifs, plus souvent au chômage, plus âgés et moins diplômés, accentue leur vulnérabilité.

INSEE Actif Nouvelles Aquitaine 2018a

En 2013, la Nouvelle-Aquitaine, avec 11 700 actifs cadres entrants en provenance d’autres régions françaises, figure parmi les régions les plus attractives. Son solde migratoire, + 1 800 actifs cadres, est le deuxième plus élevé de toutes les régions françaises, derrière l’Auvergne-Rhône-Alpes et devant les Pays de la Loire et l’Occitanie. Les cadres entrants s’installent pour la plupart dans les zones d’emploi à forte densité de population : Bordeaux, Pau, Poitiers, La Rochelle, Limoges et Bayonne. À elle seule, la zone d’emploi de Bordeaux capte un tiers de ces entrées. Les actifs cadres sortants partent pour un tiers d’entre eux en Île-de-France suivie par l’Occitanie (18 %), l’Auvergne-Rhône-Alpes (11 %) et les Pays de la Loire (10 %). Les cadres sortants sont en proportion plus jeunes que les cadres entrants (50 % contre 38 % de moins de 30 ans). On observe la situation inverse pour les seniors cadres (10 % des cadres entrants ont 50 ans ou plus, contre 15 % des sortants).

Sources

Les données sont issues du recensement de la population 2014 qui permet d’analyser, pour les personnes résidant en France début 2014, les migrations résidentielles au cours de l’année 2013. Le recensement ne permet pas de mesurer exactement le nombre « réel » de migrants sur la période. Trois catégories de migrants ne sont pas comptabilisées : ceux partis à l’étranger au cours de la période, ceux décédés au cours de la période et ceux ayant fait, au cours de la période, au moins deux migrations se terminant par un retour à la zone de départ. La situation des actifs (en emploi et au chômage) est mesurée à la date du recensement et non pas à leur arrivée. Leur situation (emploi, chômage, inactivité) avant la migration n’est pas connue..

Tous les résultats de l’étude réalisée en partenariat avec La Direccte, le Conseil régional et Pôle Emploi dans l’Insee Analyses Nouvelle-Aquitaine n°67 :
"Les mouvements d'actifs impactent diversement le marché local du travail en Nouvelle-Aquitaine"
Consultable et téléchargeable gratuitement sur le site www.insee.fr

 

Articles similaires

Nouvelle-Aquitaine : Coup de frein sur l'emploi salarié néo-... Au 3ᵉ trimestre 2018, les incertitudes nationales et internationales pèsent sur la création d’emploi. Cette tendance au ralentissement de l’activité impacte l’emploi salarié néoaquitain malg...
Recensement 2019 en Nouvelle-Aquitaine Le recensement de la population c'est utile : les chiffres aujourd'hui permettent de construire demain. L’Insee lance l’enquête de recensement de la population 2019. Pour illustrer l'utilité des ...
La vulnérabilité énergétique en Nouvelle-Aquitaine Loin des pôles urbains, chauffage et carburant pèsent fortement dans le budget. En Nouvelle-Aquitaine, plus de 350 000 ménages sont exposés à la vulnérabilité énergétique au logement, soit 13,9 % de l...
5 935 603 habitants en Nouvelle-Aquitaine : qui sont-ils ? L’Insee vient de publier en cette fin décembre 2018 les chiffres de population, pour chaque commune, canton, arrondissement, département et région. Avec 5 935 603 habitants au 1er janvier 20...
Parc locatif : un rôle majeur dans les trajectoires résident... En Nouvelle-Aquitaine, un locataire occupe son logement 5 ans en moyenne dans le secteur libre et 7,5 ans dans le secteur social, alors qu’un propriétaire le conserve 13 ans. La mobilité résident...